Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Politique

Amnesty International dénonce le climat d’intimidation et de répression pré-électoral

2018-05-21
21.05.2018
2018-05-21
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/05-mai/21-27/elections_rdc_18_0001.jpg -

Amnesty International se dit préoccupée par les violations des droits humains qui persistent en RDC et par le climat d’intimidation et de répression qui y sévit dans le contexte des élections à venir.

Dans une déclaration publique diffusée le 18 mai 2018, l’organisation invite les autorités de la RDC à mettre en œuvre cinq mesures urgentes.

Amnesty International invite le ministre de l’Intérieur de la RDC à lever sans délai et officiellement la directive du gouvernement qui interdit toute manifestation publique, disposition qui est contraire à la Constitution. Henri Mova devra également faire en sorte que les autorités chargées de l’application des lois en RDC respectent les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Cette organisation Internationale de défense des droits de l’homme prie le gouvernement congolais à traduire en justice tous les responsables présumés des violations des droits humains, notamment les membres des forces de sécurité et ceux de l’autorité administrative, qui ont commis, ordonné ou encouragé l’usage de la force excessive pour disperser les manifestations pacifiques organisées par le Comité laïc de coordination catholique le 31 décembre 2017, le 21 janvier 2018 et le 25 février 2018.

L’ONG exige la libération sans délai et sans condition de toutes les personnes qui sont détenues seulement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et à manifester pacifiquement. Allusion faite  aux quatre militants de Filimbi qui sont maintenus en détention à Kinshasa depuis le 30 décembre 2017.

« Les autorités doivent mettre en œuvre complètement et sans plus attendre toutes les recommandations faites par la commission d’enquête mixte concernant les événements des 31 décembre 2017 et 21 janvier 2018 ; et la ministre des Droits Humains doit proroger le mandat de la commission d’enquête mixte et le gouvernement doit lui fournir les moyens pour qu’elle continue à mener des enquêtes sur les autres violations de droits humains qui ont été commises lors des manifestations à Kinshasa et dans d’autres régions du pays », suggère Amnesty International.

A en croire Amnesty International, ces mesures concrètes qu’elle propose visent à faire respecter les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique et à amener les responsables présumés à rendre des comptes. Amnesty International estime qu’il y a un risque élevé que d’autres violations des droits humains soient commises en RDC.

Des femmes membres de la société civile brutalisées à Mbuji-Mayi

Les coordonnateurs provinciaux de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC) de la RDC ont dénoncé la dispersion dans la brutalité par les éléments de la police nationale congolaise des femmes à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental au centre du pays.

Ces dernières ont marché pacifiquement le mardi 15 mai 2018, pour dénoncer la pénurie d’eau dans la ville et déposer leur memo à la Mairie. Et ce, malgré l’information préalable donnée à l’autorité urbaine conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution.

Face à cette situation, les coordonnateurs provinciaux de la NSCC ont déploré « la violation flagrante » des dispositions pertinentes en matière de libertés publiques garanties par la Constitution de la RDC, la déclaration universelle des droits de l’Homme, l’acte international relatif aux droits civiques et politiques, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples par la police nationale.

« Nous, coordonnateurs provinciaux de la NSCC, marquons notre soutien total à l’action initiée par les femmes du Kasaï Oriental avec en tête nos deux collègues Rachel Kapinga et Sarah Balenga ; condamnons ces actes qui n’honorent pas l’image de la police nationale et appelons nos autorités politico-administratives de Mbuji–Mayi au respect des lois de la République ; et, exigeons à la Mairie de Mbuji-Mayi de résoudre en toute urgence le problème de la pénurie d’eau dans la ville de Mbuji-Mayi et ses environs », conclu le communiqué.

GKM
La Tempête des Tropiques
C’est vous qui le dites :
8423 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Cardozo Mwamba au PPRD !
left
Article précédent Kinshasa : des calicots annonçant la candidature de Joseph Kabila

Les plus commentés

Société Gims : "J'ai refusé l'offre de Bill Gates de m'utiliser pour vacciner toute la RDC"

17.07.2024, 10 commentaires

Politique Est de la RDC : l’UE préconise un « cessez-le-feu permanent »

18.07.2024, 9 commentaires

Economie Commerce extérieur : des véhicules transportant du poisson à destination de la RDC bloqués en Ouganda

17.07.2024, 8 commentaires

Science & env. Insalubrité à Kinshasa : une amende de 50 millions de FC à toute personne qui va jeter des immondices sur la voie publique

18.07.2024, 7 commentaires


Ils nous font confiance