mediacongo.net - Actualités - Processus electoral: Le CNSA dénonce la passivité de la Céni et du gouvernement

Retour Politique

Processus electoral: Le CNSA dénonce la passivité de la Céni et du gouvernement

Processus electoral: Le CNSA dénonce la passivité de la Céni et du gouvernement 2018-07-11
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/07-juillet/9-15/tripartite-gouv-cnsa-ceni.jpeg -

Le CNSA dénonce la passivité de la Céni et du gouvernement face à un processus électoral à la dérive, le CNSA ne décolère pas et pense amener la Céni et le gouvernement à faire preuve de bon sens pour éviter le pire. En cause, la tripartite peine à dégager un compromis autour de grandes options pour des élections apaisées. Hier mardi, celle-ci n’a pas pu se réunir, la Céni et gouvernement ayant brillé par leur absence. Le CNSA dénonce la passivité de ses partenaires de la tripartite qui ne se montrent pas disposés à garantir un processus électoral apaisé.

Les manigances tendant à retarder le processus électoral et à entraver la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 sont mises à nu à la Tripartite CNSA-Gouvernement et Céni. Selon les premières notes de l’évaluation à mi-parcours de l’application de compromis politique, le CNSA rend la Céni et le gouvernement responsables du retard et de tous les ratés accumulés à ce jour et les accuse de s’être engagés dans un travail de sape du processus électoral.

UN RAPPORT ACCABLANT

Dans un document présenté hier mardi 10 juillet en l’absence des représentants du gouvernement et de la Céni, il se dégage un niveau de réalisation très bas des engagements contenus dans le compromis politique du 31 décembre 2016.

Le tableau sombre présenté n’a pas donné lieu à un dialogue direct entre les trois parties. Président du CNSA, Joseph Olenghankoy prend son mal en patience, en attendant la clôture des travaux, prévue ce mercredi 11 juillet.

Anticipant sur la suite des événements, le CNSA tente de se dédouaner dans un exercice d’évaluation vicié dès le départ. Il prend la mesure du décor qui est planté pour des élections troublées.

Tous les ingrédients sont réunis et dénoncés, notamment, l’invocation d’un possible troisième mandat pour le président en fonction, l’instabilité des institutions provinciales, l’opacité d’un fichier électoral avec 16% d’enrôlés sans empreinte digitale, l’usage de la machine à voter sans l’unanimité de la classe politique, la tendance à imposer des considérations politiques au sein de l’administration publique, la persistance des poches d’insécurité, de la criminalité et la méfiance intercommunautaire…

En définitive, dans toutes les deux problématiques majeures soulevées pendant les travaux, à savoir : la décrispation politique et le financement du processus électoral, le CNSA se heurte à un mur, à savoir, le gouvernement. Ce dernier, relève-til, s’évertue à nager dans une chronique d’une vraie-fausse application de la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Pris point par point, l’évaluation du processus électoral renforce le doute sur la tenue des élections. Le chapitre 4 de l’accord ressort les différents engagements pris par toutes des parties mais qui, malheureusement, ne sont toujours pas tenus. La refonte du fichier électoral s’est effectué avec le piège mis à nu concernant l’existence des 16% d’enrôlés sans empreinte digitale.

S’agissant des moyens externes et internes et le respect du plan de décaissement, le CNSA ne dispose à ce jour d’aucune information. L’autre piège tendu au processus, c’est la trouvaille de la machine à voter comme voies de rationalisation du système électoral. La classe politique est loin de s’accorder à ce sujet.

Dans la foulée, il n’y a pas de contrôle trimestriel par le Parlement, comme convenu, sur l’utilisation des ressources budgétaires mises à la disposition de la Céni. Et tout est fait pour éviter même au CNSA, un suivi régulier du processus. La preuve : c’est le long intervalle des évaluations avec la Céni et le gouvernement. La dernière date d’octobre 2017 alors que l’accord prévoit une tripartite une fois tous les deux mois.

D’autres points restent en suspense. C’est notamment le remplacement bloqué du délégué de l’UDPS à la Céni et aucune information au sujet de la sécurisation du processus électoral. Entretemps, la violation du caractère apolitique de l’administration publique, de la police nationale et des services de sécurité, est flagrante. La tendance est celle d’imposer des considérations politiques dans l’administration publique.

L’autre mur érigé par le gouvernement devant le CNSA concerne la décrispation politique consacrée au chapitre 5 de l’Accord. Les prisonniers politiques, dits emblématiques, demeurent en détention. Si le dédoublement des partis politiques a trouvé une suite favorable, à quelques exceptions près (cas du MSR), l’autorité compétente est restée de marbre s’agissant d’apporter des corrections aux erreurs contenues dans la liste des partis politiques publiée au Journal officiel le 30 avril 2018. Une consécration de la confusion, s’indigne le CNSA.

EVITER L’HÉCATOMBE

Si les trois acteurs majeurs du processus électoral ne savent pas se mettre d’accord, l’on est déjà en droit de craindre le pire, c’est-à-dire des élections entachées de graves irrégularités où tout le monde n’aura pas les mêmes chances.

Le CNSA, qui se dit défendre l’accord du 31 décembre d’où il tire son existence, promet de ne pas baisser les bras. D’ores et déjà, le double report des opérations des dépôts des candidatures aux provinciales est aussi une source d’inquiétude.

Corneille Nangaa s’est dédit après une intransigeance passagère. Les acteurs politiques bénéficient d’une rallonge allant jusqu’au 12 juillet 2018 pour déposer leurs dossiers aux BRTC.

En sera-t-il de même lorsqu’on atteindra l’échéance fatidique du 23 décembre 2018 ? C’est tout le problème. Pour l’instant, la Céni est loin de rassurer. Bien des préalables pour des élections apaisées restent toujours en suspens.


Le Potentiel
4602 suivent la conversation
24 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Notre Congo_Rdc - 12.07.2018 09:41

Cap vers les élections dit!!!

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 12.07.2018 09:35

Chers compatriotes, qu'est ce que le tenebre peut engendrer ?????? Je viens de constater que NAANGA est un mediocre par excellence, il n'est pas different de KOKONYANGI qui avait dit qu'il n'a qu'un seul maître Hypolite kanambe et NAANGA n'a aucun pouvoir de nous imposer nous le peuple les machines A tricher. Naanga demande s'il y a eu un referendum pour savoir si la majorite' ne veut pas de ses machines, quel raisonement ???? Meme le pays fabriquant vous deconseil d'utiliser les machines. C'est le chanvre ou quoi.

Non 2
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
congolibre - 12.07.2018 09:15

Avec Nanga et Tshibala nous aurons des elections pires que Ngoy MULUNDA

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Je suis Kongo - 12.07.2018 09:12

Regardez bien les trois hommes, interessant pour un groupe théatral. Du temps perdu pour rien.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
askots - 12.07.2018 03:09

Regrettable Professeur Bob Kabamba, votre pays la RDC dispose de toutes les richesses du monde en quantités étonnantes et pour quoi demeure t'il si pauvre? Vous risquerez de dire qu'il est mal géré! Monsieur le professeur, Kasavubu fut-il mauvais gestionnaire? Mobutu fut-il mauvais gestionnaire et pour quoi l'ont ils gardé pendant longtemps au pouvoir? Kabila Papa a été tué parce qu'il refusait les dettes alors l'économie se relevait. Savez vous quelque chose sur le code minier actuel? Et pour quoi vos amis le boudent jusqu'à promettre des sanctions aux sociétés qui l'approuvent? Monsieur le Professeur vous êtes censé dire la vérité.

Non 2
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
askots - 12.07.2018 02:58

anonyme - 11.07.2018 21:09 Monsieur le Professeur Bob Kabamba que nous avons tous suivi sur les antennes de RFI a parlé des sanctions contre JKK, de la guerre que les pays voisins de la RDC feront contre cette dernière, des sanctions pour démotiver les asiatiques qui sont venus à la rescousse de notre économie pendant que tes amis occidentaux nous avaient mis sous embargo de tout. Oh Anonyme, ne vous réjouissez pas de cette attitude du Professeur Bob Kabamba car lui même sait que pour détruire l'Irak, ceux qu'ils vantent avaient dû tromper les peuples du monde que Saddam disposaient des armes à destruction massive, pour tuer Lumumba, ils ont menti qu'il était socialiste,...

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 11.07.2018 22:35

C'est de la politique du bas étage. Dans une réunion si importante, dont manque la CENI et Gouvernement, les acteurs principaux, il ne sert absolument à rien faire un communiqué d'évalution. On ne pose des questions en se donnant les réponses,qu'auraient dut donner les gvt. Au maximum on annule la réunion. L'Accord de Saint Sylvestre ne peut etre un DOGME RELIGIEUX dans la vie politique des congolais et dans aucun autre pays. L'accord est entre invidus .L'Etat regarde la nation est applique cet accord là ou cela est possible. Combien des dogmes catholiques que la Cenco,CLC violent? à commencer par les divorces et concubinages.

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme - 11.07.2018 21:09

Invité ce 11 juillet 2018 sur Rfi, le professeur à l’Université de Liège Bob Kabamba, a indiqué que, au cas où Joseph Kabila déposait sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain, une intervention militaire ,contre le régime Kabila est envisagée sur le territoire congolais pour établir ce qu’on peut appeler l’ordre constitutionnel », a déclaré Bob Kabamba.

Non 3
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme - 11.07.2018 20:58

Bruno: au poste( non méritié par toi ) de premier ministre n TU ES LA CREATION de Joseph Olenga Nkoyi. Tu le méprises et tu monnayes ta signature / +/- 2 millions de dollars US par exemption ou autorisation frauduleuse par libanais. Avec cet argent tu a acheté au moins 4 immeubles/5 maisons à Gombe et 12 villas et 4 immeubles commerciaux à l'étanger. Sous des prêtes noms, tu a en banques étrangères 28 millions de dollars.ET TU NE DONNES RIEN A CELUI QUI TA CREER.BRUNO SOIT RECONNAISSANT

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mwelanya Kalimba - 11.07.2018 20:22

Le peuple vase libérer cette fois. La Kabilie, la Nangalie et la Tshibalie cherchent à bloquer et surtout à s'éterniser au pouvoir, mais ils doivent savoir: 1. On ne trompe pas tout le monde pendant tout le temps; 2. quelle que soit la longueur de la nuit le soleil finit par apparaitre; 3. Même ceux qui se croyaient intouchables et surtout imbattables comme Kadafi, Sadam Hussein, Laurent Bagbo avaient été chassés et le peuple a fini par gagner.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Muana mboka - 11.07.2018 19:17

ON IRA DE BLOCAGE EN BLOCAGE, DE TROUBLE EN TROUBLE ET PEUT ETRE DE GUERRES EN GUERRES TANT LE TENANT DU POUVOIR ACTUEL CHERCHERA A S'Y CRAMPONNER A TOUT PRIX. POURTANT CELA A POUR PRIX LA SOUFFRANCE ET LE SANG DU CONGOLAIS. LE RESPONSABLE DE L'EVENTUEL EMBRANCHEMENT DU PAYS C'EST JKK

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Benoit kangoma - 11.07.2018 18:07

Qui Tue Par L, Epé, Perira Par L, Epé Ce La Parole De Dieu.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 11.07.2018 17:53

Kabila est trop mediocre vraiment! Qui etait-il lors que'il vivait en Tanzanie? Il avait quelle nationalité?

Non 2
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mutwale - 11.07.2018 17:45

C'était prévisible....Mais chaque chose a son début et sa fin. C'est la fin de Kabila....Trop c'est trop, toutes les armes qu'il a amassées par-ci et par-là pour combattre le peuple congolais se retourneront contre lui. Il ne sera jamais plus fort que le peuple!!!

Non 2
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 11.07.2018 17:42

Olenga cuca cherche à se dédouaner auprès de l'opinion pour sois disant montrer ses bonnes intentions et rejeter la faute aux autres. Ventriote, incompétent que tu es. C'est un jeu de dupe pour amuser la galerie pendant que le sois disant processus électoral est enclenché (avec l'enregistrement des candidats à la députation provinciale) dont on connait son inaboutissement, vous organisez des réunions tripartites bidonnes sachant que l'accord dont il est question n'a jamais été appliqué et que ton CNSA inutile de surcroît est même la preuve de la non-application dudit accord. La force des armes et/ou de la rue est déjà en marche pour mettre fin à vos comédies.

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bob - 11.07.2018 17:35

Un président d'une institution soit disant indépendante, quand NANGA dit clairement, celui qui ne veut pas la machine à voler il n'à qu'à ellerses élections, NANGA ne voit pas le danger qui lui gette.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 11.07.2018 17:28

Congolais debout. Olenga nkoyi na ba Bruno Tshibala Henri Mova avec les autres faux politiciens ba teki mboka...Congolais telema, telema to bengana Kabila azali Rwandais epuis alingi a tia 3eme mandat po atingama na pouvoir libele. FCC ezali pona ba soutenir Kabila mobomi ya peuple Congolais po atikala na bokonzi.

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bob - 11.07.2018 17:26

La seule solution pour régler cette situation c'est la force, parce qu'il ne faut plus faire confiance à ces raté de la MP et FCC, on nous parlait d'un gouvernement d'union nationale où en sommes nous avec ce gouvernement, ils se sont tous retrouver avec kabila n'est ce pas ? La même situation se trouve du côté de la CENI, NANGA est le bon serviteur de kabila, il fait tout et pour que le camp de kabila gagne les élections, sans vous mentir la RDC va connaître une période très sombre de son histoire, ils se prépare pour conserver le pour à tout prix mais ils oublient que hors du pays il y a les vrais compatriote qui sont à l'oeuvre, NANGA n'oublie pas la voix du peuple...

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Abdoul - 11.07.2018 17:22

avec tt c que c régime sème,le pays sera confronté à des graves difficultés après le départ d kabila. Quant à olenga, si tu ne vois pas clair, prq ne pas démissionner? tu ne seras pas épargné aprés Kabila, boleki trop lokoso ya kolia

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
congolais - 11.07.2018 17:13

C'est la médiocrité en médiocrité. Ceci signifie que le CNSA et le Gouvernement sont l'œuvre de ma majorité au pouvoir. Logiquement la MP ne peut jamais faire confiance à aux personnes qui ont trahi les leurs du fait qu'ils peuvent se retourner contre eux un jour. Le groupe Olenga, Tshibala etc ont trahi le peuple,ils les enemis de cette population

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kingakati - 11.07.2018 17:07

Olengankoy, bon appétit tu es en train de manger les fruits de la traîtrise et de la trahison... Tu regretteras toute ta vie d'avoir été traître. Après ceci, Kanambe va te coller un faux dossier... Le reste de ta vie est la prison de Makala

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA - 11.07.2018 16:51

OLEGA NKOY il est encore temps que tu prépare tes armes, car la lutte contre KABILA que tu as soutenu sera belle et bien une lutte armée plus que celle de 1998 à 2004 avant l’avènement de sun city, tu as compris, preparez vous à la guerre contre la KABILIE sous toutes ses formes et non aux élections qui ne se dérouleront jamais tant que KANABE est la cause du problème.

Non 3
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Bondekwe - 11.07.2018 16:08

Olengankoy fait un effort pour se dedouaner. En bon politicien, il devait comprendre des le depart que diviser la plate forme cree a Genval par Etienne Tshisekedi n'allait jamais profiter qu'au camp au pouvoir. Il l'a igonre par besoin de se refaire une sante financiere, ce que personne ne lui accorde maintenant et voila, il tente de demontrer qu'il est toujours l'enfant terrible de l'USORAL. Peine perdue cher ami, tu nous a plutot fait la demonstration de la bassesse de tous les politiciens congolais. Egoistes, ventriotes, anti-patriotiques, jaloux de l'essor de l'autre. Matata vous tous qualifie de caimans, il n'a pas tord

Non 2
Oui 24
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kimbilikiti - 11.07.2018 15:44

ahhh, ebandi mabe. CENI na gouv ba tie pwa. Kieeee people azo zela bino. (23/12 eza musika te)

Non 3
Oui 17
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Présidentielle: une pétition pour obtenir la candidature de Mgr Monsengwo

Politique ..,

Elections au Pakistan: la jeunesse ne s'en laisse plus conter

Monde ..,

Leïla Zerrougui : « On n’a rien à gagner à empêcher les gens de s’exprimer »

Société ..,

Elections 2018 : Un déficit de 80.000 policiers à combler

Société ..,