mediacongo.net - Actualités - "Bana vernis", ces débrouillards qui ont conquis le marché de la manucure et de la pédicure

Retour Style et Beauté

"Bana vernis", ces débrouillards qui ont conquis le marché de la manucure et de la pédicure

"Bana vernis", ces débrouillards qui ont conquis le marché de la manucure et de la pédicure 2018-10-04
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/09-septembre/24-30/bana_vernis_kinshasa_18_012.jpg -

Dans les rues et les places publiques de Kinshasa, les "Bana vernis" sont devenus omniprésents. Jeunes, audacieux, endurants, ces débrouillards formés sur le tas parcourent quotidiennement les artères de la capitale à la recherche des clients, disposés à payer à moindre frais leurs services en manucure et en pédicurie. Et bien souvent, leur audace paie.

Dès qu’il est 8h00, les Kinois entendent dans la rue un concert de petits flacons qui s’entrechoquent. Habitués à cette tintamarre quotidienne, ils savent déjà qu’ils ont affaire aux "Bana vernis", ces débrouillards dont l’âge oscille entre 16 et 32 ans qui sillonnent les principales artères de la ville, les lieux des négoces (marchés, boutiques, magasins, bars, terrasses…) et les places publiques (carrefours, bâtiments publiques, universités…) à la recherche des demandeurs de la manucure et de la pédicurie.

Regards vifs, oreilles alertes, ces "vendeurs ambulants" sont attentifs aux moindres bruits, aux moindres appels, et prêts à accourir aux pieds de leurs éventuels clients. Sac au dos ou en main, képi ou béret vissés sur le front, ils parcourent des kilomètres à pied, entrechoquant entre leurs doigts des flacons de vernis pour signaler leur présence auprès des "initiés" qui sollicitent leurs services.

Bien souvent, la clientèle de ces adolescents ou adultes virils est constituée de jeunes filles ou des femmes qui n’ont pas suffisamment de ressources pour se rendre dans les salons de beauté spécialisés, jugés trop onéreux. Pas étonnant que, parfois, ces soins intimes tournent à la séduction, aux idylles qui viennent à petit feu.

"LA VIE APPARTIENT A CEUX QUI SE LEVENT TOT"

Babouches aux pieds, talons crasseux, orteils noircis par la poussière, Jonas Landu fait tous les jours du porte-à-porte dans les avenues de Kalamu. Accroupi, crâne voilé, il s’attèle ce mardi matin à nettoyer, au moyen d’un dissolvant, les ongles des mains et des pieds d’une dame au teint clair, vêtue d’une minijupe moulante et juchée sur un haut tabouret en bois, au-devant de son domicile. Caressée par les tacts de son pédicure, elle engage un dialogue avec sa voix charmante.

"Comment t’organises-tu pour arriver chaque jour à attirer ta clientèle ?", lui demande cette cliente d’une vingtaine d’années. "Eh bien, dès qu’il fait jour, je me lève et m’apprête pour quitter ma maison à 6h00. Je me mets alors en route, à la quête des clients. Etant donné que je ne suis pas la seule personne à pratiquer ce métier, je suis tenu à me lever tôt pour me mettre au travail", relate Jonas Landu, la vingtaine révolue.

"Le fait de faire entrechoquer, sur mon parcours, mes deux petites bouteilles de verres m’a toujours été bénéfique, d’autant qu’il me permet d’éveiller l’attention de mon entourage et de signaler que je suis disposé à m’occuper de leurs petits soins", a révélé ce jeune pétri d’expériences.’

DE PRESTATAIRES AMBULANTS EN "PEDICURES SEDENTAIRES"

Alors que les uns passent de porte en porte pour vendre leurs services, d’autres "pédicures ambulants" ont fini par se frayer un lieu en plein air où ils s’installent pour recevoir leur clientèle. "Je suis installé ici à Kalamu depuis 2016. La population de ce quartier me connaît bien et se montre toujours satisfaite de mes services. En cas de besoin, mes clients savent où me trouver", déclare à "Forum des As", un jeune talentueux surnommé "Obama".

"Ce métier m’a énormément aidé, poursuit-il. Je l’ai pratiqué au Congo Brazzaville, avant d’être refoulé à Kinshasa. Il me permet de prendre en charge ma femme et mon enfant qui vit ailleurs, et de scolariser un neveu. Grâce à ce métier, je me nourris et me vêts. Il me permet ainsi de nouer les bouts du mois".

UN MEME KIT POUR TOUS !

En dépit des précautions d’hygiène, ces "Bana Vernis", réunis en réseau, se sont résolus à se servir d’un même kit complet pour les soins quotidiens de leur clientèle. Probablement pour des raisons économiques. On y retrouve notamment une petite paire de ciseaux, un coupe-ongles, un pied de biche, une lime, une bouteille de dissolvant, du coton, des flacons de vernis..."Dommage que ces instruments, parfois tranchants, soient les mêmes pour tous !", regrette un passant.

Pour ce qui est des ongles artificiels, un paquet est adapté à l’usage d’une seule personne. "Certaines filles préfèrent poser de faux ongles de petite dimension, chacune avec un modèle particulier. Prudentes, redoutant la moindre contamination, elles apportent leurs propres kits qu’elles me présentent avant que je commence le travail. Mais pour la plupart, elles se laissent faire avec nos objets, exigeant toutefois que ces outils tranchants soient désinfectés, avant tout usage", nous souffle "Obama" un jeune talentueux de Yolo.

PEDICURIE ET MANUCURE A MOINDRES FRAIS

Les soins quotidiens des ongles n’exigent pas, en général, des ressources exorbitantes, lorsqu’on se retrouve face à ces milliers des jeunes. Il suffit juste de brandir un billet de 500Fc pour bénéficier des soins des ongles, soit au niveau des mains, soit au niveau des pieds. A 1000Fccependant, on peut pour bénéficier des soins aussi bien des orteils que des doigts de la main.

Par ailleurs, pour la pose de faux onglets, le coût se lève à 2000Fc pour les deux mains et à 4000Fc pour les deux pieds et les deux mains. Voilà pourquoi certaines kinoises préfèrent désormais le service des "Bana vernis" que de se rendre dans de grands salon de beauté où le tarif est très élevé. Il n’y a pas de saut métier, dit-on, car à la fin de leur service, ces jeunes s’en sortent avec 25.000 Fc ou plus par jour, si la journée s’est annoncée bonne.


Forum des As / MCP, via mediacongo.net
1203 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les cosmétiques pour bébés nocifs pour leur santé
left
ARTICLE Précédent : Miss Mexique sacrée Miss Monde 2018