mediacongo.net - Actualités - Le Conseil de sécurité à Kinshasa : absence inexpliquée de l’ambassadrice Nikki Haley

Retour Politique

Le Conseil de sécurité à Kinshasa : absence inexpliquée de l’ambassadrice Nikki Haley

Le Conseil de sécurité à Kinshasa : absence inexpliquée de l’ambassadrice Nikki Haley 2018-10-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/10-octobre/8-14/onu-conseil-de-securite-palais-de-la-nation.jpg -

La délégation du Conseil de sécurité de l'ONU à la sortie de leur audience avec le président Kabila au Palais de la Nation, le 06 octobre 2018. (Twitter/@Présidence RDC)

Très critique envers le pouvoir en place à Kinshasa, la représentante des Etats-Unis aux Nations unies ne faisait pas partie de la délégation du Conseil de sécurité qui vient de séjourner à la capitale congolaise. Pour quelle raison ? Difficile à comprendre. Dans les salons politiques, l’absence remarquée de l’ambassadrice américaine soulève bien des questions.

Les membres du Conseil de sécurité ont bouclé samedi dernier leur visite de travail à Kinshasa. Dans la capitale congolaise, ils ont conféré avec toutes les parties impliquées dans le processus électoral, notamment le chef de l’Etat, Joseph Kabila, le Premier ministre, Bruno Tshibala et le président de la Ceni, Corneille Nangaa. Ils ont par la même occasion eu une séance de travail avec une délégation de l’Opposition – en tout cas celle qui évolue en dehors des institutions.

Mais, dans la délégation de l’organe de décision des Nations unies, une absence remarquée a attiré toute l’attention. C’est celle de la très bouillante ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley. La diplomate américaine très critique envers le régime en place à Kinshasa, n’a pas effectué le déplacement de Kinshasa. Dans la capitale congolaise, son absence a évidemment alimentée la chronique. On en parle. Pour le moment, les raisons de son absence n’ont pas été révélées ; Washington ayant préféré garder le silence.

Le plus évident est que Nikki Haley n’était pas à Kinshasa. Ce qui n’est pas étonnant. Car, entre Kinshasa et Washington, les rapports ne sont pas
au beau fixe. En août dernier, la représentante des Etats-Unis à l’ONU a soulevé, lors d’une réunion interne du Conseil de sécurité consacrée à la RDC, de graves inquiétudes de l’administration américaine par rapport à l’évolution du processus électoral en RDC. À l’occasion, Nikki Haley avait fait part « des signaux rouges et des questions sans réponses » qui n’auguraient pas d’un processus électoral apaisé et crédible en décembre prochain.

Sans doute, à Washington, l’administration Trump a déjà une idée sur ce qui va réellement se passer le 23 décembre 2018, au cas où la Ceni s’entêtait à organiser les élections dans les conditions actuelles. Ce qui aurait, d’une certaine manière, motivé l’absence de Nikki Haley dans la délégation du Conseil de sécurité dépêchée à Kinshasa. Il faut donc savoir lire les signes du temps.

DANS LES COULISSES DE LA MISSION DE KINSHASA

Audience accordée par le président Kabila à la délégation du Conseil de sécurité de l'ONU, ce samedi 06 octobre 2018. (Twitter/@Présidence RDC)

Quoique réservé sur la marche de la RDC vers les élections de décembre prochain, le Conseil de sécurité a, toutefois, souligné l’opportunité historique que représentent les élections du 23 décembre 2018.

Pour la France qui a dirigé cette délégation du Conseil, les priorités de cette mission en RDC ont été les élections prévues avant la fin de l’année, la situation sécuritaire dans le pays, la participation des femmes congolaises au processus électoral et la lutte contre les violences faites à ces dernières.

« Le Conseil de sécurité doit mettre tout son poids au service de notre objectif prioritaire : des élections le 23 décembre, crédibles, transparentes,
dans un climat apaisé », avait déclaré vendredi soir le représentant permanent de la France à l’ONU, François Delattre, lors d’un point de presse à Kinshasa, la capitale de la RDC.

« Nous avons marqué la volonté du Conseil d’accompagner la RDC sur le chemin de la paix, de la stabilité et de la prospérité », avait indiqué, sans tout autre commentaire, l’ambassadeur français à l’issue de l’audience accordée par le président Kabila à la délégation du Conseil. « Les élections du 23 décembre marquent une opportunité historique sur ce chemin. Elles ouvrent en effet la voie à une première transition démocratique et pacifique du pays », a souligné M. Delattre avant d’ajouter : « C’est pourquoi il est cruciale que les élections du 23 décembre soient crédibles et transparentes et se tiennent dans un climat apaisé. »

Arrivée à Kinshasa vendredi après-midi, la délégation du Conseil de sécurité a eu, dès le premier jour de sa visite, une « séance de travail » de deux heures avec le bureau de la Ceni.

L’occasion pour la Ceni d’échanger avec les membres du Conseil sur les avancées et les défis du processus électoral. Devant la presse, le président de la Ceni avait relevé la nécessité de concilier un double impératif : la crédibilité des élections et leur tenue le 23 décembre. « Le 23 décembre se tiendront les élections en République démocratique du Congo », avait-il indiqué.

Pour la Cenco, la rencontre avec la délégation du Conseil était l’occasion d’exprimer « les craintes, les difficultés et les inquiétudes » liées au processus électoral en RDC, mais aussi de souligner que « le processus est en train d’avancer ».

« La Cenco n’a cessé d’inviter les acteurs politiques et sociaux à chercher le consensus autour des problèmes qui les divisent », a déclaré l’abbé André Masinganda, le premier secrétaire général adjoint de la Cenco, au micro de Radio Okapi, citant les problèmes liés au fichier électoral et à la machine à voter. Une machine à voter que rejette l’ensemble d’acteurs impliqués dans le processus, sauf curieusement la Majorité au pouvoir...

Tout en faisant part de l’« opportunité historique, avec les élections du 23 décembre [2018] décidées par le président Kabila, pour une première transition démocratique et pacifique dans ce pays qui, elle-même, doit ouvrir la voie à la consolidation, la stabilité en RDC, et y créer les conditions propices au développement », le Conseil de sécurité a, au terme de toutes ses consultations, fait remarquer qu’il était « crucial que les élections du 23 décembre soient crédibles, transparentes et qu’elles se tiennent dans un climat apaisé ».


Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net
4633 suivent la conversation
8 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

EN DIEU NOTRE ESPOIR | JL4Y99K - posté le 10.10.2018 à 08:33

"Justice" ya mboka na biso | TYE1YEX - posté le 09.10.2018 à 19:20 c'est bien de rejeter la machine, mais ces 19 candidats ne représentent pas les 80 millions de congolais. Si vraiment tu veux savoir le nombre exact qui serait pour cet outil, le référendum départagerait les deux camps. Sans ce dernier les chiens aboieront et la caravane passera toujours. RDV le 23/12 avec la machine-imprimante à bulletins de vote.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso | TYE1YEX - posté le 09.10.2018 à 19:20

Lors de la réunion entre Nangaa et les acteurs politiques,à la fin de la dite réunion 19 candidats avaient rejeté la machine à dauphin, sauf un qui ne s'était pas exprimé.. le dauphin!!!

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
EN DIEU NOTRE ESPOIR | JL4Y99K - posté le 09.10.2018 à 15:23

La machine sera utilisée, CN ne cessera de le dire. Au lieu de rejeter cette dernière pour des raisons non fondées faute d'une bonne préparation aux échéances de décembre prochain, l'OPPOSITION Radicalisée devrait mettre en place d'ores et déjà une équipe des témoins qui fera en sorte qu'aucune tentative de tricherie ne soit relevée.

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 09.10.2018 à 12:18

Ces Fossoyeurs Corrompus du Congo(fcc) répondront un à un aux désordres que leur têtutesse produra suite à l'élection baclée de Décembre!

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zemira | 4SRZTHP - posté le 09.10.2018 à 11:34

C'est au FCC qu'il faut demander le retrait de la machine à voter. Naanga n'est qu'un marionnette dont les manettes sont tenues par les médiocres du Fossoyeurs Corrompus du Congo (FCC).

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 09.10.2018 à 11:18

Nangaa jette ta MACHINE À TRICHER et nettoie le fichier électoral. Sinon tu SERAS RESPONSABLE de tous les désordres post-électoraux.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme | 5OD19FR - posté le 09.10.2018 à 11:17

bonjour C'est avec une profonde reconnaissance que je tiens à vous apporter ici mon témoignage. Etant à la recherche de prêt, je suis tombé sur un monsieur. il m'a octroyé un prêt avec un taux de 2% par ans et j'en ai parlé à plusieurs collègues qui ont également reçu des prêts chez ce monsieur sans avoir de soucis. Particulièrement à moi, son contact email : credit.cofadis@gmail.com j'ai reçu ma demande de crédit sans protocole et je suis tout à fait satisfaite. Je vous conseille de ne plus vous trompez de personne si vous voulez effectivement faire une demande de prêt d’argent pour votre projet et tout autre. Vous pouvez l'écrire et l'expliquer votre...

Non 4
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Pro développement | JXMDFJF - posté le 09.10.2018 à 09:20

Machine à voler. Il faudra corriger, car quand il n'y a aucune maîtrise sur le fichier électoral comme c'est le cas aujourd'hui, cette machine ne sert plus à RIEN, elle devient un outil efficace de TRICHERIE. Ayez la maturité d'écouter AUSSI les AUTRES avant qu'il ne soit trop tard.

Non 2
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Pacte de l'ONU sur les Migrations : un texte controversé, mais que prévoit-il ?

Monde ..,

Antonio Guterres : « La corruption porte atteinte aux valeurs de l’ONU »

Société ..,

Experts de l’ONU tués en RDC : arrestation du colonel Jean De Dieu Mambweni

Société ..,

La Monusco estime trop tôt de s’exprimer sur le processus électoral en RDC

Politique ..,