mediacongo.net - Actualités - Cameroun : un maire enlevé pour son implication dans l'élection présidentielle

Retour Afrique

Cameroun : un maire enlevé pour son implication dans l'élection présidentielle

Cameroun : un maire enlevé pour son implication dans l'élection présidentielle 2018-10-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/10-octobre/8-14/njong_donatus_18_00001.jpg Yaoundé, Cameroun-

Njong Donatus, maire de Kumbo au Cameroun

Kidnappé le 10 octobre, Njong Donatus, maire de Kumbo manque jusqu’ici à l’appel. Il aurait été enlevé par des séparatistes anglophones pour s‘être impliqué dans le processus électoral en cours.

Où se trouve le maire de Kumbo ? Que lui est-il arrivé ? Autant de questions que tout le monde se pose depuis le 10 octobre dernier. C’est en effet ce mercredi dans la matinée que Njong Donatus a été enlevé à Sabga, une localité voisine de Kumbo par de présumés séparatistes anglophones.

Pour beaucoup d’habitants de ces deux localités de la région du Nord-ouest, les ravisseurs reprocheraient à l'édile de s‘être impliqué dans l‘élection présidentielle du 7 octobre dernier. Peu avant son kidnapping l'édile avait participé à des émissions radio dans lesquelles il appelait les populations à aller massivement voter.

Selon des médias camerounais, les séparatistes anglophones se sont montrés très hostiles à cette élection présidentielle qui mettait aux prises huit candidats dont le président sortant Paul Biya (85 ans) au pouvoir depuis 1986.

Plus de 600 civils morts dans la crise anglophone

La crise anglophone est née en novembre 2016, lorsque des Camerounais des zones occidentales d’expression anglophone ont commencé à décrier par exemple le déficit infrastructurel et la sous-représentativité dans les institutions.

Les dialogues initiés par Yaoundé, les arrestations de leaders de la sécession, les actions militaires ni le plan humanitaire d’urgence lancé par le gouvernement en juin dernier, ne suffisent pas jusqu’ici à faire baisser la tension.

Et deux ans après son déclenchement, la crise anglophone a déjà fait plus de 85 morts au sein de la force publique et tué plus de 600 civils. Par ailleurs, selon l’ONU, près de 160 000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences. L’agence nigériane de gestion des urgences (SEMA) estime pour sa part à près de 75 000 Camerounais ayant trouvé refuge au Nigeria.

John Ndinga Ngoma
Africanews / MCP, via mediacongo.net
532 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Luanda: l’Angola se félicite "d’avoir réussi à 100% l’expulsion des migrants illégaux sur son sol"
AUTOUR DU SUJET

Présidentielle au Cameroun : le brouillard électoral persiste

Afrique .., Yaoundé, Cameroun

Présidentielle au Cameroun : les jeunes espèrent le changement

Afrique .., Yaoundé, Cameroun

Présidentielle au Cameroun : quel avenir pour la crise anglophone ?

Afrique .., Yaoundé, Cameroun

Au Cameroun, la campagne présidentielle bat déjà son plein... sur les réseaux sociaux

Sur le net .., Douala, Cameroun