mediacongo.net - Actualités - Le drame des Congolais expulsés d’Angola

Retour Diaspora

Le drame des Congolais expulsés d’Angola

Le drame des Congolais expulsés d’Angola 2018-11-09
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/10-octobre/29-31/expuse_angola_18_0121.jpg -

Ce ne sont plus les 10 000 ou 20 000 arrivées par jour, mais des centaines de Congolais expulsés d'Angola continuent d'affluer chaque jour à Kamako dans le Kasaï, en dehors de toute procédure légale. Selon la Direction générale des migrations à ce poste-frontière en octobre, seules 3 700 personnes ont été expulsées dans le respect des accords passés entre l'Angola et la RDC.

Beaucoup de ces expulsés arrivent à pied par leurs propres moyens, après que les autorités angolaises leur ont intimé de quitter le pays, parfois violemment. D'autres sont acheminés par l'armée, entassés dans des camions après avoir été arrêtés et brutalisés. Reportage à l'arrivée d'un de ces camions.

Une centaine d'hommes, vêtements déchirés, tous juste débarqués d'un camion de l'armée angolaise. Ils implorent les humanitaires postés à la frontière de leur venir en aide. « De l'eau, on a besoin d'eau, donnez-nous de l'eau », dit l’un d’eux.

Pieds nus, sans le moindre bagage, Roger a laissé derrière lui toute sa vie. Sa maison, sa femme est ses enfants. « Ils ne savent que j'ai été arrêté, raconte-t-il. On m'a pris comme ça sur la route. Puis j'ai été frappé. On m'a ligoté avec du scotch et puis battu. Regarde les plaies sur mes bras... Ils disaient : "Si vous essayez de revenir encore une fois, alors on va vous tuer" ».

Dans la cohue un homme se tient le ventre de douleur. Il a faim. « J'ai faim. J'ai passé 3 jours au cachot. Et tout ce qu'on m'a donné c'est des coups ». Derrière lui Roger, a l'œil droit tout enflé : « J'ai été frappé au visage, mon œil me fait très mal et j'ai des vertiges. »

Beaucoup ont vécu des années de l'autre côté de la frontière, fuyant la misère ou la violence armée. D'autres, comme ce jeune commerçant, étaient seulement de passage en Angola : « Je suis entré légalement, je fais du commerce et j'avais un laissez-passer. Mais au bout de trois jours, on m'a arrêté et l'armée m'a tout pris. Ma marchandise, mon argent et même ma carte d'électeur congolaise. »

Les visages expriment un mélange de lassitude et de colère. Certains n'ont plus de famille au Congo, ou aucun moyen pour aller les rejoindre. « Nous n'avons rien nous sommes venus comme ça, tel que vous nous voyez. Le gouvernement doit nous prendre en charge ».

Une fois enregistrés par le service des migrations, ces expulsés sont livrés à eux-mêmes. Un mois après le début de la crise, l'assistance promise par les autorités n'est toujours pas arrivée.

De nombreux acteurs de la société civile congolaise déplorent le silence des autorités face à l'Angola qui procède à ces expulsions, en violation de la législation.


RFI / MCP, via mediacongo.net
989 suivent la conversation
8 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Salima | TTYVYQL - posté le 09.11.2018 à 21:46

On se rappelera avec quelle stratégie là RDC/Zaïre avait été envahi en 1996. D'abord une masse des hutus et Cie avait traversé la frontière du Zaïre. Les congolais/ses doivent être chez eux et y affecter le changement qu'il faut pour que leurs vies soient normalisées. Les uns et les autres, nous avons des membres de famille pris dans ce désordre. Mais, celui-là c'est le pays des autres et on a pas droit d'y aller y compris s'installer dans ses campagnes pour faire de l'exploitation artisanale anarchique du diamant. Le permettre c'est dire que tout le monde qui a envahi la RDC est mêmement en droit de le faire y compris y massacrer nos populations. Ainsi moto na moto na mboka...

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso | TYE1YEX - posté le 09.11.2018 à 17:29

@salima trop parler peut tuer...Ne cherche pas de justification.Sois solidaire de tes frères maltraités.Un point c'est tout.Que ton impuissance renforce ta volonté de changement dans notre pays.Nos compatriotes ne sont pas une variable d'ajustement migratoire(bouc émissaire)selon les intérêts en l'absence de politique de développement et d'intégration des pays voisins.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 09.11.2018 à 16:20

Les congolais/ses doivent cesser ces scènes dramatiques. Ils doivent rester chez eux en RDC, un pays riche potentiellement. Ils doivent faire en sorte que les masses venues de pays voisins y compris des masses armées et les infiltrés politiques ne leur jouent pas le sale jeu de les rendre à jamais des gens sans terre. Les congolais/ses doivent dire à ces masses venues d'ailleurs de rentrer aussi dans leurs terres d'origine, tous/toutes sans exception. Et donc, pas pleurer mais agir politiquement. À bon entendeur, Agir sagessement et courageusement.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 09.11.2018 à 16:11

Cela dit, les congolais/ses qui sont expulsé/es, doivent savoir qu'on est mieux que chez soi. Et on doit revenir chez soi, sans pleurs et grincements de dents et dire des choses cara à cara à ceux qui gouvernent leur pays. À dire la vérité, on ne peut pas aller chez ses voisins en masses y compris illégales, commencer à y faire des choses et y installer des habitudes qui menacent la culture locale y compris y procréer des enfants y compris avec des femmes et hommes locaux, semant une confusion nationale. Alors, ce pays là, l'Angola doit se protéger.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 09.11.2018 à 16:00

C'est à déplorer ce que fait l'autorité en Angola si cette autorité commandite les mauvais agissements contre ces congolais/ses si tous sont vraiment congolais /ses, et même s'il y a parmi eux de non congolais/ses. L'Angola ne s'est elle pas alliée à l'Afdl et Laurent D Kabila, et ainsi être à l'origine du ce qui continue de créer le désordre politique et social en RDC? Elle a donc semé ce qui lui est arrivé en tant que pays, en ce sens que des masses congolaises ont traversé la frontière vers son territoire.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso | TYE1YEX - posté le 09.11.2018 à 13:00

Je réitère ma question que fait la diplomatie victorieuse de She O'kintundu, où sont les membres des institutions (gouverneurs)pour secourir leurs compatriotes?Englués dans la campagne du FCC???

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' | MYBMKJD - posté le 09.11.2018 à 12:03

L'etat bananiere, et le provocateur de ces deplacement MAMA NA YO est un hero pour les kasaiens, il est arrive' en hero au kasai.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mamu nationale | EWZ71CU - posté le 09.11.2018 à 11:53

Où est cet Etat qui protège ses citoyens ???

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Moïse Katumbi communie avec la population zambienne
left
ARTICLE Précédent : Basket-ball : l’ex-internationale Philo Bompoko inhumée en France
AUTOUR DU SUJET

Tshikapa : 76 mille refoulés de l’Angola assistés en vivres par l’ong ADRA

Provinces ..,

Kamako : les expulsés d'Angola prêts à tout pour partir

Diaspora ..,

Expulsions de Congolais: l’Angola s’explique sur l’opération «Transparence»

Diaspora ..,

Kikwit : les refoulés d’Angola dans le désarroi

Provinces .., Kikwit, Kwilu