mediacongo.net - Actualités - Ebola : l'insécurité dans le pays "compromet gravement l’intervention d’urgence" (Dr. Oly Ilunga)



Retour Santé

Ebola : l'insécurité dans le pays "compromet gravement l’intervention d’urgence" (Dr. Oly Ilunga)

Ebola : l'insécurité dans le pays "compromet gravement l’intervention d’urgence" (Dr. Oly Ilunga) 2018-11-14
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/11-novembre/12-18/oly-ilunga-a-bikoro-mbandaka-equateur.jpg -

Le ministre de la Santé, Dr. Oly Llunga, lors de l'épidémie du virus Ebola à Bikoro dans l'Equateur.

L'épidémie Ebola progresse dangereusement en République démocratique du Congo (RDC), notamment à cause de l'insécurité et du taux de criminalité qui rendent le travail des équipes de terrain difficile.

Depuis plusieurs mois, la République Démocratique du Congo subit la pire épidémie d'Ebola de son histoire. A l'est du pays, dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, 329 cas ont été recensés dont 205 décès.

L'insécurité dans le pays "compromet gravement l’intervention d’urgence"

Selon le ministre de la Santé de la RDC Oly Llunga, l'insécurité et le taux de criminalité rendent le travail des équipes soignantes difficile. "Le bilan de cette 10e épidémie d'Ebla reflète sa complexité. Agressions physiques, destruction de matériel, kidnapping... Voici la réalité de nos équipes qui malgré cela continuent à travailler avec courage et détermination", a-t-il déclaré sur Twitter. 

Le Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont également rapporté dans un communiqué commun que les équipes médicales avaient du mal à intervenir, notablement parce que les différents conflits avaient "favorisé la désinformation et alimenté la défiance de certaines populations locales qui hésitent à autoriser les équipes de lutte contre Ebola à vacciner, à rechercher les contacts et à réaliser des inhumations en toute sécurité et dans la dignité".

Le Conseil de sécurité de l’ONU a donc adopté à l’unanimité une résolution sur l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo. Le texte "engage le gouvernement congolais, l’Organisation mondiale de la santé et les autres intervenants face à Ebola à continuer d’accroître la transparence et la précision de leurs rapports quotidiens sur la progression de l’épidémie". En outre, dans sa résolution, le Conseil de sécurité se dit inquiet de "l’état global de la sécurité dans les zones touchées par l’épidémie".

En effet, l’épicentre de l’épidémie se trouve actuellement à Béni où le groupe armé ADF, d’origine ougandaise, attaque les civils, rendant les interventions médicales compliquées. Les quinze membres du Conseil de sécurité ajoutent que cela "compromet gravement l’intervention d’urgence et facilite la progression du virus en République démocratique du Congo et dans la région". Ils demandent de mettre un terme aux hostilités afin de pouvoir mieux intervenir contre ce virus. Le texte ajoute alors que la RDC est la première responsable de la protection de sa population. Il précise qu’il revient au "gouvernement congolais au premier chef de protéger les civils se trouvant sur son territoire et relevant de sa juridiction, et notamment de les protéger des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre."

Des épidémies présentes en RDC depuis 1976

Le virus d’Ebola se transmet par contact physique via des fluides corporels infectés et se caractérise par une forte fièvre. La première épidémie en République Démocratique du Congo a eu lieu en 1976 dans le nord-est du pays et a fait 224 morts sur 318 cas recensés, selon l’OMS. En 1995, dans l’ouest de la RDC ce sont 256 personnes qui ont succombé au virus.

Des chercheurs de l'Institut Pasteur sont parvenus à reconstruire les chaînes de transmission du virus Ebola et leur contexte, au sein de la capitale guinéenne lors de l'épidémie de 2017. Ce travail d’enquête mené auprès des patients, de leurs familles et de leurs voisins, a permis de mesurer la transmission d’Ebola entre individus dans différents contextes et à différents moments de l’épidémie.


PourquoiDocteur
965 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Le sage | SD3Y66Q - posté le 15.11.2018 à 07:17

Pour kanambe et ses sbires, il n'y a pas insécurité en RDC. La situation est calme et sous contrôle sur l'ensemble du territoire national et cela grâce à la montée en puissance et aux prouesses des FARC sur le champ de bataille. D'où vient alors cette insécurité qui empêche les professionnels de santé de remplir leur mission salvatrice de vies humaines?

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Equateur : la surveillance de la tuberculose impactée négativement par la Covid-19 et Ebola

Santé ..,

Ebola au Nord-Kivu : “D’ici-là, nous pouvons sortir de l’auberge” (Ministre provincial...

Santé ..,

Butembo : 2 personnes guéries d'Ebola quittent du CTE

Provinces ..,

Ebola : un cas de guérison signalé à Butembo

Santé ..,