mediacongo.net - Actualités - Avec Martin Fayulu, l’Opposition congolaise a-t-elle ouvert un boulevard au dauphin de Joseph Kabila ? [OPINION] 


Retour Politique

Avec Martin Fayulu, l’Opposition congolaise a-t-elle ouvert un boulevard au dauphin de Joseph Kabila ? [OPINION]

Avec Martin Fayulu, l’Opposition congolaise a-t-elle ouvert un boulevard au dauphin de Joseph Kabila ? [OPINION] 2018-11-19
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/11-novembre/19-25/fayulu_martin_presse_18_00001.jpg -

Malheureusement pour le peuple congolais, deux des sept participants à l’accord de Genève – Félix Tshisekedi et Vital Kamerhele – ont déjà mangé leur parole. Ce désaccord de l’opposition fera le jeu de la majorité au pouvoir qui travaille discrètement pour les diviser afin de ressortir la vieille recette traditionnelle qu’ils ont utilisée en 2006 et 2011 : « L’opposition a perdu parce qu’elle est allée en ordre dispersé, dans une élection à un tour. »

À cinq semaines de l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), les sept principaux leaders de l’opposition politique, dont trois qui étaient recalés, ont, avec la facilitation de la Fondation Kofi Annan à Genève, désigné Martin Fayulu comme le candidat commun de l’opposition, pour tenter de succéder à Joseph Kabila, le 23 décembre prochain.

Aussitôt signé, le temps d’une soirée, alors même que l’encre n’avait pas encore complètement séché, l’accord de Genève est parti en fumée. Deux de participants, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, qui croyaient, à tort ou à raison, que ce seraient eux qui seraient désignés, ont finalement renié leur engagement et se sont retirés de l’accord de Genève pour, disent-ils, respecter la volonté de leurs électeurs. Alors que la veille, ils avaient en âme et conscience apposé leur signature au bas de cet accord pour adouber Martin Fayulu.

Quelques-unes des questions fondamentales qui taraudent tout observateur attentif à la situation politique congolaise et que se posent encore l’opinion publique : quels étaient les critères de sélection ; qui a sollicité la facilitation de la Fondation Kofi Annan ; qui a financé ces pourparlers, pour quel intérêt ; ont-ils élaboré en premier un projet de société commun ; qui seraient les gagnants ou les perdants de ce deal ?

Nombreux se demandent : qu’est-ce qui a milité en faveur de Martin Fayulu, un outsider très peu connu dans le Congo profond, au détriment de Félix Tshisekedi de l’UDPS, principal parti qui a combattu farouchement les dictatures de Mobutu, de Kabila père et fils, ou encore, dans une certaine mesure, de Vital Kamerhe de l’UNC, qui conserve un poids politique important dans la partie Est du pays ?

Pour tenter de comprendre et déceler les faiblesses fondamentales de cet accord, mort-né, qui n’a duré que le temps d’une journée, nous baserons notre argumentaire sur deux explications majeures qui relèvent de l’ordre du politique, d’une part et de l’ordre de théories scientifiques, d’autre part.

Aveuglement et crocs-en-jambe

En effet, en jetant leur dévolu sur Martin Fayulu pour batailler contre Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, qui utilise à des fins de propagande des biens, des finances et du personnel de l’Etat, les ténors de l’opposition n’ont pas fait une bonne lecture de la situation réelle sur le terrain actuellement. Ils ont pris pour acquis que leurs militants allaient les suivre aveuglement.

De toute façon, ils n’ont donc pas pris en compte un certain nombre de facteurs mobilisateurs qui pouvaient faire gagner leur candidat et ainsi provoquer un changement politique fondamental au niveau institutionnel. Du coup, ils se sont privés d’un atout majeur que représente la masse populaire, notamment de l’UDPS d’Étienne Tshisekedi, d’illustre mémoire, qui a des assises solides sur l’ensemble du territoire congolais et qui pouvait contrebalancer quelque peu ce déséquilibre.

Les signataires de l’accord de Genève ont, soit fait preuve d’un aveuglement volontaire des forces politiques en présence sur l’échiquier national, soit qu’ils n’ont pas une bonne compréhension de la réalité politique actuelle, soit alors qu’ils ont sciemment choisi Martin Fayulu, un candidat qui ne fait pas le poids, sachant pertinemment bien que la base de l’UDPS, qui ne jure que par leur leader politique, n’allait pas du tout accepter une telle candidature, pour finalement compromettre les chances de Félix Tshisekedi dans cette course, lui qui dit vouloir aller aux élections avec ou sans machine à voter, le 23 décembre.

Il est important de noter toutefois que Martin Fayulu, comme la plupart d’entre eux, militent toujours pour l’abandon de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral et la décrispation politique. Des exigences qui sont, certes, fondées, pour crédibiliser les élections, mais qui sont techniquement impossibles à réaliser dans le peu de temps qui reste.

De plus, il faut noter que certains ténors, qui n’ont pas encore rangé les ambitions présidentielles, n’ont pas un aussi grand intérêt à ce que les élections aient lieu à la date du 23 décembre prochain. Ils ont assurément quelques idées derrière la tête, que les élections soient reportées jusqu’à ce que les préalables soient remplies, dans un jeu de conciliabule, pour permettre également la participation aux élections de tous ceux qui ont été recalés. En tout état de cause, la politique est un jeu partisan. Derrière chaque décision, il y a un calcul politique, parfois opportuniste.

Ne perdons pas de vue que bien qu’ils soient tous opposants au régime de Kabila, chacun se bat d’abord et avant tout pour sa survie politique. Et, les crocs-en-jambe sont malheureusement très fréquents dans ce jeu politique. Il y a donc eu probablement un jeu en coulisses, pour certains, visant à laisser échapper la possibilité pour l’opposition de gagner cette élection afin de se donner une nouvelle chance pour la fois prochaine. Notons au passage que nombreux d’entre eux ont été bien nourris aux mamelles opulentes du même régime Kabila.

La démocratie à la congolaise

Une autre explication, cette fois scientifique, qui peut justifier pourquoi l’accord de Genève ne pouvait de, toute façon, pas tenir longtemps. En effet, il y a des divergences d’opinions politiques et idéologiques sur un certain nombre de sujets qui divisent l’opposition politique congolaise.

En science politique, une idéologie est un ensemble défini d’idéaux éthiques, des principes, des doctrines, des mythes ou des symboles d’un mouvement social, d’une institution, d’une classe ou d’un groupe important qui explique comment la société devrait fonctionner et qui offre quelques types des politiques publiques pour atteindre l’objectif de comment la société devrait être organisée, ainsi que les moyens appropriés pour atteindre cet objectif. Ainsi donc, chaque idéologie politique s’identifie par les idées sur la meilleure forme de gouvernement et le meilleur système économique, soit de tendance capitaliste ou socialiste.

Mais qu’observe-t-on dans cette coalition de principaux leaders de l’opposition politique qui prétendent à la succession de Joseph Kabila ? C’est une coalition méli-mélo d’idéologies politiques et économiques diverses, qui aurait bien difficile à construire un projet de société commun.

En effet, si les intentions des ténors de l’opposition étaient bonnes pour maximiser leur chance afin de déloger le régime Kabila, elles reposaient bien évidemment sur de mauvaises prémisses. La coalition a souffert d’un manque de cohésion et de cohérence politique entre le but initial et le choix du candidat qui devaient lui permettre de gagner l’élection.

À moins de deux semaines du début de la campagne présidentielle, alors même que certains de ces ténors ne pourront pas se déplacer pour battre campagne en faveur de leur candidat, le choix de Martin Fayulu, un illustre inconnu dans le Congo profond, semble hasardeux, dans la mesure où il ne pourra pas batailler à armes égales avec le candidat de la majorité, qui mobilise les ressources humaines et financières de l’État pour son élection.

Malheureusement pour le peuple congolais, ce désaccord de l’opposition fera le jeu de la majorité au pouvoir qui travaille discrètement pour les diviser afin de ressortir la vieille recette traditionnelle qu’ils ont utilisée en 2006 et 2011 : « L'opposition a perdu parce qu’elle est allée en ordre dispersé, dans une élection à un tour. »


Afriwave / MCP, via mediacongo.net
3517 suivent la conversation
11 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

CONGO MA PATRIE | CL8X569 - posté le 19.11.2018 à 16:14

FASTHI et VK ont fait la honte du pays. Ils ont ouvert grandement le boulevard a Kabila et son dauphin.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
OURAGAN | RBEPVWD - posté le 19.11.2018 à 16:07

Fayulu c'est pour la bourgeoisie kinoise et les congolais d'europe aller dans plusieurs villes en province il n' y as pas d'électricité ,ni TV ,ni internet ,ni facebook, you tube,des millions des congolais ne sont meme pas au courant de réunions des opposants riches, les fils a papa en europe, des millions des congolais ne savent meme pas que FAYULU est investis candidat toute l'excitation autour de Fayulu ce chez les congolais d’Europe et a Gombé

Non 6
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Muravumba | 29KBYHZ - posté le 19.11.2018 à 15:45

Benoit, je n'ai pris que ces deux exemples mais la marmitte est remplie des opposants sans moteur.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Benoit kangoma | DL8NMG7 - posté le 19.11.2018 à 15:24

MURAVUMBA Tu A Dit Seulement Pour Felix Et Kamerhe Tu A Fait Semblent De Dire Les Défauts De Katumbi Et Kyungu Les Grands Faiseurs De Roi De 2011, Ecoute Leur Chason: KABILA YETU MUTOTO WA MAMA MINA KU VOTER. Tout Le Monde A Ces Defauts Pas Seulement Felix Et Kamerhe Tu Es Injuste.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Benoit kangoma | DL8NMG7 - posté le 19.11.2018 à 15:06

Les 5 Soi-Disant Opposants Qui Refusent La Machine A Voter Sont Tous Des Kabilistes, Ils Cherchent Un Glicement Pour Leur Seigneur Jkk. Pouvez-vous Nous Dire Que Mozito Est Un Opposant ?? Pouvez-vous Nous Dire Que KATUMBI, KYUNGU Sont Des Opposants ?? Eux Qui Chantaient En 2011: KABILA YETU MUTOTO WA MAMA, KABILA YETU IKO MUTOTO WA MAMA WUMELA, Depuis Quand Ces 2 Vautours Sont Devenu Opposants ?? Le Temp Nous Dira Quelque Chose.

Non 3
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
fausseliberation | 79WIPZ6 - posté le 19.11.2018 à 15:02

Au FCC, c'est le diktat, à l'opposition c'est la démocratie c'est normal qu'il y a ait des chocs. "Lorsqu'on fait partie d’une organisation comme la MP, ou lorsqu’on est une personnalité de la MP ou du FCC, on est à la disposition de l’autorité morale et de l’autorité de coordination. Si une personne n’a pas été consultée et que son nom a été cité, est-ce que ça vaut la peine de faire un remue-ménage ? S’il est de l’opposition, on peut comprendre. Nous n’avons enregistré aucune réaction négative" avait déclaré Alain ATUNDU.

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
EN DIEU NOTRE ESPOIR | JL4Y99K - posté le 19.11.2018 à 14:58

Si vraiment MF avait besoin de voir l'opposition radicalisée remportait les élections du 23/12, ce Monsieur l'honorable devrait désister en faveur soit de VITAL soit de FELIX. Mais comme il a un projet de tout faire pour perturber le processus électoral qui suit son cours normal,afin que les INVALIDES reviennent à la course, ce fameux kamikaze ne lâchera jamais. D'où l’intérêt de VITAL et FELIX de rejoindre le FCC pour barrer la route aux invalidés qui cherchent la Balkanisation de la RDC.

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Muravumba | 29KBYHZ - posté le 19.11.2018 à 14:42

1. Un peuple a des dirigeants qu'il mérite. 2. Kamerhe est un contrebandier politique.C'est lui que Kabila semble manipuler en vue de faire imploser ce que vous appelez opposition.Tshisekedi est un héritier naturel d'un parti propriété privée du père. Les voisins sont non grata. 3. Cette opposition constituée de cerveaux rouillés par l'envie du pouvoir et de l'avoir n'a pas de projet de société mais d'ambition de tout simplement chasser Kabila et mission terminée. 4. Tu as tout à fait raison de constater que c'est carrément impossible à des socialistes, des libéraux, des centristes et meme des nihilistes d'adopter un meme programme d'action gouvernementale. 5. Le...

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kastin | FAJRIDD - posté le 19.11.2018 à 14:10

Démissionnez et laissez à Felix la direction de l'opposition lui qui a la base pour remporter la victoire. Pourquoi vous avez accepté d’être à la tète du pays pour un mandat de deux ans est ce vous allez modifier la constitution ou par quelle magie? Les élections c'est avec la machine mais dans votre plan d'action vous la refusez donc vous êtes là pour donnez passe à votre chef

Non 4
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 19.11.2018 à 13:09

Notre position de toujours reste la meme, et réafirmée en septembre 2018

Non 2
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 19.11.2018 à 13:07

Mampuya | T6L7OKA - posté le 13.11.2018 à 21:20 Mampuya | GFNVXBG - posté le 09.09.2018 à 23:01 Une réunion inutile. Tshisekedi avait promi a soit meme de devenir au nom de son père ,le futur président et ramener le corps de son papa au congo, il peut lacher ? non. Bemba meme si le conseil d'état le rétabli, c'est un politicien aux abois, tjrs. en peur avec la justice, donc il ne peut cèder , qui va le garantire? Katumbi de meme , ne peut céder qui va le garantir dans ses poursuites judiciaires en cours et futur? Kamarehe est convaincu que Tshisekedi c'est un crétin, en plus il est plus populaire à l'est, il ne va pas cèder. Voilà la vérité incofessable des vos bigs de...

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Haut-Uele : le meeting de l’ECIDé prévu le 22 juin annulé, selon Me Timothée Kamanga

Provinces ..,

« Combien des leaders de masse avons-nous encore qui n’ont pas tué ou détourné? » Quand...

Politique ..,

Lamuka : les illusions perdues de Martin Fayulu

Politique ..,

Fayulu annonce la suspension des activités parlementaires des élus de Lamuka

Politique ..,