mediacongo.net - Actualités - Tentative de coup d’Etat militaire au Gabon




Retour Afrique

Tentative de coup d’Etat militaire au Gabon

Tentative de coup d’Etat militaire au Gabon 2019-01-07
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/12-decembre/24-30/mutins_gabon_18_0214.jpg -

Selon le gouvernement, les mutins qui avaient pris la radio-télévision lundi matin ont été arrêtés.

Certains mots, lorsqu’ils sont prononcés par des militaires hâtivement installés derrière un micro, ne peuvent longtemps dissimuler les intentions de leurs auteurs. En annonçant lundi 7 janvier avant l’aube, sur les ondes de la radio nationale gabonaise, la mise en place imminente d’un « Conseil national de la restauration », le jeune lieutenant de la garde républicaine Ondo Obiang Kelly n’a pas directement parlé de coup d’Etat. Tous ceux qui ont pu suivre son allocution auront cependant immédiatement compris ses desseins.

Flanqué de deux autres bérets verts tenant leur fusil d’assaut en travers de leur poitrine, le jeune inconnu, se présentant comme le président d’un Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon, a repris une bonne partie du vocabulaire putschiste. « Nous ne pouvons abandonner la patrie », a-t-il déclaré, jugeant les institutions « illégitimes et illégales » et soulignant que « le jour tant attendu est arrivé où l’armée a décidé de se mettre aux côtés de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos ».

Téléphone coupé

« Si vous êtes en train de manger, arrêtez. Si vous êtes en train de prendre un verre, arrêtez. […] Levez-vous comme un seul homme et prenez le contrôle de la rue », a martelé ce soldat, appelant « tous les hommes du rang et les sous-officiers » à se procurer « armes et munitions » et à « prendre le contrôle » des points stratégiques comme les édifices publics et les aéroports.

Le gouvernement annonçait lundi matin que la situation était de nouveau sous contrôle, que quatre militaires avaient été arrêtés et un autre en fuite. Selon une source officielle, dont les propos demandaient encore à être confirmés, en milieu de matinée, « un assaut a été donné par les forces de l’ordre sur le bâtiment de la RTG et la plupart des meneurs ont été arrêtés ».

Il est difficile de rendre compte de la situation du fait de la saturation ou de la coupure des lignes téléphoniques, mais des coups de feu ont été rapportés par l’AFP et Reuters autour de la Radio-télévision gabonaise (RTG), en plein centre de la capitale, Libreville.

Le pays a « perdu sa dignité »

Cette première tentative de putsch dans l’histoire de cette république au sous-sol gorgé de pétrole intervient alors que le président Ali Bongo est absent du pays depuis plus de deux mois. Le 24 octobre 2018, l’héritier du clan familial, au pouvoir depuis 1967, avait été victime d’un accident vasculaire cérébral en Arabie saoudite, puis transféré en décembre au Maroc où il poursuit sa convalescence. Après des semaines d’une communication minimale et des arrangements avec la Constitution pour éviter une vacance du pouvoir, Ali Bongo était réapparu à la télévision nationale pour les vœux du 31 décembre.

L’intervention avait eu le mérite de mettre un terme aux rumeurs sur sa mort, sans rassurer pleinement sur son état de santé. Les militaires qui ont investi la radio publique n’ont en en tout cas pas été convaincus. Dans leur communiqué, ceux-ci estiment que « le message du chef de la nation visant à clore le débat sur sa santé a plutôt renforcé les doutes sur sa capacité à assumer la fonction de président de la République ». L’entourage du président a organisé une mise en scène avec un président « malade et dépourvu de plusieurs de ses facultés physiques et mentales », dénoncent-ils, évoquant le « spectacle désolant » d’un pays « qui a perdu sa dignité ».

Appelant à les rejoindre certaines personnalités comme Lucie Milebou-Aubusson, la présidente du Sénat, ou le général Jean-Philippe Ntumpa Lébani l’ancien secrétaire général du Conseil national de sécurité incarcéré de 2009 à 2012 après avoir été accusé d’une tentative de putsch, les soldats insurgés affirment que ce putsch a été lancé contre « ceux qui ont assassiné lâchement nos jeunes compatriotes dans la nuit du 31 août 2016 », une référence aux violences qui ont suivi la réélection très contestée d’Ali Bongo.


Le Monde / MCP, via mediacongo.net
1983 suivent la conversation
5 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

BENGUIGUI | 58A2S19 - posté le 07.01.2019 à 14:57

BRAVO A EUX MAIS IL FAUT ALLER JUSQU' AU BOUT. S' ILS LACHENT LE TYRAN VA LES AVALER.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
gaby | ZPPU7HQ - posté le 07.01.2019 à 13:23

Au gouvernement et au peuple gabonais de tirer les lecons e cet evenement. Il semble que la patience du peuple ...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 07.01.2019 à 13:08

Et qu'attendent nos pseudo-militaires sans couilles avant de défaire kanambe et sa suite, un président illégitime depuis 2 ans qui se cramponne au pouvoir sans que les hommes en uniforme ne pipent un mot! Ils obéissent comme des moutons à tous ses ordres illégaux et surtout criminels. Faut-il appeler cela une armée ou plutôt une milice à la solde d'un individu? Où est votre esprit républicain et votre attachement à la patrie chers pseudo-soldats?

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mosakoli | 8HPLQJY - posté le 07.01.2019 à 13:01

Le putsh, ça nous fait perdre notre dignité à toute l'Afrique. Je suis NON VIOLENT, je n'adhère pas à ça. Ce que nous devons cultiver en Afrique, c'est la loyauté au Chef et non pas l'adoration du Chef. Quand on l'adore, on perd toute lecture objective de la situation. On peut nous présenter même un mort pour un survivant. Et l'Afrique s'en meurt.

Non 6
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Boyasa | 97HJYCG - posté le 07.01.2019 à 11:40

Les militaires USA ont montrer a travers le monde leur mission principale Une fois arriver en Afrique.

Non 4
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Kenya : une fille rastafarienne exclue de l'école à cause de ses cheveux
AUTOUR DU SUJET

Ali Bongo de retour à Libreville

Afrique ..,

Gabon: deux morts parmi les mutins, le chef du commando arrêté

Afrique ..,

Craignant des violences post-électorales en RDC, les USA déploient des militaires au Gabon

Afrique ..,

Gabon : le président Bongo fera son discours du Nouvel an depuis Rabat

Afrique .., Libreville, Gabon