mediacongo.net - Actualités - Controverse autour d'un arrêté du ministre Heva Muakasa



Retour Science & env.

Controverse autour d'un arrêté du ministre Heva Muakasa

Controverse autour d'un arrêté du ministre Heva Muakasa 2019-02-03
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/02-fevrier/01-03/muakassa_heva_19_001.jpg Kinshasa-

Le Ministre Heva Muakasa

Dans un communiqué, le cabinet du président de la République a suspendu toute nouvelle mise en place à dater du 25 janvier 2019. Curieusement, le ministre de la Recherche Scientifique, Heva Muakasa, a, à travers un arrêté "antidaté", selon les victimes, du 21 janvier, a procédé, les 25 et 28 janvier 2019, à la mise en place de nouveaux mandataires, au Comité National de Protection contre les Rayonnements Ionisants (CNPRI), l’autorité de réglementation du nucléaire en RD Congo.

Par cet arrêté, le ministre a remplacé, "sans motifs valables", le président et le secrétaire exécutif du CNPRI alors que leurs mandats courent encore.

Des sources confirment que les nouveaux promus sont arrivés le vendredi 25 et lundi 28 janvier accompagnés de leurs soutiens. Ils ont cassé les portes des bureaux de leurs prédécesseurs et se sont installés sans remise et reprise, et sans que les mandataires sortants n’aient été notifiés officiellement de la fin de leurs services. Tout cela, sous le regard impuissant du secrétaire général au ministère de la Recherche scientifique dont le bureau se trouve à 1 m du CNPRI et qui venait de relayer le communiqué officiel du Cabinet du Président de la République à tous les centres.

D’après des investigations, le président de CNPRI, Emmanuel ATIBU KAZINGUVU, se serait rebellé de son ministre qui aurait refusé d’exécuter toutes les mesures prises par le premier ministre pour mettre fin au conflit des compétences entre le CNPRI et le Commissariat général à l’Energie Atomique (CGEA). Ce dernier, un assujetti au contrôle du CNPRI, continue d’assumer les attributions du CNPRI alors que le CNPRI existe depuis 17 ans.

Le CGEA, convient-il de le rappeler, perçoit des taxes auprès des exportateurs miniers pour le compte du CNPRI en lui rétrocédant selon son bon-vouloir. Avec l’argent provenant de cette taxe, le directeur général du CGEA se serait montré très généreux à l'endroit de sa tutelle. Ne supportant plus cette injustice, le président du CNPRI s’est révolté de son ministre et ce dernier a pu, par un audit taillé sur mesure, trouver un alibi pour sa révocation.

Quant au secrétaire exécutif, Gérard MUTEBA KANDINDI, des sources dignes de foi révèlent qu'il a été révoqué pour avoir empêché que des fonds vitaux devant servir à l’ameublement du premier immeuble du CNPRI ne soit utilisé pour le financement de la campagne électorale de Heva MUAKASA, malgré tout ce qu’il reçoit du CGEA. Ce qui aurait mis ce dernier dans la rage la plus folle ne jurant que sur le départ de ce jeune collaborateur.

Pour le ministre, il est bon que le CNPRI, service stratégique en matière de sureté et sécurité nucléaire, soit toujours sous logé par d’autres services du Ministère de la Recherche Scientifique.

Interrogé, un agent du CNPRI qui a requis l’anonymat a déclaré : « Non seulement le ministre défie le Président de La République, pire encore, il veut aussi tuer le CNPRI en plaçant à sa tête des proches du Directeur général du Commissariat général à l’Energie Atomique alors qu’il est conscient des conflits de compétence qui persistent entre nos deux institutions. N’y va-t-il pas d'agents plus qualifiés au CNPRI pour assumer ces postes si un changement était nécessaire.

Trop c’est trop. On est fatigué d’injustice. Le communiqué du cabinet du Président de la République est sans équivoque, pas de nouvelle mise en place à partir du 25 janvier 2019. Alors que certains ministres dont celui des Mines ont suspendu notamment l’exécution de l’ordonnance relative à la mise en place au Centre d’Expertise, d’Evaluation et de Certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses, que les nouveaux secrétaires généraux n’aient pas été autorisés à rejoindre leur affectation, d’autres ministres sans scrupule veulent nous ramener dans le monde de l’arbitraire et de l’injustice, défiant la nouvelle autorité.

Cette violation du Communiqué du Président de la République accompagnée de violations des droits administratifs des agents appelle une réponse forte de son Excellence le Président de la République".


MEDIA CONGO PRESS / via mediacongo.net
2993 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

LITOYI | X65XKXK - posté le 03.02.2019 à 21:09

Fatshi a négocié avec eux pour avoir ce qu'il a.Et ce ministre lui défie en connaissance de cause.Etant au courant de la tricherie de nouveau président ,de quoi aura-t-il peur du président nommé? Certainement NOUS voilà plonger dans l'impunité chronique.

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 03.02.2019 à 13:38

Oui, son Excellence Fatshi doit vite agir pour recadrer ce ministre récalcitrant.

Non 0
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC