mediacongo.net - Actualités - Maguy Mbuku Muzembe : la Directrice générale du premier site web féminin en RDC



Retour Sur le net

Maguy Mbuku Muzembe : la Directrice générale du premier site web féminin en RDC

Maguy Mbuku Muzembe : la Directrice générale du premier site web féminin en RDC 2019-03-05
Femme / Interviews
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/03-mars/04-10/mbuku_muzembe_maguy_19_001.jpeg Kinshasa-

Maguy Mbuku Muzembe, Directrice générale de l’agence « Exclusif de la communication »

Epouse et mère de famille, Maguy Mbuku Muzembe est directrice générale de l’agence « Exkluziva Communication », d’où est né le média d’information en ligne "Pourelle Info". Une vitrine qui informe le public sur tout ce que les femmes font dans tous les domaines de la vie.

Media Congo Press (MCP) : D’où vous est venue l’idée de créer ce site (cette plate forme)?

Maguy Mbuku Muzembe : j’ai plus évolué en tant que journaliste, dans la press audio visuelle, j’étais plus du côté des infos liées à la femme. En RDC, il n y a pas un média consacré à la femme. La plupart de nos médias sont généralistes et accordent une heure ou 30 minutes pour les femmes dans des émissions de manière isolée, une fois la semaine. C’est ce qui nous a éveillé un peu, nous nous sommes dit pourquoi ne pas créer un média pour permettre aux femmes de toutes les tendances de donner leurs informations, de présenter leurs produits pour que le monde sache qu’elles existent.

« Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement » c’est le thème national choisi cette année à l’occasion du mois de Mars, dédié à la femme. Quel regard lui portez-vous ?

Ce thème est une occasion pour les femmes de réfléchir, chacune dans son domaine ; concernant le mien, je dois voir comment je peux promouvoir la paix, comment je peux privilégier l’équité. Par rapport à mon secteur, ce thème me pousse à faire mon métier de journaliste dans les normes. Et en informant je ne dois pas chercher à balancer des fausses infos, je dois être impartial à fin de ne pas irriter le public. C’est aussi une façon pour moi d’innover pour le changement.

Quel constat faites-vous de la multiplication du phénomène « Sextape » via les réseaux sociaux ?

D’une part, je commencerai par condamner ces femmes, ces filles. En tant que média, nous n’avons pas seulement pour mission de promouvoir la femme ou lui jetant des fleurs mais nous devons également dénoncer ce mauvais comportement adopté par certaines femmes. Lorsque la femme (les jeunes filles) ouvre son intimité en se prenant elle-même les photos et les partagent au public à qui devrait revenir la faute ? Cette histoire de sextape ternit l’image de la femme. Je sais qu’il y a d’autres filles qui ont été victimes de vol de téléphones, de la cyber criminalité. Nous devons être responsables de nos actes, de ce que nous pensons. L’Avenir nous réserve des surprises. Notre passée peu nous rattraper demain. Aujourd’hui nous avons des femmes qui envisagent postuler à la présidentielle, aux législatives et provinciales, alors si tu te permets de tout faire avec légèreté tu ne sais pas ce que l’avenir te réserve. Et une fois candidate demain tu seras perdante parce que tu as un passé lourd.

De l’autre côté, je condamne les hommes qui s’amusent à le faire. Ils ont des sœurs, peu importe le comportement de vos partenaires ; vous ne pouvez pas partager les photos, vidéos d’elle en exposant son intimité…la justice divine existe.

La RDC traverse sa période post électorale, avec 50 femmes élues au parlement, votre appréciation ?

Il y a des femmes compétentes en politique mais ce qui leur manque c’est :

1. Le manque de préparation et le manque de moyens. Nous sortons toujours à la dernière minute pour nous faire connaitre. Alors que ce n’est pas une bonne pratique.

2. Le manque de confiance entre femmes. Aujourd’hui peu de femmes croient en la femme. C’est ce qui a aussi fait que les femmes ne soient pas beaucoup votées. Vous vous imaginez sur 475 nous n'avons que 50 femmes au parlement. Alors que nous avons observé les affiches de plusieurs femmes candidates pendant la campagne électorale. Seulement elles n’ont pas été convaincantes. Elles n'ont pas pu séduire leurs bases et surtout qu’en RDC nous avons plus des femmes électrices mais peu d’élues.

3. Je pense que beaucoup d’électeurs (trices) ont été déçues par le comportement négatif affiché par les anciennes députées élues au parlement. Les électeurs ne sont pas bêtes, celle qui veut postuler pour 2023 c’est le moment de se préparer, avoir un bon profil et être compétente pour séduire le souverain primaire.

Que faire pour une meilleure promotion de l’image de la femme en RDC et à travers le monde ?

Non seulement la prise en charge par la femme elle-même mais également l’appui de ceux qui nous dirigent aujourd’hui. Aux dirigeants élus en RDC, nous vous suggérons de revoir la situation de la femme congolaise. Qu’on essaye de mettre la femme là où il faut par rapport à ses capacités et ses compétences. La parité doit être respectée. Que les femmes soient valablement représentées dans ce nouveau gouvernement. Qu’on ne voie pas seulement la femme à la tête du ministère du genre. On peut aussi mettre l’homme au ministère du genre et la femme au ministre de commerce ou de finance. Il y a des femmes qui gèrent mieux. Qu’on trouve des postes clés pour les femmes pas le ministère du genre, pas le ministère des affaires sociales. Ça c’est limiter la femme. Nous avons des femmes compétentes qui peuvent diriger le ministère de la défense, du budget, de l’économie, etc. Aux décideurs des autres Etats, nous demandons la meilleure défense en faveur de la femme, victime de viols, de harcèlements et de l’injustice sociale.

Et à ces femmes qui ne veulent pas oser ?

Ces femmes doivent croire en Dieu et en elles-mêmes. Il n y a pas mieux que ça. Elles doivent d’abord être sur d’elles-mêmes et avancer. Elles doivent commencer par vaincre la peur intérieure et mettre en exergue la volonté et la détermination. Elles doivent donner le meilleur d’elles-même. Etre entourées de bonnes personnes qui peuvent les booster dans cette démarche.

Raïssa Mafuta
MEDIA CONGO PRESS/ mediacongo.net
1791 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

James Bond | V9EBA8Q - posté le 05.03.2019 à 09:39

ce n'est pas un exploit! j'en connais plus de 1000 FEMMES qui ont fait mieux... il ne faut pas dramatiser les choses pour le rendre si spécial

Non 4
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mosakoli | 8HPLQJY - posté le 05.03.2019 à 09:02

Félicitations à cette brave dame. Plutôt que de revendiquer l'égalité des sexes par des mots, un acte de cette envergure vaut plus.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : Chine: En pleine crise de coronavirus, un homme meurt d'hantavirus créant la panique sur les réseaux sociaux