Recherche
  Home Elections Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 05 février 2024
mediacongo
Retour

Provinces

Beni : Mavivi au coeur d'un drame économico-socio-sécuritaire et humanitaire oublié (reportage au Triangle de la mort )

2019-03-10
10.03.2019
2019-03-10
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/03-mars/01-03/mavivi_entree_19_0214.jpg -

Mavivi, une localité située à environ 15 kilomètres au nord-est de la ville de Beni dans la province du Nord-Kivu est asphyxiée par une situation sécuritaire, économique et socio-humanitaire sans pareil, suite aux attaques répétitives des rebelles présumés Forces démocratiques alliés (ADF). MEDIA CONGO PRESS a effectué une descente dans cette zone située en plein triangle de la mort où plusieurs forces négatives font régner leur loi. Reportage.

Il est 9 heures, heure locale, nous sommes à Mavivi-Ngite sur la route nationale numéro 4. Le constat : plusieurs maisons le long de la route sont inhabitées, des herbes commencent à pousser devant les portes des maisons abandonnées par leurs habitants. Des rues sont désertes.

Une maison abandonnée à Ngite, sur la RN 4 © Photo MCP

D'après la société civile locale, plus de 90 % de la population de cette localité s'est déjà déplacée pour trouver réfuge dans des régions qui semblent être mieux sécurisées. Certains ont donc fui en ville de Beni, d'autres dans la province de l'Ituri.

Depuis le début de l'activisme de ces rebelles en 2014, cette localité, à elle seule, a déjà enregistré au moins 10 attaques des rebelles causant mort d'hommes, des disparus, des biens pillés et des maisons brûlées.

« Les civils se sont déjà déplacés d'ici à Mavivi-Ngite suite à des nombreuses incursions des rebelles présumés ADF. Au moins 10 attaques ont déjà été enregistrées ici dont 3 à Ngite et 7 autres dans les environs... », a expliqué à MEDIA CONGO PRESS, Sheikh Jamali Mussa, président de la société civile dans le groupement Batangi-Mbau, interrogé à Ngite.

Ecoles, églises, mosquées et hopitaux fermés

Une salle de classe qui s'écroule à l'EP Ngite © Photo MCP

Les cours sont paralysés dans des écoles de la place. Elèves, écoliers et enseignants se sont tous déplacés avec leurs familles.

A l'école primaire Ngite, par exemple, les murs de certaines salles de classes commencent à s'écrouler. Des pupitres remplis des poussières, sur un tableau, les écrits remontant au 18 février dernier. La cour de cette école est envahie par des herbes sauvages.

Les cultes et messes ne se tiennent plus dans des églises et mosquées faute des croyants ainsi que leurs bergers. Ceux qui peuvent se présenter ne depassent jamais le nombre de dix, a affirmé Sheikh Jamali Mussa.

La mosquée Taufiki de Mavivi  déjà abandonnée

A 12 heures, heure de prière pour les musulmans, la mosquée Taufiki (Ami) était encore fermée et rien ne présageait l'arrivée des croyants.

Pendant ce temps, les malades ne sont plus totalement pris en charge dans des structures sanitaires. Au dispensaire Imani Yako, situé à Ngite, nous n'avons rencontré qu'un seul malade et son garde-malade ainsi que l'infirmier qui montait la garde. A en croire cet agent de santé, les malades arrivent la journée pour être soignés puis rentrent vers 14 heures. A la clôture des activités, tout le monde va se débrouiller où dormir, a expliqué l'infirmier Alomi Claude.

Dispensaire Imani Yako de Ngite© Photo MCP

« Ici la situation est déplorable. Les rebelles nous attaquent chaque jour et la peur gagne notre chef. Je suis découragé de travailler ici, même d'y vivre. Nous soignons pendant la 4journée et à 14 heures, chacun rentre pour chercher où dormir, mais en dehors d'ici. Il n'y a plus d'hospitalisation... », indique-t-il.

Madame Marie, la seule malade rencontrée par MEDIA CONGO PRESS, appelle les autorités de tout mettre en oeuvre pour rétablir la paix et la sécurité.

« C'est de cette manière que nous vivons. Nous appelons les autorités de se souvenir de nous. Nous voulons la paix et rien que la paix. Bientôt 5 ans de massacre et de misère... », a dit madame Marie.

L'économie s'est détériorée

Alors que l'économie commençait à se développer dans cette localité, tout est rentré à la case départ. La population n'accède plus à leurs champs, pourtant l'agriculture est l'une des activités génératrices des recettes, a expliqué mademoiselle Furaha, qui a préféré ouvrir une buvette lui permettant de répondre à ses besoins de première nécessité.

À l'en croire, les clients n'arrivent plus comme auparavant pour acheter de la boisson car elle clôture les activités à partir de 16 heures.

L'endroit est fréquenté par des jeunes qui n'acceptent plus d'aller à leurs champs. D'où, le chômage à outrance.

« On ne vit ici qu'en vagabondant. Nous n'allons plus au champs suite à l'insécurité. Moi je suis grimpeur, je coupais des palmes, mais je ne peux plus le faire car les champs son inaccessibles. On ne gagne plus d'argent avec cette situation, c'est une misère... », a déclaré l'un de ces jeunes.

L'insécurité impacte négativement sur la vie sociale et économique.

La société civile plaide pour les opérations militaires de grande envergure

La société civile plaide pour des opérations militaires de grande envergure pour rétablir la paix, la sécurité et l'autorité de l'État dans cette localité, en particulier, et dans l'ensemble du territoire de Beni, secoué par l'activisme des différents groupes armés.

« Je regrette que les gens ne sont pas en train de dire la vérité sur cette situation. Si on va continuer à faire de l'hypocrisie sur cette question on va continuer à souffrir. Il n'y a plus d'opérations militaires dans cette zone. Ce sont les assaillants qui viennent attaquer. Oui les militaires ripostent ou repoussent, mais ce n'est pas ce que nous voulons. On veut des opérations concrètes comme en période du feu général Bahuma. On ne veut pas voir des autorités civiles et militaires venir faire le monitoring après les massacres et disparaitre... », a dit Sheikh Jamali Mussa.

Pendant ce temps, les militaires des Forces armées de la RDC et de la Monusco sont visibles à chaque minute et sur le long de la route nationale numéro 4. Des hélicoptères de la Monusco ne font que survoler le ciel de cette localité (Mavivi).

Il sied de signaler que c'est depuis environ 5 ans (2014) que la population de Beni ville et territoire fait face à des massacres perpétrés par des rebelles présumés de forces démocratiques alliés (ADF). Presque 3 000 personnes ont déjà été tuées, des centaines de kidnappés, des maisons brûlées et des milliers d'habitants ont déjà abandonné leurs maisons d'habitation.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 1 commentaire
8422 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


Le sage @SD3Y66Q   Message  - Publié le 11.03.2019 à 10:16
Mais où est le QG du président protocolaire nommé par kanambe promis avec faste lors de sa campagne démagogique? Il promettait s'installer en QG avec ses FARDC à BENI dès son élection mais rien n'est fait jusque là. Comment croire qu'un type qui a érigé tous les anti-valeurs (mensonge, fraude, tricherie, trahison, falsifications) en mode de vie pourrait faire quelque chose d'utile pour la nation??? C'est seulement impossible!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Beni : 6 civils tués à Kalau, l'ombre des ADF plane toujours
left
Article précédent Combats près de Lubumbashi entre les FARDC et les miliciens Bakata Katanga dans la nuit de lundi à mardi

Les plus commentés

Economie Protocole d'accord UE- Rwanda : Cardinal Fridolin Ambongo dénonce une stratégie de diversion de la communauté internationale

25.02.2024, 20 commentaires

Société L’argent des routes pour financer l’effort de guerre: un courrier de Bemba aux sociétés des péages fait scandale

26.02.2024, 16 commentaires

Politique L’ancien Porte Parole du MLC Jean Jacques Mamba et proche de Jean-Pierre Bemba rejoint l’AFC de Corneille Nangaa

26.02.2024, 15 commentaires

Politique Vital Kamerhe pressenti président de l’Assemblée nationale !

26.02.2024, 12 commentaires

Ont commenté cet article



Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance