mediacongo.net - Actualités - Parachèvement du processus électoral : la société civile et les partis politiques exhortent à l’organisation des élections locales 


Retour Société

Parachèvement du processus électoral : la société civile et les partis politiques exhortent à l’organisation des élections locales

Parachèvement du processus électoral : la société civile et les partis politiques exhortent à l’organisation des élections locales 2019-03-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/03-mars/25-31/societe_civile_elections_locales_19_000.jpg -

L’importance des scrutins à la base a été relevée par les participants à un atelier de réflexion tenu, le 22 mars au Cercle Kinshasa/ Gombe, qui ont pris l’engagement de s’y impliquer en vue de leur organisation.

Une centaine de membres des partis politiques, de la société civile congolaise, des confessions religieuses et de l’autorité coutumière ont participé à l'atelier. Celui-ci a été consacré à la réflexion sur les défis et les perspectives de la gouvernance de proximité en République démocratique du Congo (RDC), qui devra être consacrée par les élections locales.

Sur le thème « Des élections locales pour une gouvernance de proximité en RDC : défis et perspectives », cette activité co-organisée par National democratic institute (NDI), 11.11.11 et Counterpart international (CPI) a permis aux participants d’établir clairement la nécessité des élections locales attendues dans le pays et de rassurer de leur implication afin d’arriver à leur tenue.

Les participants ont suivi, à cet effet, quatre exposés dont « Importance des élections locales pour une gouvernance de proximité en RDC », fait par le Pr Makolo Jibikilayi ; « La Ceni face aux élections locales de septembre 2019 », par le chargé de communication de la centrale électorale, Jean-Baptiste Itipo ; « Etat des lieux des préparatifs des élections locales par les partis et regroupements politiques de la mouvance présidentielle », développé par Robert Ngambi, chef des travaux à l’UPN, cadre du Parti lumumbiste unifié et dirigeant de la centrale électorale Palu et alliés ; et « Etat des lieux des préparatifs des élections locales par les partis et regroupements de l’opposition politique », par Martin Mukonkole, cadre de la coalition Lamuka.

Eviter au pays l’expérience malheureuse de 2006 et de 2011

Circonscrivant le cadre de cet atelier, le directeur exécutif de l’Institut alternatives et initiatives citoyennes pour la gouvernance démocratique et modérateur de l'activité, Me Sylvain Lumu Mbaya, a rappelé que la RDC avait déjà connu deux processus électoraux tronqués au cours desquels les élections à la base n’ont pas été organisées, enregistrant ainsi des arriérés électoraux. Ces inquiétudes ont également été renforcées, selon ce juriste et expert électoral, par le fait que le calendrier modifié de la centrale électorale congolaise n’a pas repris les élections locales. « Vont-elles subir le sort de 2006 et 2011 ? », s’est-il demandé.

Dans leurs interventions, le directeur-pays de CPI, Steven Sharp, le directeur résident de NDI, Dany K. Ayida, et le 11.11.11, motivant leur vision pour l’organisation de cet atelier, ont souligné l’importance des élections locales dans le pays qui, selon eux, renforcent ou améliorent la redevabilité des dirigeants qui sont ainsi élus.

Abordant son sujet, le Pr Makolo a noté que la décentralisation est consacrée par la Constitution. Pour lui, sans élections, il n’y a pas décentralisation et si elles ne sont pas organisées, le pays est en marge de la Constitution. Faisant partie des experts sur lesquels le pays s’est appuyé pour la mise en place du processus de sa décentralisation, le Pr Makolo a estimé que la RDC a tous les atouts pour organiser les élections à tous les niveaux, particulièrement à la base. Mais, il lui faut une volonté politique.

Jean-Baptiste Itipo, lui, a affirmé qu’à ce jour, la RDC possède un fichier électoral pouvant lui permettre d’organiser les élections locales. Le directeur de communication à la Ceni a également rassuré sur l’existence d’un calendrier qui reprend tous les onze scrutins prévus par la loi électorale. Notant que la Ceni a cheminé d’une manière correcte jusqu’à l’organisation de l’élection des sénateurs, Jean-Baptiste Itipo regrette que le couac survenu à l’issue de cette dernière élection puisse, d’une certaine manière, bloquer la machine. Mais, son souhait est que cela soit de courte durée en vue de continuer le processus tel que mentionné dans ce calendrier publié par la Ceni.

Robert Ngambi, de son côté, a établi une nette différence entre la décentralisation et le découpage territorial. A l’en croire, la RDC a procédé à un découpage territorial mais traîne encore à décentraliser son administration étant donné que la concentration du pouvoir est encore au niveau de la capitale, Kinshasa. Mais cet expert a également relevé qu’il était inconcevable de chercher à organiser onze scrutins en même temps. Pour lui, selon ce calendrier, le pouvoir organisateur et les partis politiques, en tant que parties prenantes au processus, sont étouffés, en termes de coût et de la logistique organisationnelle de tous ces scrutins. Il a donc proposé un décalage dans l’organisation des élections à différents niveaux.

Martin Mukonkole, pour sa part, a regretté le renversement de la pyramide de l’organisation des élections, expliquant que les locales devaient venir en premier pour finir par la présidentielle et les législatives. Interpellant les partis politiques, le gouvernement et la société civile, ce cadre de Lamuka a fait savoir que les élections locales constituaient le véritable socle de la démocratie et du développement. « Leur organisation avant toutes les autres est constitutionnelle », a-t-il affirmé.

A la suite de ces exposés, les échanges ont amené tous les participants à avoir un même entendement sur les élections locales. Ils ont formulé des recommandations qui vont dans le sens d’exhorter à l’organisation de ces scrutins pour rassurer de la participation de la population à la gestion de la chose publique et conduire ainsi au développement et d’éviter au pays la situation de 2006 et 2011.

Lucien Dianzenza
Adiac-Congo / MCP, via mediacongo.net
572 suivent la conversation
1 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Hama | GNWEEAX - posté le 25.03.2019 à 14:34

Depuis 2006, nos villes, communes, secteurs et chefferies sont administrés en violation des dispositions constitutionnelles, qui prévoient leur gestion par des organes locaux élus. Les maires, bourgmestres et chefs de secteur doivent être élus et non nommés! Et leur gestion encadrée et contrôlée par des conseils locaux, pour lutter contre la pauvreté. Ainsi, les nouvelles missions des entités décentralisées ne sont pas exercées, ce qui ne permet pas aux populations de bénéficier des retombées de la décentralisation. Azarias Ruberwa, tu fais quoi?

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Gestion du processus électoral : le CNSA et la Ceni à couteaux tirés

Politique ..,

Cnsa, Gouvernement, Ceni en réunion d’évaluation du processus électoral ce lundi

Politique ..,

Yumbi: la Ceni dépêche une délégation pour évaluer les défis sécuritaires, logistiques...

Provinces ..,

"La RDC n'a pas de crise post-électorale" (DC)

Politique ..,