mediacongo.net - Actualités - Tryphon Kin-Kiey : « L’Assemblée nationale a intentionnellement et littéralement outrepassé ses pouvoirs et, du coup, violé la Constitution »



Retour Politique

Tryphon Kin-Kiey : « L’Assemblée nationale a intentionnellement et littéralement outrepassé ses pouvoirs et, du coup, violé la Constitution »

Tryphon Kin-Kiey : « L’Assemblée nationale a intentionnellement et littéralement outrepassé ses pouvoirs et, du coup, violé la Constitution » 2019-06-11
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/05-mai/27-31/kin_key_triphon_19_0214.jpg -

Typhon Kin-Kiey Mulumba

Quand il s’agit de défendre les principes, Typhon Kin-Kiey Mulumba reste égal à lui-même. Ce ténor du CACH a aussi donné de la voix en réaction au débat engagé à l’Assemblée nationale sur les ordonnances du chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, portant nominations de mandataires publics à la Gecamines et à la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo, « SNCC ».

Dans une interview accordée dimanche au média 7SUR7.CD, le professeur Tryphon Kin-Kiey a condamné l’initiative de la chambre basse du Parlement, accusée d’avoir outrepassé ses pouvoirs.

« L’Assemblée nationale a intentionnellement et littéralement outrepassé ses pouvoirs et, du coup, violé la Constitution. J’ai été pendant deux ans ministre des Relations avec le Parlement et la Constitution a été ma Bible. Elle m’a permis de travailler à veiller au fonctionnement régulier de nos Institutions en évitant d’énerver celle-ci ou celle-là. Notre Constitution érige un principe absolu : celui de séparation des pouvoirs », a-t-il dit.

En outre, l’ancien ministre de PT-NTIC a tenu à souligner que l’Assemblée nationale n’a aucune compétence pour traiter en plénière d’une matière liée à l’Institution Président de la République sauf à enclencher la procédure de destitution strictement réglée par les articles 164 à 167 dans des matières précises et dans le cadre du Congrès qui réunit les deux Chambres. Ce qui était loin d’être le cas.

« En acceptant de débattre en public en plénière, qui plus est, radio-télévisée en direct, d’une motion d’un député sans aucun doute instrumentalisé et recherchant quelque notoriété par ces temps de débat de distribution des maroquins, le Bureau de l’Assemblée nationale a fait triompher l’option politique levée dans une officine oubliant la riposte cinglante: celle prévue par l’article 148 qui permettrait au Président de la République, Chef de l’Etat d’enclencher la procédure de dissolution. Aujourd’hui, il suffit de laisser courir quelques mois et nous serons dedans…Dans ce cas, cette majorité serait laminée à coup sûr », a-t-il prévenu.

L’ancien ministre des Relations avec le Parlement a également précisé que dans notre Constitution, le président de la République est le chef suprême et le monarque républicain qu’incarne le président français sous le régime de la Constitution de la Cinquième République.

« Le Président peut tout et ne doit d’explication à personne. J’ignore si le porte-parole du Président de la République a bien lu ces ordonnances, s’il a reçu les bonnes copies, s’il y a eu deux ou quatre ordonnances », a tapé KKM.

Le professeur n’a pas manqué d’évoquer le cas Samy Badibanga, disant se rappeler que l’ancien Premier ministre a eu droit à deux ordonnances, la première ayant été annulée à la suite d’accusations de double nationalité, la seconde signée après régularisation du dossier du candidat au consulat belge à Kinshasa.

« Qui a débattu de cette question au Parlement ou sur les réseaux sociaux? Qui a critiqué le Président de la République d’alors ou les services d’avoir fait nommer un étranger à la tête du Gouvernement national? Avait-on plus de respect en ces temps-là de l’institution président de la République ou les services fonctionnaient mieux ou avec moins de suspicion? », s’est demandé Tryphon Kin-Kiey Mulumba.

« Au lendemain d’élections certainement les plus chaotiques qu’ait connues notre pays, le Congo est à la croisée des chemins et à l’entame d’une nouvelle étape. Saisissons cette opportunité et célébrons cette chance d’une passation des pouvoirs sans bain de sang », a plaidé Bakala ya ngolo dont on ne peut nier la pertinence des analyses.

Kin-kiey a affirmé,par ailleurs, qu’une majorité parlementaire factice est sous observation stricte et de la population congolaise qui rêve d’un jour nouveau et ne permettra pas n’importe quoi, et de la communauté internationale qui estime que ce pays a trop longtemps tiré par le bas le Continent sinon le monde.

« Ni le Congo, ni l’Afrique, ni le monde ne vont tolérer des dérives d’une certaine élite politique qui a littéralement échoué à reproduire son modèle politique et cherche à se maintenir malgré tout par des calculs politiciens qui visent à punir et à exclure quand CACH cherche à apaiser, à rassembler, à réconcilier et à avancer dans le processus de reconstruction », a conclu Kin-Kiey Mulumba, un des proches du chef de l’État.


Africanewsrdc / MCP, via mediacongo.net
2017 suivent la conversation
11 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

anaonyme | 92D3XD4 - posté le 12.06.2019 à 21:58

Il ya a un garant de l ETAT, du fonctionnement des institutions QUI SE BALADE en avion à raison de 4 millions de dollars par jour, de frais de mission !!! Face à l'inanition de la nation et à LA CONFUSION honteuse actuelle,au blocage du fonctionnement de l Etat,le garant de la nation en plus d être INCONSCIENT qu'il sorte de cette IRRESPONSABILITE qui le caractérise ! Et que le parlement aussi se conforme à la Constitution et engage la procédure pour LA DESTITUTION de celui qui EST INCAPABLE de garantir le bon fonctionnement des institutions

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RDC | TK5391C - posté le 12.06.2019 à 08:33

En 2020, le Président de la République aura le droit de dissoudre l'Assemblée Nationale ! Cf. art. 148 : "En cas de crise persistante entre le Gouvernement et l’Assemblée nationale, le Président de la République peut, après consultation du Premier ministre et des Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, prononcer la dissolution de l’Assemblée nationale." Il faudra le faire après la restructuration de la CENI. Mais si FCC osait initié la destitution du PR avant le délai constitutionnel de dissolution, le PR, en tant garant du bon fonctionnement des institutions va utiliser cette arme pour la survie de son mandat, et pour le bien du peuple congolais. Nous aurons...

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Okolela | V73Q7NS - posté le 12.06.2019 à 08:14

le President de la Republique peut tout, et ne doit d'explication a personne...dixit KIN-NKIEY MULUMBA, Ca sous entend que le President peut : Tuer, Amnistier, detourner les deniers publics, nommer, revoquer quand il veut, suspendre, piller, s'enrichir au dos de sa population... KIN-NKIEY MULUMBA veut amener par ses declarations le style Moubutien de 2em republique par la flatterie. il veut avoir un poste dans le prochain Gouvernement.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | GFNVXBG - posté le 12.06.2019 à 00:03

Il cherche du travail du premier plan comme tout intellectuel congolais qui se respecte. Dispute veut dire palabre, palabre à l'Africaine. Dispute ne veut pas dire motion (des écrits) parole occidentale.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 11.06.2019 à 23:40

TSHILOMBO n'as aucun pouvoir pour dissoudre l'assemblée nationale, il faudra un référendum et pour qu'il y est référendum il faut l'accord des deux chambres,même si il l'obtient le référendum ce le gouvernement qui seras l'organisateur des élections et non la présidence donc le FCC,la quasi totalité des provinces sont gérer par les gouverneurs FCC et leur parlements,il est plus facile de destitué TSHILOMBO que changer de majorité à l'assemblée et au Sénat

Non 5
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 11.06.2019 à 22:52

Nous remercions les precedentse intervenants . Quand le Congo est victime des ses intellectuels.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
L'unité | 5O7OOY8 - posté le 11.06.2019 à 22:07

J'espère qu'il ne va plus se retrouver ministre , cet idiot ! Y avait-il urgence pour que le président énerve la constitution ?

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Dobototoko | 9YCEQ49 - posté le 11.06.2019 à 21:54

Kin Kiey, tu fais la honte de Kwilu. Tu n'es qu'une chauve souris. Monsieur Kabila desir, pp n'as pas de leçon à donner aux Congolais,tu dois plus tot te taire.

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zemira | 4SRZTHP - posté le 11.06.2019 à 21:51

Tryphon Matotu alias Kin Kiey Mulumba, un faussaire médiocre comme Félix Tshisekedi !

Non 4
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge Mputu | 8ZUB9AY - posté le 11.06.2019 à 21:39

Heureusement que Internet est reapparu et il efface ce genre d'opportunistes qui essaient de nager encore dans les eaux troubles et de desorienter la population. N'est-ce-pas, lui Kin-Kiey: qui suppliait a Joseph Kabila de se representer pour une 3e fois? "Le president de la republique, Tshisekedi: peut-il, a chaque fois, enerver les articles de la constitution sur base d'anticipation politique"? Tout le temps? Un, deux ou trois fois: bon, c'est tant mieux! Mais pas tout le temps! C'est la qui a fait enerver les congolais. Pourquoi, lui le president, peut-il a tout moment enerver la constitution? "C'est de la qu'est parti, toute cette guerre: que le president peut tout faire en...

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge Mputu | 8ZUB9AY - posté le 11.06.2019 à 21:29

Ah, Kin-Kiey. Toujours du mauvais cote! C'est le meme Kin-Kiey qui croyait encore a une ressuscitation politique du marechal Mobutu pendant que les trois quarts de la RDC etait passee sous controle des troupes de l'AFDL! C'est a l'Outenika que Kin-Kiey pensait encore reussir un dernier coup de maitre pour le vieux dictateur! C'est encore lui, Kin-Kiey, qui faisait miroiter a Kabila qu'il pouvait briguer un 3e mandat! Sans enerver la constitution! C'est toujours Kin-Kiey, hein!

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Ordonnance Présidentielle: Le prof Mbata dénonce une dérive parlementaire

Politique ..,