mediacongo.net - Actualités - Fatshi : la réforme constitutionnelle inévitable !



Retour Politique

Fatshi : la réforme constitutionnelle inévitable !

Fatshi : la réforme constitutionnelle inévitable ! 2019-07-01
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/06-juin/24-30/fatshi_president_19_0214.jpg -

Dans son message d'hier à la Nation, le chef de l'Etat a aussi fait état des nominations au sein de l'appareil judiciaire.

D'une hypothèse d'école, la perspective de retouche de la Loi fondamentale devient de plus en plus envisageable. Dans sa toute première adresse à la Nation, le chef de l'Etat a dégagé la nécessité de changer le mode d'élection des sénateurs et des gouverneurs de provinces. Ce qui passerait nécessairement par la révision de certaines dispositions constitutionnelles.

Ce changement concernera essentiellement l'alinéa 4 de l'article 104 de la Constitution, qui stipule que les sénateurs sont élus au second degré par les assemblées provinciales. Est-ce à croire qu'on basculerait du scrutin indirect au mode de vote direct en ce qui concerne les sénateurs et les gouverneurs de provinces ?

C'est fini pour des magistrats et juges véreux dans les juridictions de la RD Congo. A la suite de la controverse ambiante autour des arrêts de la Haute cour et des soupçons de corruption de plus en plus persistants des juges de cette même Cour, le Chef de l'Etat congolais promet de nommer des personnes "intègres" pour changer l'image salie de la justice du pays. Le Magistrat suprême congolais l'a déclaré à haute et intelligible voix, dans son tout premier message du 30 juin, adressé hier à la Nation.

Par ailleurs, Félix Tshisekedi a annoncé, sans le dire clairement, une révision constitutionnelle sur fond de changement du mode de scrutin des sénateurs et des gouverneurs de province. Car explique-t-il, "le système électoral en vigueur a montré ses limites". Ici aussi, Félix Tshisekedi motive implicitement cette réforme par des soupçons de vagues de corruption qui ont émaillé le vote des sénateurs et de gouverneurs de provinces, respectivement le 14 et le 26 mars dernier.

Dans le volet social, le Président congolais dit ne ménager aucun effort pour enrayer le fléau de la maladie à virus Ebola dans l'Est et le Nord-Est du vaste territoire national. Précisément le Nord-Kivu et l'Ituri. Une autre importante annonce, est la gratuité des soins médicaux désormais garantie aux éléments des Forces armées de la RD Congo (FARDC) et de la Police nationale congolaise (PNC).

En ce qui concerne les infrastructures routières, gage du développement du pays, Félix Tshisekedi rappelle la cascade de travaux engagés dans tous les coins de la RD Congo. Particulièrement en provinces, le Chef de l'Etat a précisé que les travaux se portent aussi bien, sur la réhabilitation et la réouverture des routes d'intérêt général que la remise en état des ponts et des bacs.

Dans l'ensemble, le message de Félix Tshisekedi aura été le bilan mi-parcours de ses cinq premiers mois à la tête du pays. Un constat sur fond d'autosatisfaction. Sur le plan politique, le successeur de Joseph Kabila ne cache pas sa satisfaction d'avoir favorisé la mise en œuvre effective de la décrispation politique, conformément aux prescrits de l'Accord de la Saint-Sylvestre 2016. "Les exilés politiques sont de retour. Les réunions et manifestations politiques se tiennent sans aucune entrave. Je tiens à vous rassurer sur ce chapitre que les choses iront de mieux en mieux dans le strict respect des lois de la République et de l'établissement d'un Etat de droit", promet-il.

RELOOKER LES PENITENCIERS DE LA RDC

Dans son discours d'investiture le jeudi 24 janvier à Kinshasa, Félix Tshisekedi avait promis la fermeture de tous les cachots privés. Particulièrement ceux de l'Agence nationale de renseignements (ANR). Cette mesure, disait-il, s'inscrivait dans le cadre de l'assainissement des prisons du pays, qui selon son propre constat, "sont devenues de véritables mouroirs".

Toujours dans ce cadre d'humaniser les pénitenciers congolais, le Chef de l'Etat avait recommandé que la capacité d'accueil des prisons du pays soit augmentée. "Les travaux entamés au niveau du Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (CPRK), communément appelé "Prison de Makala", constituent la première étape", rassure-t-il.

Jurant de respecter les libertés publiques, du reste garanties par les articles 17, 22, 23, 25 et 26 de la Constitution du 18 févier 2006 en vigueur en RD Congo, Félix Tshisekedi déplore cependant, des cas de dérapages observés lors des manifs publiques organisées dans certaines grandes villes du pays. En l'occurrence Kinshasa. Cas du meeting de Jean-Pierre Bemba du 23 juin dernier, Place sainte Thérèse à N'Djili. "Je me suis rendu au chevet des victimes d'actes de vandalisme commis par des inciviques, des manifestants mal encadrés qui n'ont pas hésité à s'attaquer aux ouvrages publics, aux paisibles citoyens et à leurs biens. Ceci doit prendre fin et la loi doit s'appliquer dans toute sa rigueur, car je refuse que certains leaders mal intentionnés puissent confondre démocratie et anarchie", gronde Félix Tshisekedi.

En cinq mois seulement au sommet de l'Etat, Félix Tshisekedi confesse qu'il ne pouvait produire de miracle, pour donner des réponses idoines aux nombreuses préoccupations de ses compatriotes. Dans un pays où tout est en même temps priorité et urgence, le Président congolais n'ignore pas qu'il ne peut rien faire tout seul. Aussi, fait-il appel au patriotisme de tout Congolais pour réussir les nombreuses réformes à réaliser. Ce, dans le but de répondre aux besoins multiples et variés de la population. "Si nous adhérons tous à la vision selon laquelle tout doit être fait et revenir d'abord au peuple, celui-ci a aussi sa part de responsabilité, particulièrement dans le changement des mentalités", exhorte-t-il. Entre-temps, les Congolais continuent à attendre impatiemment, la formation du nouveau Gouvernement.

D'aucuns espéraient voir la sortie de la fumée blanche hier dimanche, en guise de cadeau de la fête d'indépendance du pays. Hélas. 


Forum des As / MCP, via mediacongo.net
4924 suivent la conversation
6 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Anonyme | J4TI6QP - posté le 01.07.2019 à 14:50

N'ose jamais ramener l'élection présidentielle au second degré malgré votre mariage avec KANAMBE Hypolitte; seuls les sénateurs et gouverneurs qui doivent être votés au premier degré.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
UDPEST COVID-19 | TSWZGT3 - posté le 01.07.2019 à 13:25

kap | DR16Q1Y - Merci de votre message. C'est moi qui ai commencé depuis longtemps ce combat de dire à Tshilombo d'être honnête. Hier le 30 juin 2019, les talibans de l'UDPS ont pris en otage les installations de l'ANR Mweneditu et on cassés des choses privées, pour une revendication qu'ils font chaque jour suit a la demande de la démission du Gouverneur de Lomami...Tshilombo Antoine là il ne pipe mot, donc il trouve ça normal...mais quand les autres manifestent, il tue et demande a la police de trouer les pneus des opposants! Un vrai malhonnête au pouvoir. Il vient aussi de fermer la RTVS1, chaine de Muzitu parce qu'il est opposant! Mêmes pratiques de Kabila qu'on attribuait...

Non 4
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anomyme | QLWXBBK - posté le 01.07.2019 à 13:18

Non Excellence Mr le Président, ce qu'il nous faut c'est revoir la constitution de notre parlement avec deux chambres. C'est trop pour un pays post-conflit.Il faut supprimer le sénat à l'exemple du Sénégal de Macky Sall car il est budgétivore.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
chunks | Z28NX2R - posté le 01.07.2019 à 11:53

Le gouv-Ilunga traine pour mieux avancer monsieur le president de la rdc

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
UDPEST COVID-19 | TSWZGT3 - posté le 01.07.2019 à 10:37

C'est l'un des points principaux de leur accord avec Kabila. Ramener l'élection du Président au second degré, donc le Président sera élu par les députés nations et non par le peuple. Mabunda est à l'AN pour cette mission. Mais il va rencontrer Lamuka dans son aventure. C'est désormais un Président oppresseur après le bain de sang du hier à Goma et à Kin. Il bat le record mondial en 6 mois seulement, il commence à tuer et à réprimer les manifestants pacifiques, même a demander aux policiers de trouer les pneus des Leaders de l'opposition. Le pauvre pantin dicté par Kabila.

Non 3
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kap | DR16Q1Y - posté le 01.07.2019 à 09:18

PARLEZ AUSSI MONSIEUR LE PRESIDENT DES CASSES, PILLAGES ET DESTRUCTIONS PERPÉTRÉS PAR LES COMBATTANTS DE L'UDPS/CACH à Kin, BUKAVU, Lubambashi, Kananga, Mbuji Mayi et allez aussi rendre visite aux parlementeurs et agents de l'ordre molestés par vos militants. Nous ne voulons pas la politique de deux poids deux mesures.

Non 6
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Enjeux de l’heure : la quête d’une nouvelle majorité parlementaire fait débat

Politique ..,

Union sacrée : Le Palu accepte la main tendue de Félix Tshisekedi

Politique ..,

Félix Tshisekedi attendu à Brazzaville

Politique ..,

Affaire Minembwe : Félix Tshisekedi appelé à concrétiser la suspension du décret par des...

Provinces ..,