mediacongo.net - Actualités - Sur Facebook, on peut savoir quelles entreprises ont revendu nos données à des annonceurs



Retour Sur le net

Sur Facebook, on peut savoir quelles entreprises ont revendu nos données à des annonceurs

Sur Facebook, on peut savoir quelles entreprises ont revendu nos données à des annonceurs 2019-07-11
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/07-juillet/08-14/facebook_phone_19_000.jpg -

Le réseau social a ajouté de nouvelles fonctionnalités à son outil de transparence publicitaire. Elles visent notamment les «data brokers», des entreprises qui collectent et revendent certaines données des internautes.

Peut-on faire confiance à Facebook pour apporter plus de transparence à l’écosystème de la publicité en ligne? Jeudi soir, le réseau social américain a annoncé une amélioration significative de son outil «Pourquoi est-ce que je vois cette publicité?», disponible depuis 2015. Jusqu’ici, ce dernier, accessible depuis n’importe quelle publicité affichée sur le fil d’actualité, présentait plusieurs catégories qui faisaient d’un utilisateur la cible idéale pour une entreprise: âge, localisation, sexe, etc. Dans le courant du mois de juillet, cette liste sera plus détaillée. Elle comportera notamment la mention d’entreprises ayant revendu les données d’un utilisateur à un annonceur.

La jungle de la publicité en ligne

Pour comprendre l’intérêt de cette nouveauté, il faut se pencher sur la manière dont fonctionnent les publicités en ligne. L’immense majorité des réclames sur le Web sont ciblées, c’est-à-dire adaptées à la personne qui consulte tel ou tel site. Par exemple, si vous avez l’habitude d’acheter des vêtements chez La Redoute, il est probable que la marque affiche régulièrement des publicités dans votre fil d’actualité Facebook.

Cependant, une entreprise n’a pas besoin que vous soyez client de ses services pour vous connaître, et vous proposer des publicités ciblées. Elles peuvent se reposer sur d’autres sociétés, qui se spécialisent dans l’achat et la revente en masse d’informations sur les internautes. On les appelle des «data brokers», littéralement des «courtiers en données». Leur but est de collecter - légalement, mais discrètement - un maximum d’informations personnelles. Ces dernières sont compilées via un très grand nombre de canaux différents: cartes de fidélité, bases de données publiques, applications mobiles, et plus généralement toutes les traces que vous laissez en ligne. Ces entreprises revendent ensuite très cher le droit d’exploiter ces listes de données à d’autres sociétés souhaitant faire de la publicité sur les réseaux sociaux. Ce phénomène touche particulièrement Facebook, qui met à la disposition de ses annonceurs un puissant outil: Custom Audiences («audience personnalisée»), qui permet d‘exploiter ces listes afin de cibler très finement les internautes selon de très nombreux critères. Il s’agit du cœur du modèle économique de Facebook, une entreprise dont le chiffre d’affaires s’est élevé à 55,8 milliards de dollars en 2018.

Les utilisateurs de Facebook vont donc désormais disposer de plus d’informations sur ces fameux «data brokers». Le site BuzzFeed, qui a pu tester la fonctionnalité en avant-première, donne l’exemple suivant. Sur une publicité pour Chase, une banque américaine, on peut lire que c’est LiveRamp, un courtier en données, qui a publié une liste d’informations sur Facebook, permettant ensuite son exploitation à des fins publicitaires pour ses clients.

En outre, le réseau social a amélioré la page «préférences publicitaires», présente dans les paramètres de chaque utilisateur. Cette dernière comporte désormais une catégorie dédiée aux entreprises ayant publié une liste contenant les informations d’un internaute, qui a ensuite été exploitée par un annonceur. Pour la trouver, il faut se rendre dans les paramètres, catégorie «publicités», puis «annonceurs et entreprises», cliquer sur le «plus» et enfin choisir «qui a importé et partagé une liste avec vos informations.» Outre le nom des sociétés concernées, Facebook montre aussi les annonceurs qui ont exploité récemment (dans les trois derniers mois) ces données. Il est cependant impossible de refuser cette exploitation. On peut seulement demander à masquer les publicités d’une entreprise en particulier.

Avec ces nouveautés, Facebook espère répondre aux critiques sur son outil «pourquoi est-ce je vois cette publicité?», jugé trop vague et souvent incompréhensible pour les internautes. Dans une longue enquête, une journaliste du site français Numerama s’était par exemple interrogée sur pourquoi elle était ciblée par des entreprises avec lesquelles elle n’avait jamais interagi. L’un des responsables de ces situations était, justement, un data broker ayant revendu des informations la concernant. À noter qu’en Europe, les activités de ce genre d’entreprises sont limitées par le RGPD, le règlement général de protection des données. On peut notamment faire opposition quant à l’exploitation de ses informations personnelles.

Facebook a été confronté à plusieurs polémiques concernant l’exploitation des données de ses utilisateurs, mettant en lumière ses pratiques floues, ainsi que celles de nombre de ses partenaires. Cependant, si le réseau social donne désormais plus de clarté aux internautes, cela ne signifie pas que ces derniers sont davantage en contrôle. Par exemple, Facebook se targue de proposer une option pour se désinscrire des listes de certains data brokers. Mais cette fonctionnalité de retrait n’est disponible que lorsque l’entreprise en question dispose d’un formulaire adapté sur son site. Ce qui est, au final, rarement le cas.

Lucie Ronfaut
Le Figaro / MCP, via mediacongo.net
177 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : USA: Au zoo du Bronx, elle entre dans l'enclos des lions pour leur dire "Je t'aime"
AUTOUR DU SUJET

Libra : Le projet de monnaie numérique de Facebook connait des défections en cascade

Economie ..,

Facebook et plusieurs médias à l'assaut des fake news en RDC

Sur le net ..,

Le libra de Facebook lie son destin au dollar

Sur le net ..,

Crypto-Monnaies: Après Facebook, c’est au tour de Telegram de lancer sa cryptomonnaie

Sur le net ..,