Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Medias & tendances Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - Premier-BET - 01 juillet
mediacongo
Retour

Société

Le procès du massacre de Kamanyola place la justice congolaise sous les projecteurs (HRW)

2019-07-29
29.07.2019
2019-07-29
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/07-juillet/29-31/kamanyola_victimes_burundaise_19_0214_1.jpg -

Les audiences de six militaires, poursuivis pour le meurtre de 38 burundais en 2017 à Kamanyola (Sud-Kivu), devraient reprendre ce lundi 29 juillet. Pour Human Rights Watch (HRW), ce procès met le système judiciaire congolais sur le devant de la scène.

« Un procès équitable pour le massacre de Kamanyola est capital pour la justice et pour les victimes », a expliqué Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch.

« Les responsables de ce carnage devraient être dûment punis et les victimes devraient recevoir des réparations adéquates », a-t-il plaidé.

L’ONG internationale de défense des droits de l’homme estime en effet que les tribunaux militaires congolais ont un bilan contrasté, en matière d’affaires impliquant du personnel militaire accusé de crimes graves.

L’Organisation relève, à titre d’exemple, des problèmes qui ont surgi lors du procès en 2014 contre des militaires congolais impliqués dans le viol de masse, dans la ville de Minova (Sud-Kivu) et ses alentours en 2012.

Parmi ces problèmes, l’absence d’une stratégie solide en matière d’enquêtes et de poursuites, une ingérence politique dans la protection des officiers supérieurs et des hauts responsables, et le non-respect du droit de l’accusé à un procès équitable et impartial.

Le procès qui reprend ce lundi met devant le tribunal militaire de Bukavu cinq militaires et un officier de police, poursuivis pour « meurtre et tentative de meurtre » sur des demandeurs d’asile dans la ville de Kamanyola.

Près de 40 survivants burundais, témoins et membres des familles vivant sur le territoire congolais ont indiqué à un avocat qu’ils étaient prêts à témoigner au tribunal.

Le 15 septembre 2017, les forces de sécurité congolaises avaient tiré à plusieurs reprises sur près de 2 000 demandeurs d’asile qui manifestaient à Kamanyola, dans la province du Sud-Kivu. On a dénombré parmi les personnes tuées 15 femmes, 22 hommes et une jeune fille de 12 ans. Plus de 100 personnes avaient été blessées.


Top Congo / MCP, via mediacongo.
C’est vous qui le dites :
8470 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


right
Article suivant Vers une grève des magistrats en RDC
left
Article précédent 40ème jour après l’inhumation du Sphinx : Maman Marthe Kasalu remercie les congolais pour leur soutien

Les plus commentés

Société Justice : Constant Mutamba annonce l'ouverture, ce mercredi, d'un procès public contre Corneille Nangaa et ses complices

23.07.2024, 11 commentaires

Société Judith Suminwa aux membres du gouvernement : « Nous devons bannir l’exposition d’une vie ostentatoire, d’un luxe isolent »

22.07.2024, 10 commentaires

Religion « Désormais aucune association confessionnelle ne peut s’installer dans un rayon de 500 mètres par rapport à une autre », ( Constant Mutamba)

21.07.2024, 7 commentaires

Politique Agression rwandaise : Vital Kamerhe obtient les assurances de l'Union européenne pour le retour de la paix dans l'Est de la RDC

20.07.2024, 5 commentaires


Ils nous font confiance