mediacongo.net - Actualités - Asus Vivobook S14 avec ScreenPad : un deuxième écran pour doubler sa productivité ?



Retour MC Geek !

Asus Vivobook S14 avec ScreenPad : un deuxième écran pour doubler sa productivité ?

Asus Vivobook S14 avec ScreenPad : un deuxième écran pour doubler sa productivité ? 2019-09-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/09-sept/09-15/ordinateur_asus_vivobook.png -

Asus ne veut pas réserver son ScreenPad à ses modèles haut de gamme. Le constructeur l’a en effet placé sur son Vivobook S14, qui jouit ainsi d’un deuxième écran directement intégré dans le trackpad. De quoi doubler sa productivité ?

Présentation

Le ScreenPad est le grand concept sur lequel mise beaucoup Asus. Présentée lors de l’IFA 2018, cette technologie consiste à placer un deuxième écran (tactile) directement dans le trackpad, afin d’étendre l’affichage et de faciliter la vie de l’utilisateur grâce à divers raccourcis. Dans un premier temps, le ScreenPad était réservé aux modèles haut de gamme de la marque, les Zenbook, mais Asus le propose aujourd’hui sur des PC moins onéreux, comme le Vivobook S14 qui coûte moins de 1 000 €. 

Si la gamme Zenbook est celle qui jouit des dernières innovations de la marque, la gamme Vivobook n’est pas en reste. Placée juste en dessous au niveau tarifaire, elle propose tout de même un design premium et quelques innovations. Reste à savoir si ce Vivobook S14 tient toutes ses promesses.
 
Construction

Asus propose un design sobre et élégant avec son Vivobook S14. Celui-ci présente un châssis mélangeant de l’aluminium et du plastique. L’ordinateur se montre solide en main, malgré un capot d’écran qui a tendance à se plier légèrement, mais rien de bien affolant.


Le Vivobook dispose d'un design élégant

Le PC dispose de la patte Asus en matière de design, notamment à l’ouverture. Une fois ouvert, le clavier se surélève légèrement afin d’apporter plus de confort à l’utilisateur. Pour élever son clavier, le châssis du Vivobook S14 s’appuie sur la base de l’écran. Une technique déjà maintes fois utilisée sur les produits Asus et qui rend la frappe plus agréable tout en permettant de favoriser l'entrée d'air dans la grille d'aération située sous le châssis.


Le PC s'appuie sur la base de l'écran pour s'élever

Le clavier est réussi, malgré une frappe qu’on aurait aimée un peu plus résistante. Nous apprécions particulièrement l’absence de touches à droite de la touche Entrée (qui est toutefois toute en longueur sur une ligne) ce qui permet d’éviter les fausses manipulations. Mais le véritable argument du Vivobook tient en réalité dans son ScreenPad, ici en version 2.0, avec un écran légèrement retravaillé et des interactions revues.


Le clavier est de bonne qualité à défaut d'être excellent

Le principe du ScreenPad consiste simplement à placer un écran tactile à la place du trackpad. Si l'on peut rapprocher le concept de celui de la TouchBar du MacBook Pro, il est en réalité bien différent. Le ScreenPad propose ainsi deux utilisations différentes. Il est ainsi possible d’utiliser des applications compatibles, comme Spotify qui transforme l’écran en lecteur de musique, ou Note qui permet d’écrire en manuscrit avec ses doigts, ou bien encore un pavé numérique. D'autres applications, comme Evernote qui permet d'afficher des notes sur le trackpad ou encore une calculatrice, sont disponibles par défaut. Des applications présentes, mais malheureusement peu nombreuses.


Différentes applications, comme l'écriture manuscrite, sont disponibles

L’autre intérêt du ScreenPad est d’afficher un deuxième écran, et ainsi d'étendre l’affichage. Dans les faits, cela signifie qu’il est possible d’afficher une page Internet, un tableau Excel ou encore une vidéo sur ce petit écran. Concrètement, il est possible de laisser fonctionner Twitch sur le ScreenPad en travaillant sur l’écran principal avec une simple manipulation. Mais dans les faits, les manipulations sont poussives et souvent frustrantes, l’utilisateur devant s’y prendre à plusieurs fois avant de faire basculer une fenêtre ou de naviguer sur l’écran du ScreenPad. Une utilisation qui est en réalité plus agréable avec une souris branchée sur le PC, tant il est difficile de jongler entre le *trackpad *et l’écran tactile affiché.


Le simple fait d'afficher une vidéo sur le ScreenPad est une opération laborieuse

Concernant la connectique, le Vivobook S14 se montre complet. Il propose un port USB 3.0 Type-C, un port USB 3.0 Type-A, deux USB 2.0, mais aussi un port HDMI et un lecteur microSD. Le tout est accompagné par la traditionnelle prise casque, mais aussi par un port propriétaire pour la recharge.

 

Il est possible de démonter facilement le Vivobook S14 à l’aide d’un tournevis de précision. Une fois la partie inférieure du clavier retirée, on accède aisément aux entrailles de l’ordinateur. Toutefois, seul stockage du PC est modifiable. Il est ainsi possible de changer le SSD, et même d'en rajouter un deuxième, et ce, grâce à un emplacement vide disponible. La RAM est, elle, directement soudée à la carte mère.


Le PC se démonte très facilement

En ce qui concerne la chauffe, le Vivobook S14 est exemplaire. Lors de notre protocole de test habituel (benchmark Unigine Heaven pendant une heure), le PC n’a pas dépassé les 40 °C en surface. De même, le souffle a été mesuré à 37 dB, soit un niveau sonore très discret dans des conditions normales. C’est la preuve d’un châssis bien conçu qui ne chauffera pas, fruit du travail d'Asus sur l'inclinaison et la gestion de l'air.

 

Écran

Le Vivobook S14 est doté d’un écran IPS mat de 14 pouces d’une définition de  920 x 1 080 px. Asus mise toujours sur ses bords fins en proposant un ratio écran/façade très appréciable de 87 %, laissant juste de la place pour sa webcam.

 

L’écran du Vivobook S14 a donné des résultats satisfaisants. Ainsi, le contraste mesuré par nos soins est de 1 310 :1, ce qui est très correct sur un ordinateur portable. La température de couleur est également très bien équilibrée, puisqu’elle est de 6 680 K, soit très proche des 6 500 K de la norme vidéo. L’écran ne tire ainsi ni vers le rouge ni vers le bleu. Enfin, le respect des couleurs déçoit un peu, puisque le delta E moyen a été mesuré à 6,2. En y regardant de plus près, on constate ainsi que les verts, les bleus et les mauves affichés ne sont pas fidèles aux couleurs d’origine.


De gauche à droite, la courbe gamma, la température de couleur et le delta E

La luminosité maximale de l’écran est correcte, montant à 315 cd/m². L’écran n’étant pas sujet aux reflets, il est donc possible de travailler sereinement à l’extérieur avec le Vivobook. La rémanence est elle aussi bonne, calculée à 13 ms, soit en dessous de la moyenne des PC portables qui est de 15 ms. Ce score, qui n'est finalement pas très bon, montre les limites de l'IPS, mais reste acceptable sur un écran de cette taille (14 pouces). L'utilisateur ne percevra donc pas trop les "traînées floues" sur l’écran lors des mouvements.

Le deuxième écran, le screePpad, fait 5,6 pouces, ce qui est relativement grand pour un trackpad, et bénéficie d’une définition de 2 160 x 1 080 px. Il propose également un revêtement en plastique anti-traces de doigts, ce qui donne un aspect un peu flou aux icônes affichées à l’écran.

Une fois passé sous la lentille de notre sonde, l’écran du ScreenPad dévoile des résultats étonnants. Ainsi, le contraste a été mesuré à 1 675:1, ce qui est excellent pour un PC portable. De même, les couleurs affichées sont extrêmement fidèles aux couleurs originales, le delta E moyen étant de 3. Les rouges, les bleus ciel ainsi que les verts clairs sont les seuls mauvais élèves dans ce domaine. Le ScreenPad révèle toutefois ses faiblesses en termes de température, puisqu’elle s’élève à 7 830 K. L’écran tire donc vers le bleu, ce qui se voit à l’œil nu. La luminosité maximale est, elle, de 206 cd/m² tandis que la rémanence est de 13 ms, comme pour l’écran principal. Une luminosité suffisante pour travailler en intérieur, mais qui commence à devenir juste en extérieur, les icônes devenant moins visibles à cause des reflets.


De gauche à droite, la courbe gamma, la température de couleur et le delta E

Performances

Le Vivobook S14 est doté d’un processeur Intel Core i5-8265U (4 cœurs, 8 threads, fréquence de base de 1,6 GHz, fréquence turbo de 3,9 GHz), ainsi que 8 Go de RAM soudée à la carte mère. Le stockage consiste, lui, en un SSD au format M.2 de 256 Go. Une configuration qui, théoriquement, apportera assez de puissance pour travailler sereinement.

 

Lors de notre protocole de test habituel (compression vidéo, audio ou encore calcul 3D), le PC a atteint l’indice de 86 sur notre échelle de test. Cela le place dans la moyenne actuelle des ultraportables milieu de gamme, au coude à coude par exemple avec le HP Envy Laptop 13, et logiquement en dessous des ordinateurs équipés d'un Intel Core i7, comme le Zenbook S13. Avec un tel PC, l’utilisateur pourra faire de la bureautique avancée, voire utiliser des logiciels gourmands en calcul.

Mobilité / Autonomie

Le Vivobook S14 est un ordinateur pensé pour la mobilité. S’il ne fait pas partie des PC les plus légers du marché avec ses 1,4 kg, ni des plus fins avec ses 18 mm d’épaisseur, il se transportera tout de même facilement dans un sac. Notons que son chargeur de 152 g se montre très léger, en plus d'être très compact.

 

Le Vivobook S14 dispose d’une autonomie très satisfaisante. Lors de notre protocole de test habituel (Netflix sous Chrome, rétroéclairage désactivé, ScreenPad éteint, écouteurs branchés et luminosité réglée à 200 cd/m²), le PC s’est éteint au bout de 7 h 39 min. Un bon résultat que l’utilisateur peut espérer doubler en usage bureautique simple, comme le traitement de texte. Ainsi, inutile de s’encombrer du chargeur dans la journée.
 
Audio

Les haut-parleurs du Vivobook S14 proposent un son très correct. Aucune compression dynamique n’est à déplorer. De plus, la distorsion se montre très légère. Les voix qui sortent du PC sont claires et le son lors de l'écoute de musique se montre très équilibré. Seul problème, et pas des moindres, l’emplacement des haut-parleurs. Non seulement ils se situent à l’avant du PC, sous le châssis, mais ils dirigent également le son directement vers l’utilisateur, c’est-à-dire sur son torse. Le pire placement possible pour des haut-parleurs de PC portable. Le son est étouffé lorsque l’utilisateur place ses poignets en position d’écriture.

 

Quant à la prise casque, elle connaît des difficultés de tenue en courant au-dessus de la barre des 88 %. À ce niveau, l’utilisateur doit se contenter d’une puissance de 90 mVrms, ce qui le contraint à privilégier un casque nomade peu gourmand.

Les Numériques / MCP, via mediacongo.net
351 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Le smartphone, un outil d'aide au dépistage du cancer du col de l'utérus
left
ARTICLE Précédent : Comment les Gafa tissent leur toile dans la santé