mediacongo.net - Actualités - Journée internationale des Filles : « Eviter d’être les victimes consentantes, dénoncer tout harcèlement à l’école », conseille Geneviève Inagosi



Retour Société

Journée internationale des Filles : « Eviter d’être les victimes consentantes, dénoncer tout harcèlement à l’école », conseille Geneviève Inagosi

Journée internationale des Filles : « Eviter d’être les victimes consentantes, dénoncer tout harcèlement à l’école », conseille Geneviève Inagosi 2014-10-13
Société / Femme
« J’invite les élèves à ne jamais hésiter de dénoncer toute forme de harcèlement sexuel dont elles seraient victimes ». Ce sont les propos de la ministre du Genre, Famille et de l’Enfant Geneviève Inagosi en marge de la célébration le samedi 11 octobre de la Journée internationale des filles sous le thème : « Autonomiser les adolescentes : briser le cycle des violences ».

Geneviève Inagosi a saisi cette opportunité pour attirer l’attention des encadreurs des filles de ne jamais cautionner des pratiques condamnables qui prennent malheureusement de l’ampleur dans certaines écoles de la RDC. Elle a aussi invité les filles congolaises à prendre au sérieux leurs études et leur santé. « Ayez la vocation à vous spécialiser dans divers domaines de la vie et à étendre vos compétences pour être utiles et autonomes dans la société », a-t-elle renchéri.

Cette Journée qui a été est une occasion de sensibiliser les enfants de cette tranche d’âge qui constituent l’espoir du pays, a eu pour cadre le Lycée Matonge dans la commune de Kalamu. Il était question aussi d’encourager l’autonomisation des filles et les prémunir de toutes les formes de violences basées sur le genre, a ajouté la ministre de la GFE.

« Vous devez vous battre jusqu’à la dernière énergie pour faire chaque chose en son temps. Votre priorité aujourd’hui, c’est faire les études et les terminer pour atteindre vos objectifs. Car, rien ne s’obtient dans la vie sans efforts. Il faut chercher à mériter ce que vous serez demain. Fermez vos oreilles à tout harcèlement qui passe autour de vous. Sachez que si vous tombez enceinte aujourd’hui, vous risquez de réduire vos chances dans la vie. Eviter d’être les victimes consentantes », a-t-elle martelé.

Geneviève Inagosi n’a pas manqué d’évoquer les difficultés que rencontrent les filles au pays. Il s’agit notamment de l’accès limité à l’éducation et à la santé, les mariages et grossesses précoces, les violences sexuelles et celles basées sur le genre, le travail des enfants, la prostitution ainsi que les pesanteurs socioculturels. Pour ce faire, elle a réaffirmé l’engagement du Gouvernement à veiller à l’application de toute cette réglementation et de plaider davantage sur les investissements à réaliser afin de permettre aux filles de développer leur potentiel et de devenir de puissants agents de changement au sein de leurs familles et de la communauté.

Pour sa part, la ministre provinciale de l’Education et du Genre, Thèrese Olenga a reconnu que beaucoup d’efforts ont été consentis sur le plan éducatif à Kinshasa tels que le démontrent les résultats du TENAFEP 2013-2014 où les filles ont réalisé des points encourageants. Elle ajoute que même sur le plan de l’autonomisation de filles, beaucoup de progrès ont été réalisés. La représentante du gouverneur de la ville a profité de cette occasion pour annoncer l’organisation dans les écoles des cantines scolaires et développer des programmes de santé scolaire.

De son côté, la représentante du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) en RDC Diene Keita, a salué les efforts du Gouvernement de la RDC dans l’autonomisation des filles. Elle a insisté sur l’éducation des filles qui est un gage pour leur développement. Selon elle, il faudra qu’on mette de moyens conséquents pour que les filles qui fréquentent les écoles puissent les terminer. Ainsi, l’UNFPA et ses différents partenaires ont rassuré la ministre du GFE à continuer à soutenir les actions du gouvernement pour la simple raison que « chaque personne compte », a indiqué Diene Keita. Elle ne pouvait pas terminer son mot sans saluer les lauréats du prix Nobel de la paix 2014.

La directrice du Lycée Matonge Chantal Mbala s’est réjouie du choix porté sur son établissement pour abriter cette cérémonie ; école fondée en 1963 par les missionnaires suédois pour l’encadrement des filles. Cet établissement scolaire contient en son sein les options Biochimie, Commerciale administrative et informatique, Coupe et couture et Hôtesse de l’air. Elle a certes, soulevé les difficultés que rencontre cette école et qui entravent son bon fonctionnement. A l a suite de la ministre du Genre, Chantal Mbala a appelé ses élèves à pouvoir dénoncer tout cas de harcèlement et de violences sexuelles au niveau de l’école. Cette célébration était agrémentée par les poèmes et saynètes exécutés par les élèves qui, toutes, ont mis l’accent sur l’autonomisation des filles, leur éducation sans discrimination. Elles sont contre les mariages et grossesses précoces.


1070 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les funérailles de Joseph Kashala dit Papa Chef prévues ce week-end à Kinshasa
left
ARTICLE Précédent : Kin Kiey lance la chanson "Kabila désir"