mediacongo.net - Actualités - Belgique: « Si le système belge ne vous plaît pas, retournez à Kinshasa », un policier profère des propos racistes envers un belge d'origine congolaise



Retour Diaspora

Belgique: « Si le système belge ne vous plaît pas, retournez à Kinshasa », un policier profère des propos racistes envers un belge d'origine congolaise

Belgique: « Si le système belge ne vous plaît pas, retournez à Kinshasa », un policier profère des propos racistes envers un belge d'origine congolaise 2019-10-17
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/10-oct/07-13/belgique_racisme_19_025.jpg -

Un vif échange entre un voyageur belge d'origine congolaise et un policier auquel avait fait appel un accompagnateur de train lors d'un contrôle de billet problématique a été filmé par un passager situé juste derrière et publié sur les réseaux sociaux. On y entend le commentaire raciste du policier.

Les faits remonteraient à mardi soir. Joshua, une Liégeois de 23 ans revenant de Londres, a pris un train mardi soir à Bruxelles pour rentrer à Liège alors qu'il avait prévu initialement de rentrer le lendemain à 5h du matin, rapportent nos confrères de SudPresse. Est-ce cela qui a provoqué le débat sur la validité de son billet ? Toujours est-il qu'un échange a lieu entre un policier et le voyageur au cours duquel l'agent déclare à plusieurs reprises au passager qu'il peut rentrer à Kinshasa si ça ne lui plait pas.

"Vous n'avez pas le droit de me parler comme ça" s'insurge le voyageur avant de répéter à plusieurs reprises "Répétez ce que vous venez de me dire". "Si le système belge ne vous plait pas, retournez à Kinshasa", répond alors le policier qui lui demande sa carte d'identité. Le voyageur énervé refuse: "Je ne vous passerai pas ma carte d'identité (...) Vous êtes des fous ou quoi ? Je suis votre chien ?", se fâche-t-il. Et moi, je suis la police fédérale rétorque son vis-à-vis ajoutant: "Votre ticket n'est pas valable". "J'en ai rien à battre, j'ai payé mon ticket" maintient le voyageur. 

Finalement, le voyageur a été débarqué à Waremme où plusieurs policiers l'attendaient. La SNCB indique qu'une enquête interne est ouverte. La police fédérale va, elle aussi, ouvrir une enquête pour identifier le policier, vérifier les faits et prendre les mesures nécessaires. Joshua a, lui, décidé de porter plainte selon nos confrères de Sudpresse.

La vidéo a été partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes s'indignant des propos racistes du policier. Hier, Joshua a publié une réaction sur son compte Instagram. "C'est juste quelque chose qui m'a sorti de ma personne parce que ce n'est pas normal. Si vous êtes dans la même situation, n'hésitez pas à mettre la bouche, à parler, parce que ce n'est pas logique", dit-il.
 
 
Le policier a été identifié

Finalement, le voyageur a été débarqué à Waremme où plusieurs policiers l'attendaient. La SNCB indique qu'une enquête interne est ouverte. 
 
La police fédérale belge a, elle, ouvert une enquête interne. "Le collègue en question a d'ores et déjà été identifié. Il n'est pas suspendu mais ne peut plus être en contact avec le public pendant la durée de l'enquête", a précisé à Belga une porte-parole. La police rappelle également que "les propos racistes ne sont pas tolérés en son sein".

Le jeune homme a publié une réaction

La vidéo a été partagée de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes s'indignant des propos racistes du policier. Hier, Joshua a publié une réaction sur son compte Instagram. "C'est juste quelque chose qui m'a sorti de ma personne parce que ce n'est pas normal. Si vous êtes dans la même situation, n'hésitez pas à mettre la bouche, à parler, parce que ce n'est pas logique", dit-il.
 
La réaction de la SNCB et ses précisions sur les faits

La société des chemins de fer belge a réagi sur son compte Twitter: "Suite à une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux : pour la #SNCB, tout propos raciste est inacceptable. Notre accompagnateur n’a tenu aucun propos de cet ordre. Il s'agit d'une altercation entre le voyageur et un agent de la police des chemins de fer, qui mène une enquête".
 
D'après l'enquête menée en interne par la SNCB, le billet qui permettait à Joshua de faire Londres-Bruxelles-Liège n'était pas un titre de transport SNCB et donc celui-ci n'était pas valable pour le train à bord duquel il était monté. La société des chemins de fer confirme donc que l'accompagnateur n'a fait qu'appliquer la procédure générale, valable pour tous. Le contrôleur de service a ainsi indiqué au voyageur que son titre de transport n'était pas en règle et l'a invité à se régulariser en payant son ticket au tarif à bord (prix du trajet + 7 euros). Ce que Joshua a refusé de faire, arguant avoir déjà acheté son billet, et s'est dès lors vu infliger une amende de 75 euros, pour laquelle sa carte d'identité lui a été demandée.

"Le voyageur a refusé de la lui donner et il a ensuite lui-même proposé à notre accompagnateur d'aller chercher les agents de police qui se trouvaient déjà dans la même voiture", explique la porte-parole de la SNCB. C'est là que la situation a dégénéré.

Ces dernières heures, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes interpellant la société des chemins de fer. Celle-ci précise que son accompagnateur s'est mis en retrait lors de la confrontation avec le policier et n'a pas tenu de propos racistes. Elle rappelle toutefois au passage que tout "propos raciste est évidemment inacceptable".

Joshua a rendez-vous avec Unia
 

Joshua Twanbilanga a rendez-vous ce vendredi matin avec Unia, le centre interfédéral de l'égalité des chances, afin de finaliser son dossier de plainte, a-t-il indiqué jeudi à Belga. "Je suis en procédure de le faire (porter plainte à la police, NDLR). J'ai rendez-vous demain matin avec Unia pour finaliser le dossier et qu'il soit fait de manière plus impactante", a-t-il fait savoir jeudi.

Le centre interfédéral de l'égalité des chances dit avoir reçu le signalement d'un témoin. "Réduire la personne à ses origines, c'est ça le racisme", a réagi le porte-parole d'Unia, Lode Nolf, qui fait remarquer que le rôle d'un policier devrait être d'apaiser les tensions et de protéger les citoyens plutôt que de mettre de l'huile sur le feu.

Unia traite un peu plus de 2.000 dossiers par an, parmi lesquels une cinquantaine concerne des violences policières. "Ce qui est singulier, c'est que deux tiers de ces plaintes traitent de critères raciaux, ce qui représente le double de la moyenne pour la police".

RTL / MCP, via mediacongo.net
4813 suivent la conversation
8 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Milord Kabengwa | DLI4Q6R - posté le 18.10.2019 à 19:44

Même moi à partir du Congo je le lui répète si la Belgique ne veut pas de toi où tu trouves son système mauvais t'as le choix entre retourner au Congo ou changer le pays. En quoi c du racisme. Parce que je suis noire comme lui ça passe si c un blanc non? C du n'importe quoi

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord Kabengwa | DLI4Q6R - posté le 18.10.2019 à 19:40

Je vois aucun propos raciste: dire à qlqu'un qu'il peut retourner à Kinshasa qui de surcroît est aussi la capitale de son pays d'origine n'a rien de raciste. On v exagérer une chose qui n'est pas une

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 18.10.2019 à 09:46

Un congolais pouvais rétorquer haut à ce policier belge que son pays la Belgique s'est construit avec la richesse du Congo et la Belgique n'a qu'à résoudre le contentieux velgo-congolais et ne plus jamais mettre leurs nez dans les affaires du Congo ; alors là les congolais vont rentrer chez eux au Congo.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KATU | JY4LJDR - posté le 18.10.2019 à 08:47

Le congolais doit apprendre à se defendre au lieu de se plaindre et attendre que les autorités fassent qlq chose... pourquoi laisser ces chinois libanais et indopakistanais se permettre tout chez vs????il faut reagir et ne pas permettre cela; on a vu un chinois agresser au couteau un congolais en plein zando ou les shegue et kuluna font la loi contre leurs compatriotes mais ils ont laissé le chinois assasin partir en toute quietude...est ce que les autorités bakangaki bango maboko PO BA KNGA CHINOIS? c'est facile d'accuser

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bobo | T3DJ93C - posté le 18.10.2019 à 08:29

Oza noir zonga na ndako, kuna boka na yo te ya mondele

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kimbilikiti | HY4YZL1 - posté le 18.10.2019 à 07:47

Zonga mboka o dit, awa batu bazo kemba

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 18.10.2019 à 07:28

Que dites-vous de l'inverse qui se fait au Congo où les Libanais, Pakistanais, Indiens... ont plus de pouvoir que les Congolaises et les Congolais sur leur propre sol? La DIFFÉRENCE est dans le fait qu'en RDC le Pouvoir donne plus de pouvoir aux étrangers qu'aux nationaux et ailleurs c'est EXACTEMENT LE CONTRAIRE qui se fait!

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima | TTYVYQL - posté le 18.10.2019 à 00:30

En Belgique au moins c'est le mokolo mboka qui parle. À Kinshasa souvent c'est lindo-pakistanais ou le chinois etc qui invective le congolais sur son sol. C'est donc plus pitoyable.

Non 0
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Moïse Katumbi communie avec la population zambienne
left
ARTICLE Précédent : Basket-ball : l’ex-internationale Philo Bompoko inhumée en France