mediacongo.net - Actualités - Poursuite du processus électoral: La Céni jette l’éponge !



Retour Politique

Poursuite du processus électoral: La Céni jette l’éponge !

Poursuite du processus électoral: La Céni jette l’éponge ! 2019-10-22
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/10-oct/21-27/ceni-agent-compilation.jpg -

Les élections du 30 décembre 2018, à savoir la présidentielle et les législatives nationales et provinciales n’ont été que la première étape du processus. Ces scrutins ont été suivis par les sénatoriales et l’élection des gouverneurs de province. Les élections municipales et urbaines, quant à elles, devraient constituer la suite du processus électoral. Cependant, la Céni ne semble pas être en mesure de relever le défi. Faute de moyens et de soubassements juridiques actualisés. C’est ce que révèle une source interne de la Centrale électorale. Comme en 2011, la suite du processus électoral entamé en décembre 2018 risque d’être renvoyée aux calendes grecques. Un piège sans fin dans lequel s’engouffrent des coureurs des postes sans vergogne.

À vrai dire, il sera difficile pour le gouvernement Ilunkamba, d’organiser les élections municipales et urbaines et d’assurer la gratuité de l’enseignement de base en 2020 en République démocratique du Congo. Le budget, même porté à 10 milliards USD, ne pourra pas permettre de le réaliser. Surtout que derrière ces élections municipales et locales il y a plus de 9000 conseillers municipaux à installer non sans compter les conseillers locaux.

À tout prendre, le chef de l’État a fait beaucoup de promesses qu’il lui sera difficile de réaliser en même temps la suite de l’agenda électoral. Est-ce le prix à payer pour satisfaire les attentes des Congolais. En tout cas, ça a tout l’air. C’était connu d’avance en RDC, tout est prioritaire dans le pays. Et qu’il fallait faire de choix judicieux.

Entretemps, silence radio du côté du gouvernement qui se concentre à l’épineux dossier de la gratuité de l’enseignement de base ainsi qu’aux autres projets devant matérialiser le programme quinquennal du président de la République, « le peuple d’abord ».

Du coup on se rend compte que les élections dites locales sont superbement oubliées. Mieux, l’Exécutif national a renvoyé aux calendes grecques les locales, sans le dire.

La Céni se bute à un problème de moyens

De l'aute coté, arrivé fin mandat depuis juin dernier, la Commission électorale nationale indépendante (Céni), devra soumettre incessamment son rapport à l’appréciation de l’Assemblée nationale avant de rendre le tablier. Cela ne devrait plus tirer en longueur vu la tension qui gagne toutes les parties intéressées dans la désignation des membres de la nouvelle équipe dirigeante de la centrale électorale.

Mais, le problème réside ailleurs. En effet, la Céni était censée poursuivre le processus électoral par la tenue des élections locales, urbaines et municipales. À ce jour, aucun calendrier n’a encore été fixé. Comme toujours, la Céni se bute à un problème de moyens, indique une source généralement bien informée. Et d’ajouter que le gouvernement tarde à donner les assurances en ce qui concerne le financement de la suite du processus.

Le temps s’égrène. Comme en 2011, il y a risque qu’il n’y ait pas d’élections locales, urbaines et municipales. Et pour cause ?

Depuis quelques jours, les états-majors des plateformes politiques et ceux de la société civile se livrent une bataille médiatique sur les éventuels remplaçants de Corneille Nangaa et de son équipe. Des noms circulent, mais tout de suite contestés les uns par les autres.

C’est de bonne guerre, disent d’aucuns tandis que d’autres condamnent la course effrénée aux postes sans prendre le temps de s’appesantir sur la procédure en la matière de même que sur les préalables financiers et juridiques y afférents. Il est fait état de la révision de la loi électorale, de la loi organique de la Céni, mais aussi de la Constitution. Raison, ces lois contiennent des faiblesses et des limites qui compliquent aujourd’hui la poursuite du processus électoral.

Le fond du problème c’est que chacun y va de sa manière et l’on craint que la brèche ouverte ne devienne un goulot d’étranglement à toute discussion utile et citoyenne.

Qu’adviendra-t-il en cas de blocage? C’est la grande interrogation. Comme en 2011, l’on devra donc se rabattre sur le gouvernement pour une solution palliative laquelle pourrait évidemment passer par des nominations au sein de la petite territoriale.

Dans le volet « préalable financier », des spécialistes notent les limites du gouvernement à garantir un financement conséquent des élections municipales, urbaines et locales du fait du nombre exorbitant des entités concernées par ces scrutins. En clair, le gouvernement sera partagé entre soutenir les grands chantiers retenus dans le programme du chef de l’État, notamment la gratuité de l’enseignement de base et organiser les scrutins restants.

« Tout sera connu, lorsque le président de la Céni ira présenter son rapport général à l’Assemblée nationale », soutient pour sa part un juriste qui a requis l’anonymat.

En mai dernier, le président de la Céni avait déjà abordé la question sans aller dans le fond, lors d’une rencontre avec les responsables des médias locaux.À cette occasion, il avait regrettéle fait que les élections locales n’aient pas été organisées le 30 décembre 2018. « Nous venons de rater une occasion. Nous étions en mesure d’organiser, le 30 décembre, tous les scrutins. On aurait fait des économies. C’est le grand regret que nous pouvons avoir. On aurait pu voter à tous les niveaux. Ce n’est pas normal d’être permanemment en situation électorale », avait dit Corneille Nangaa.

Selon lui, le choix de trois scrutins était inscrit dans l’accord politique de la Saint-Sylvestre.

Levée de boucliers dans la société civile

Au même moment, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) ont fait part de leur inquiétude sur le retard dans la convocation de l’électorat pour les élections locales. Les évêques et pasteurs du Congo sont montés au créneau et ont lancé une grande pétition pour exiger la tenue de ces scrutins. Renforcer la démocratie locale pour contrebalancer le manque de représentativité et de légitimité des élus nationaux.

L’incertitude qui plane sur la tenue des élections locales, urbaines et municipales a fini par alerter la société civile. En juin dernier, la Ligue des électeurs a insisté pour que l’élection des maires, des bourgmestres et autres ne soit plus le fait du prince. Elle a décidé d’en appeler directement au chef de l’État pour décanter cette situation. Son secrétaire exécutif national, Patrick Ngoyi, a expressément demandé au président Félix Tshisekedi de s’investir pour enfin instaurer une véritable démocratie à la base.

« Il faut que ces élections se tiennent pour que les autorités soient plus proches de leurs élus. Parce qu’au niveau local, ce sont des autorités qui sont connues de leur population et qui vivront avec elle et qui seront obligées de répondre à leurs attentes au quotidien », a rappelé Patrick Ngoyi.

En même temps, la société civile a mis en garde les autorités du pays : «Si elles ne le font pas, les populations, les électeurs seront en mesure d’actionner les différents leviers constitutionnels et les voies qui existent pour pouvoir tirer la sonnette d’alarme, pour pouvoir sanctionner ces personnes-là. Mais tant que ce sont des autorités qui dépendent de l’autorité suprême qui est le chef de l’État, elles se disent qu’elles n’ont rien à craindre. Tout ce qu’il faut, c’est plaire au président de la République qui les a nommées. Tant que le président de la République n’en a pas décidé autrement, rien ne peut leur arriver. Alors nous avons vécu ça, ce sont des petits roitelets qui n’ont rien à devoir aux populations qui sont sous leur administration. Donc il faut qu’on arrive à mettre un terme à cela. Nous devons arriver à des élections locales, ou faire fonctionner les mécanismes démocratiques au niveau de la base, que les populations locales elles-mêmes puissent participer au choix de leurs élus locaux. Alors comme le président Félix Tshisekedi est au tout début de son mandat, il y a lieu de marteler pour que cette option politique soit levée ».

Organiser les élections locales, urbaines et municipales relève désormais de l’utopie. En RDC, l’histoire est un éternel recommencement. Comme en 2011, le processus électoral s’est donc arrêté le 30 décembre 2018. Après, il n’y a plus rien...

Dans la classe politique, le débat se focalise maintenant sur le remplacement du bureau et des membres de l’Assemblée plénière de la Céni. Ces postes font l’objet de chaudes empoignades de part et d’autre.

Autant la jeune démocratie congolaise doit être consolidée, autant il faut s’attaquer aux urgences sociales pour améliorer un tant soit peu les conditions de vie des populations. De toutes les façons, le gouvernement s’apprête à déposer le Projet de budget 2020 à l’Assemblée nationale. L’on saura si des fonds ont été prévus pour l’organisation des élections municipales et urbaines en RDC.


La Prospérité / MCP, via mediacongo.net
3114 suivent la conversation
10 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Milord KABENGWA | DLI4Q6R - posté le 23.10.2019 à 10:03

Errata: La flaterrie est non pas la fraternité du peuple allais je direZ

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord KABENGWA | DLI4Q6R - posté le 23.10.2019 à 10:00

Il ne faut en vouloir à Tshitshi, il prometait en tant que candidat aux élections présidentielles maintenant il est président de la République. Il y a un écart considérable entre ces deux statuts. Avant il n'avait pas tous les secrets de l'état. C qui le pousser à promettre n'importe quoi maintenant il en a, il devient consciencieux. C ça un peu le mal de la démocratie, la fraternité du peuple est autorisé pour acquérir le pouvoir. Soyons en consequents

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Milord KABENGWA | DLI4Q6R - posté le 23.10.2019 à 09:55

Entre financer les élections locales et la gratuité de l'enseignement de base, le choix est claire c'est la gratuité de l'enseignement de base qui l'emporte. Moi je soutien d'abord ça. le reste on verra après, même après 50 ans

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le livre ouvert | U7NPB7H - posté le 23.10.2019 à 08:40

Ne parlons plus de cette CENI modèle suprême de corruption en RDC. Il est temps que le nettoyage de cette institution commence sans tarder si l'on ne veut revivre encore des élections chaotiques dans cepays.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 22.10.2019 à 15:01

Je trouve qu'ils ont TROP ATTENDU avant de DÉMISSIONNER; car il me semble que la CENI(du moins SES MEMBRES) devraient démissionner au plus tard à la MI-JUIN...

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Past DSK | PAEJCGZ - posté le 22.10.2019 à 13:07

A son temps vous disiez que c'est Kabila qui ne veut pas organiser les élections locales, que vous , vous serez en mesure de le faire. Où en sommes-nous? Trop parler tue: Koffi a chanté: "Trop parler ebomakaaa…"!!!! Pourquoi vous posez le problème d'argent alors que nous savons qu'en RDC les élections ce n'est pas le résultat des urnes qui compte mais plutôt la volonté des animateurs au fauteuil? Nommez vos autorités locales sans organiser les élections, cela nous fera épargner un peu d'argent!!!!!

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mind | CB5GLJ1 - posté le 22.10.2019 à 10:50

Apres votre depart, preparez-vous a repondre a Monsieur Lisanga..... et Mr Bitakwira. Vous avez ete ensemble et ils vont vous demandez les comptes soyez surs!!!! Ils vont egalement nous dire publiquement ce que vous les avez promis et n'avez pas realise. Donc vous en etes deja avertis.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mind | CB5GLJ1 - posté le 22.10.2019 à 10:46

Uhmmm, apres avoir autionne la trich. J'espere que tous ces membres ont la conscience tranquille. Comme disait la sagesse africaine: on peut tromper l'exterieur mais sans conscience reste et restera toujours la gardienne de la bonne voie.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salavatrice | OSNNPJ7 - posté le 22.10.2019 à 10:39

Tes discours ne t'engage que toi même, prophète de malheur, ton analyse est trop tendancieuse. la gratuité de l'enseignement primaire sera assurée en 2020 en République démocratique du Congo.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais LAMUKA! | TSWZGT3 - posté le 22.10.2019 à 09:51

Les Luba comme Lubaya, cherchent à donner à l"UDPS l'organisation des elections pour 2023, pour que Mr 15%, Alias Antonov72 triche, kiekiekiekiekiekiekie

Non 9
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Il y a un an Kamerhe et Tshisekedi promettaient de renoncer à la politique

Politique ..,

Fake News: Facebook dévoile son plan pour les élections américaines de 2020

Sur le net ..,

L’UDPS ambitionne de revenir à la Présidence de la République en 2023 (Jacquemain Shabani)

Politique ..,

Présidentielles en Algérie : six candidats se détachent des 22 dossiers enregistrés

Afrique .., Alger, Algérie