mediacongo.net - Actualités - Elles ont créé une appli contre les mutilations génitales : 5 Kényanes en lice pour le prix Sakharov



Retour Femme

Elles ont créé une appli contre les mutilations génitales : 5 Kényanes en lice pour le prix Sakharov

Elles ont créé une appli contre les mutilations génitales : 5 Kényanes en lice pour le prix Sakharov 2019-10-24
MC Geek !
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/10-oct/21-27/saksharov.jpg -

Elles ont aujourd'hui entre 17 et 19 ans et ont conçu une application pour venir en aide aux femmes menacées ou victimes de mutilations génitales.

Elles sont en lice pour le prix Sakharov 2019. Elles s'appellent, selon Africa Times (lien en anglais), Stacy Owino, Cynthia Otieno, Purity Achieng, Mascrine Atieno and Ivy Akinyi, mais se sont fait connaître sous le nom de The Restorer (Les restauratrices), initialement #TeamRestorers. Elles sont kényanes et ont inventé en 2017, alors qu'elles n'étaient que des lycéennes adolescentes, une application intitulée i-cut permettant de fournir une aide immédiate à toute femme menacée, ou déjà victime, de mutilations sexuelles féminines (MSF). i-cut, comprendre je coupe, autre façon de dire excision.

The Restorers

The Restorer est une application qu'on peut télécharger sur son téléphone mobile et sur laquelle cinq "boutons" proposent les options suivantes : "assistance", "secours", "signalement", "informations sur les MSF" et "donations et retours d'information", nous explique le site de l'Union européenne. Ainsi, dans les pays où c'est officiellement interdit, mais néanmoins toujours largement pratiqué, elles peuvent obtenir une aide rapide en cas de menace imminente ou de projet de mutilation sexuelle forcée. i-cut met en relation avec une assistance médicale ou juridique son utilisatrice, mais permet aussi de signaler un cas aux autorités.

Les mutilations sexuelles féminines

Plus de 200 millions de filles et de femmes actuellement en vie (dont 500 000 en Europe) ont subi des mutilations sexuelles féminines, un terme qui englobe toutes les procédures ayant trait à l'ablation partielle ou totale des organes génitaux externes féminins ou toute autre lésion causée à ces organes pour des raisons non médicales, nous rappelle le site de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Chaque année, plus de trois millions de filles dans le monde risquent de subir des mutilations sexuelles, soit sept filles par minute, et ce souvent avant l'âge de 15 ans, pour beaucoup dès la naissance.

Le prix Sakharov

Les autres compétiteurs pour le prix Sakharov, doté de 50 000 euros, sont Marielle Franco (assassinée en 2018), le chef Raoni et Claudelice Silva dos Santos, trois Brésiliens défenseurs des droits de l'Homme et de la forêt amazonienne et Ilham Tohti, un professeur d'économie, défenseur des droits de l'Homme et des droits de la minorité ouïghoure de Chine, nous détaille le site du prix Sakharov. Le lauréat du prix 2019 est annoncé le 24 octobre, la cérémonie de remise aura lieu elle le 18 décembre.

 


Francetvinfo / MCP, via mediacongo.net
450 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les femmes en période d'ovulation, des rivales aux yeux des autres femmes ?
left
ARTICLE Précédent : Violences sexuelles en RCA: la RDC va rester «attentive et solidaire»