mediacongo.net - Actualités - 4ème CNRPF : Félix Tshisekedi s’engage à s’impliquer dans des questions de la planification familiale



Retour Femme

4ème CNRPF : Félix Tshisekedi s’engage à s’impliquer dans des questions de la planification familiale

4ème CNRPF : Félix Tshisekedi s’engage à s’impliquer dans des questions de la planification familiale 2019-12-04
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/12-decembre/01-08/cnrf_planification_19_02145.jpg -

Le président Félix Tshisekedi a pris l’engagement de rendre disponible et accessible les services de planification familiale en République démocratique du Congo (RDC). Engagement relayé le mardi 4 décembre à Kinshasa, à l’occasion de l’ouverture officielle des travaux de la 4ème Conférence nationale pour le repositionnement de la planification familiale (CNRPF) dont les travaux se tiennent à Kinshasa.

Du 3 au 5 décembre, les participants venus de divers horizons dont les représentants de l’Etat, le secteur privé, les organisations de la société civile et les partenaires techniques et financiers internationaux échangent autour du thème « Emergence de la RDC en 2030, place et rôle de la planification familiale ». Des principales questions s’articulent sur la mobilisation des ressources et l’amélioration de l’accès aux services de planification familiale. Des matières identifiées comme des problèmes majeurs pour l’accélération de l’augmentation de la prévalence contraceptive moderne en RDC. Au cours des échanges, il est également question d’identifier les perspectives de la planification familiale pour l’après 2020.

« A travers la mise en place de la couverture sanitaire universelle, le président de la république s'engage à rendre disponible et accessible, les services de planification familiale... Le gouvernement prendra des mesures adéquates nécessaires pour la réalisation des engagements pris par la RDC à Addis-Abeba en 2013 misant ainsi sur le Plan stratégique national à vision multisectorielle pour la planification familiale pour la période 2014-2020 », a déclaré le vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, représentant de Félix Tshisekedi à la 4ème CNRPF.

Dans son mot de circonstance, le représentant-résident du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Sennen Houton, a indiqué que le niveau actuel élevé de la fécondité en RDC est « incompatible » avec les exigences et aspirations de l’émergence du pays déclinées dans le programme du gouvernement. Ce, en rappelant la croissance démographique de la RDC qui est de plus de 3 % l’an. Un des taux les plus élevés au monde.

« La RDC doit poursuivre ses efforts visant à maîtriser la croissance démographique pour lutter efficacement contre la pauvreté et assurer la croissance inclusive et l’émergence du pays, résultat visionnaire du Plan national stratégique de développement, PNSD […]. Aucun pays n’est sorti du sous-développement sans avoir maîtrisé la fécondité, sans transition démographique et capture effective du dividende démographique », a-t-il déclaré.

Selon les experts, les partenaires extérieurs manifestent plus le besoin de financer les services de planification familiale que les Congolais eux-mêmes. Selon les statistiques du ministère de la Santé, seulement 7 % des fonds viennent des sources internes contre 93 % des sources externes. Ce qui a poussé le vice-ministre de la Santé, Albert Mpeti, à affirmer qu’il y a lieu d’intégrer les sociétés minières et brassicoles dans la contribution interne en ce qui concerne les questions de planification familiale.

Notons par ailleurs que le Plan stratégique national à vision multisectorielle pour la planification familiale pour la période 2014-2020 prévoit l’amélioration de la prévalence contraceptive moderne de 6,5 % à au moins 19 % en 2020 et l’amélioration de l’accès et l’utilisation des méthodes contraceptives modernes à au moins 2,1 millions de femmes additionnelles en 2020.

Malgré le fait que tous les partenaires réunis ne couvrent pas 20 % des besoins en contraception, les experts estiment que cet objectif est sur le point d’être atteint. Car, affirme-t-on, le taux de prévalence contraceptive moderne se situe aujourd’hui à 18 %.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
6842 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les femmes en période d'ovulation, des rivales aux yeux des autres femmes ?
left
ARTICLE Précédent : Violences sexuelles en RCA: la RDC va rester «attentive et solidaire»