mediacongo.net - Actualités - Bolivie : L’Organisation des États américains conclut à une «manipulation» de l’élection 


Retour Monde

Bolivie : L’Organisation des États américains conclut à une «manipulation» de l’élection

Bolivie : L’Organisation des États américains conclut à une «manipulation» de l’élection 2019-12-06
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2019_actu/12-decembre/01-08/Bolivie-election.jpg -

(Washington) Un rapport d’experts de l’Organisation des États américains (OEA) a conclu mercredi à une « manipulation délibérée » de l’élection présidentielle du 20 octobre en Bolivie, où le président Evo Morales a depuis été poussé à la démission.

Agence France-Presse

Les experts de l’OEA avancent dans leur rapport final que la marge avec laquelle M. Morales s’est imposé au premier tour est « minime par rapport au volume des manipulations et altérations détectées ».

« Compte tenu des preuves accablantes recueillies, il est possible d’affirmer l’existence d’une série d’opérations délibérées destinées à altérer la volonté exprimée dans les urnes », estiment-ils.

Après de premiers chiffres partiels le soir du vote, qui laissaient entrevoir un second tour inédit, de nouveaux résultats, diffusés plus de 20 heures après, avaient pratiquement donné la victoire à M. Morales, suscitant des soupçons de fraude de la part de l’opposition et des observateurs internationaux.  

Cinq jours plus tard, le Tribunal suprême électoral annonçait la victoire du président sortant avec 47,08 % des votes, un écart de plus de dix points lui permettant de l’emporter dès le premier tour.

Les observateurs de l’OEA avaient fait part dès le lendemain du scrutin de leur « inquiétude » et de leur « surprise » face au revirement inexpliqué du résultat.

L’organisation, qui rassemble 35 pays d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et des Caraïbes, avait annoncé le 30 octobre le lancement d’un audit intégral de l’élection.  

Le résultat controversé de la présidentielle bolivienne a provoqué de violentes manifestations dans le pays, qui ont fait au total 33 morts et des centaines de blessés.

Sous la pression de la rue, Evo Morales, lâché par l’armée et la police, a démissionné le 10 novembre. Le premier président indigène de la Bolivie, réfugié depuis au Mexique, dénonce un « coup d’État ». 


lapresse.ca / MCP, via mediacongo.net
966 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Coronavirus: le Mexique devient le 3ème pays le plus endeuillé devant le Royaume-Uni
AUTOUR DU SUJET

Covid-19: le parlement bolivien pousse pour le dioxyde de chlore, un agent toxique

Monde ..,

La présidente de Bolivie annonce être atteinte de la COVID-19

Monde ..,

Bolivie : le ministre de la Santé arrêté pour corruption dans l'achat de respirateurs

Monde ..,

Bolivie : L’ancien président Evo Morales officiellement candidat au Sénat

Monde ..,