mediacongo.net - Actualités - D’après Amnesty International : L’insécurité et l’impunité entravent les Droits humains sous Felix Tshisekedi



Retour Société

D’après Amnesty International : L’insécurité et l’impunité entravent les Droits humains sous Felix Tshisekedi

D’après Amnesty International : L’insécurité et l’impunité entravent les Droits humains sous Felix Tshisekedi 2020-02-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/02-fevrier/03-09/pnc_patrouille_20_0214.jpg -

Un an après l’arrivée au pouvoir du président Félix Tshisekedi, l’insécurité et l’impunité continuent d’entraver la progression des droits humains en République démocratique du Congo (RDC), constate Amnesty International dans un document consulté sur son site web.

Bien que le président Félix Tshisekedi ait pris des mesures positives, telles que gracier des prisonniers politiques et autoriser des détracteurs en exil à rentrer, des seigneurs de guerre et des auteurs présumés de terribles atteintes aux droits humains demeurent en liberté du fait de l’immobilisme de son gouvernement, note l’organisation.
« Pendant ce temps, la répression brutale de manifestations pacifiques continue de semer le doute quant au respect des droits aux libertés d’expression et de réunion pacifique en RDC. », a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique de l’Est et Afrique australe à Amnesty International.

Des vieilles méthodes  reviennent

Amnesty International a mis au jour plusieurs cas récents de manifestations pacifiques interdites ou dispersées avec violence.Le 17 janvier 2020, par exemple, des réunions organisées à l’instigation du dirigeant politique  Martin Fayulu ont été interdites dans six villes et dispersées avec violence à Kinshasa et Kindu ; au moins cinq personnes ont été blessées.

En novembre 2019, au moins 10 personnes qui manifestaient contre les homicides de civils par des rebelles ont été abattues par les forces de sécurité de la RDC et de l’Organisation des Nations unies (ONU) à Béni. Seuls quelques agents des forces de sécurité ont fait l’objet de poursuites en rapport avec la répression brutale de manifestations au cours des 12 derniers mois et au moment de la crise électorale qui a débuté en 2015.

« Tous les organes de sécurité et les instances du pays sont tenus de respecter, protéger et promouvoir les droits humains des manifestants pacifiques. Les responsables présumés du recours excessif à la force doivent être jugés dans le cadre d’un procès équitable », a déclaré Deprose Muchena.

Terreur à Beni

La partie est de la RDC continue d’être déchirée par des violences intercommunautaires et des conflits armés, qui ont fait des centaines de morts et des milliers de sans-abri au cours des 12 derniers mois. Les Forces démocratiques alliées (ADF) d’Ouganda ont attaqué Béni , au Nord-Kivu) et tué au moins 206 civils entre le 30 octobre 2019 et le 16 décembre 2019, selon le Baromètre sécuritaire du Kivu, au plus fort d’une opération militaire gouvernementale destinée à défaire les rebelles.

Les violences intercommunautaires et les conflits armés à Djugu  , province de l’Ituri et sur les hauts plateaux du Sud-Kivu ont laissé dans leur sillage des morts, des blessés et des personnes déplacées et ont créé un sentiment d’impuissance au sein de la population congolaise.

« La sécurité des personnes dans l’est de la RDC continue de susciter l’inquiétude, bien que le président se soit engagé à plusieurs reprises à s’attaquer au problème. La population a entendu assez de promesses et veut être protégée efficacement », a déclaré Deprose Muchena.

Les opérations militaires ont permis de désarmer quelque 3 000 rebelles rwandais et congolais dans les provinces du Kasaï, de l’Ituri, du Maniema, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Les autorités ont renvoyé de force au Rwanda plus de 1 500 membres de la famille de rebelles qui s’étaient rendus, dont la plupart étaient des personnes réfugiées. Par ailleurs, les autorités négligent le bien-être général de ces rebelles, certains sont même morts de faim en cantonnement.

Une justice hors de portée

En septembre 2019, le président Félix Tshisekedi a déclaré qu’il ne comptait pas « aller fouiner dans le passé » et n’avait pas le temps d’amener les auteurs présumés d’atteintes aux droits humains à répondre de leurs actes.

« La Constitution oblige le président Félix Tshisekedi à amener les responsables présumés de tous les crimes, passés et présents, commis contre des Congolais et leur famille à rendre des comptes », a déclaré Deprose Muchena.

« Rechercher la paix aux dépens de la justice est une illusion par laquelle les autorités de la RDC ne doivent pas se laisser bercer. », tance Deprose Muchena.

Des seigneurs de guerre en liberté

Un mandat d’arrêt décerné à Guidon Shimiray Mwissa en juin 2019 par un tribunal militaire pour le recrutement d’enfants soldats et des viols a apporté une lueur d’espoir, mais il n’a pas encore été exécuté. Gédéon Kyungu Mutamba, condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par un tribunal congolais en 2009 est toujours en liberté et engagé en politique dans l’ancienne province du Katanga. Le procès d’un autre seigneur de guerre, Ntabo Ntaberi Cheka, qui s’est ouvert en novembre 2018, stagne.
« Le président Félix Tshisekedi a déclaré 2020 année de l’action.

Le rétablissement de la justice et le respect total des droits humains et de l’état de droit doivent être au centre de toute action entreprise par son gouvernement. Faute de redevabilité et de justice pour les atteintes aux droits humains et les crimes de droit international, il sera impossible pour la population congolaise de se remettre des atrocités passées », a déclaré Deprose Muchena.


La Tempête des Tropiques / MCP, via mediacongo.net
1647 suivent la conversation
4 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

bukitra1 | B9YFMIS - posté le 10.02.2020 à 08:32

de maniere generale les gens manifestent librement en RDC

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 09.02.2020 à 10:48

AVANT TRICHEKEDI = APRES TRICHEKEDI: IMPUNITE, INSECURITE ET CORRUPTION +++

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Makangala | 6Y689XF - posté le 08.02.2020 à 17:06

Hummmm cette partie du pays là c'est trop sale !

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
My account | JUSMYLK - posté le 08.02.2020 à 14:48

Et ca commence,petit-a-petit le nom de Felix commence son entrer dans le rapport d'atteinte au droit de l'homme. Serra t'il facile comme dans un language du parlement debout de convaincre les instences international de la main mise de Kabila dans la prise de decision du gouvernement qui est sensé etre diriger par Felix? Ne vous agitez pas, car le vous le savez bien, Kabila n'a jamais ete honnette au engagement, voila pourquoi dans LAMUKA on voulais bien son depart, pas de négautiation avec le diable mes freres. Il n'avais pas respecter Ya Tshitshi, il ne respectera pas petit Tshitshi non plus.

Non 0
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Cameroun : Amnesty demande une enquête sur la disparition de 130 personnes dans le Nord

Afrique ..,

Facebook et Google sont une menace pour les droits de l’homme, accuse Amnesty

Sur le net ..,

Gouvernement : zéro poste aux violateurs des Droits humains demande Amnesty International

Politique ..,

Les voitures électriques sont "néfastes pour l'environnement", alerte Amnesty International

Science & env. ..,