mediacongo.net - Actualités - Beni : aucune lueur d’espoir ne s’est profilée à l’horizon pour les habitants



Retour Provinces

Beni : aucune lueur d’espoir ne s’est profilée à l’horizon pour les habitants

Beni : aucune lueur d’espoir ne s’est profilée à l’horizon pour les habitants 2020-02-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/02-fevrier/10-16/deplaces_beni_20_001.jpeg Beni, Nord-Kivu-

Rester ou pas rester? Persévérer ou céder? C’est la double interrogation à laquelle les habitants de Beni tentent en vain, de trouver des réponses là où le vent messianique tarde à souffler. Ceux-ci ont beau espérer. Aucune lueur d’espoir ne s’est profilée à l’horizon, tant même les villages où un brin d’accalmie se ressentait encore, se vident eux aussi peu à peu de leurs occupants, fuyant l’horreur des attaques des islamistes ADF dans la région.

Butembo et Beni villes ou encore quelques parties de l’Ituri restent les seuls endroits où ça rassure, même si c’est à la merci de la nuit sous le froid qu’ils sont abandonnés. Estimant que la question de Beni est traitée avec beaucoup de complaisance, aussi bien par les autorités congolaises que par de nombreux médias de la capitale dont la RTNC en premier, qui considèrent cette question sécuritaire comme un fait divers, ceux-ci tirent la sonnette d’alarme.

C’est en commune rurale de Mangina par exemple où plusieurs dizaines de citoyens ont vidé le lieu ou ne savent plus vaquer à leurs activités quotidiennes par crainte de l’inattendu. C’est depuis la fin de la semaine dernière qu’un mouvement inhabituel s’y observe à la suite d’une attaque sanglante au cours de laquelle nombreux civils ont péri. Informée d’un mouvement suspect des ADF qui seraient en train de roder autour de leur entité, cette population préfère jouer à la prévention. Mais, c’est aux conséquences imprévisibles car, les résultats auxquelles plusieurs analystes ont abouti révèlent que le tueur de Beni misent beaucoup sur l’abandon de l’espace par les autochtones afin qu’il l’occupe à son tour. Pourtant, dans ce cas de figure, il lui aura été une belle passe en or. C’est d’ailleurs ce que redoutent déjà les forces vives ainsi que certains élus de la contrée qui appellent le gouvernement congolais ainsi que les autorités militaires à prendre des mesures urgentes.

En plus de déplacés venant de Mangina, d’autres sont essentiellement ceux des localités de Side, Makusa, Mambembe-Bella de la chefferie de Babila-Babombi (Ituri) où les rebelles ougandais ont étendu leur cruauté.

Au cours d’un sit-in à l’hôtel de ville de Beni lundi 10 février dans l’après-midi, ces vulnérables ont plaidé pour une intervention de sauvetage à leur égard. Décrivant les conditions dans lesquelles ils sont arrivés dans la ville, ceux-ci fustigent le comportement des conducteurs des taxis qui ont fait de leur misère un fond de commerce.

Quelques-uns interrogés par Le Potentielonline.net indiquent que le transport de Mangina à Beni ville est maintenant passé de 4000 à 20 ou 25.000 FC.

« Arrivés au parking, ça été l’occasion pour ces chauffeurs de hausser le prix de leur course jusqu’à Beni, au lieu de voir la situation que nous vivons. Ils devraient normalement nous aider. J’ai toute ma famille ici, j’ai payé 80.000fc, pourtant nous avons fui sans rien prendre. Ils font de notre misère leur business », s’est plaint un homme entouré de ses 4 enfants.

Un danger imminent

Les conséquences de l’ampleur que prennent les tueries dans la région de Beni risquent d’être imprévisibles. On en tient pour preuve la suspension des activités au Centre de santé de référence de Mangina depuis le lundi 10 février. Les autorités sanitaires de cette structure disent prévenir toute attaque ennemie contre son personnel soignant.

Selon des informations recueillies des sources sur place, sauf les malades grabataires, un service minimum y est légèrement observé. Bien pire, même le Centre local de traitement d’Ebola est soumis aux mêmes mesures et ses malades ont immédiatement été référés pour leur prise en charge en ville de Beni. La majorité des agents de la riposte travaillant dans la même commune rurale ont également quitté le lieu, craignant pour leur sécurité.

Là encore, c’est une nouvelle crainte qui s’installe pour autant que c’est dans cette entité de Mangina que le tout premier cas de la 10ème épidémie d’Ebola est apparu vers le mois de mai 2018 avant de s’étendre sur une bonne partie du Nord-Kivu et de l’Ituri. Et pourtant, son éradication définitive demeure toujours attendue. Ainsi, un tel délaissement dans le travail de la riposte risque de nouveau d’être fatal pour la région, surtout que Beni a récemment été reconsidéré comme épicentre du virus par l’équipe technique de lutte contre Ebola en RDC.

L’armée et les forces vivent rassurent

La première assurance vient des forces armées. Dans un appel au calme adressé aux populations qui doutent du lendemain et qui migrent vers les zones sécurisées, le porte-parole des FARDC dans les opérations Sokola 1 indique que les militaires congolais sont en train de s’employer pour refaire la confiance. Tout en déplorant les attaques ciblées contre les civils, Anthony Mwalushai appelle les civils à demeurer sereinw jusqu’à la victoire finale contre l’ADF.

« Ça fait maintenant à peu près 3 jours que l’ennemi a dérangé la population de Mangina. Mais l’armée a très vite récupéré la situation et l’ennemi est en fuite. Toute la population est calme et la vie a repris sur place. Je vous assure que l’armée est en train de faire son travail. Rassurez-vous que nous sommes sur terrain et ce n’est pas ici que nous pouvons étaler nos stratégies, car l’ennemi suit aussi les médias », dit-il.

Et de son côté, c’est la société civile qui tente de dissuader les mêmes habitants à ne pas abandonner le milieu malgré les circonstances. Sinon, estime-t-elle, on aura donné du poids à l’ennemi.

« Nous demandons à la population de braver la peur pour regagner leur milieu de provenance. Lorsque nous abandonnons nos maisons, nous donnons la force à l’ennemi qui a pour objectif de nous terroriser », a dit monsieur Freddy Mbayahi, vice-président des forces vives de Mangina.

Il faut rappeler ici qu’au moins 30 civils ont été abattus le week-end dernier à Mambasa en province de l’Ituri, près de Beni, par les ADF. Dans son bulletin rendu public dimanche 9 février dernier, l’ONGDH CEPADHO parle notamment de Mambembe-Bela, Bangole et Makeke, des villages qui ont été visés au cours des journées de vendredi 7 au dimanche 9 février dernier. Samedi 8 février, au moins 12 autres civils ont également été massacrés à Makusu dans le même territoire. Ceux-ci viennent s’ajouter ainsi à des centaines d’autres qui ont péri depuis le lancement, le 30 octobre dernier, des opérations d’envergure contre les groupes rebelles à l’Est du pays.

Charles M. Bin Kisatiro
Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net
358 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Isolement des villes du Nord-kivu : des vendeurs déguerpis du marché central de Beni

Provinces ..,

Nord-Kivu : la gratuité de l’eau ne concerne que Kinshasa dans un premier temps (REGIDESO)

Provinces ..,

Nord-Kivu: le Gouvernement provincial met Goma en confinement pendant 14 jours

Provinces ..,

Coronavirus : confusion autour du deuxième cas en ville de Beni

Provinces ..,