mediacongo.net - Actualités - Nord-Kivu : le gouvernement provincial dresse un bilan inquiétant sur le plan sécuritaire depuis 10 ans 


Retour Provinces

Nord-Kivu : le gouvernement provincial dresse un bilan inquiétant sur le plan sécuritaire depuis 10 ans

Nord-Kivu : le gouvernement provincial dresse un bilan inquiétant sur le plan sécuritaire depuis 10 ans 2020-03-03
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/01-08/kasivita-nzanzu-carly-gouverneur-nord-kivu-a-beni.jpg -

Au moins 2.857 personnes tuées, 4.281 cas d’enlèvements en l’espace de 10 ans. Un bilan inquiétant sur le plan sécuritaire dans la province. Ces chiffres ont été dévoilés ce dimanche 1er mars au cours d’un concert caritatif organisé à Goma par le gouvernement provincial du Nord-Kivu en faveur de victimes de plusieurs cas d’insécurité en province depuis l’année 2009 jusqu’à 2019.

Cette activité caritative avait pour objectif principal de collecter des fonds auprès de différentes personnes afin de venir en aide aux victimes de plusieurs atrocités dans certains territoires de la province.

Plusieurs autorités politico-administratives et des cadres de la province et des dirigeants de plusieurs institutions étatiques et privées ainsi que l’artiste musicien Ngiama Makanda "Werrason" ont pris part à cette activité tenue à l’Hôtel Linda.

Devant plusieurs personnalités de la province, la ministre provinciale des affaires humanitaires le docteur Fatouma Hassan a présenté un bilan sombre de la situation humanitaire en province depuis les années 2009 jusqu’en 2020.

Ce rapport présente près de 31% des cas en territoire de Beni de toutes les tueries qui ont eu lieu en province. Ce qui fait, selon elle; de ce territoire "l’épicentre de la violence" ceci suite aux combats entre les forces loyalistes et le groupe armé ADF.

Selon ce rapport, les différentes causes de ces violences restent "la présence des groupes armés", entre autres le groupe armé Ougandais ADF qui a tué 272 civils entre 2017 et juin 2019 et plus de 223 cas des victimes ont été placés comme "non attribués"

"Depuis plusieurs années, le territoire de Masisi et Rutshuru ont été affectés par la présence de beaucoup de groupes armés ayant tous des liens communautaires, les affrontements entre ces différents groupes, les opérations militaires et les conflits fonciers entre agriculteurs et éleveurs entraînent des déplacements récurrents de la population. Le rapport de OCHA signale que près de 1600 civils ont été victimes des violences au cours des 6 premiers mois de l’année dont 577 civils auraient perdu la vie", précise la ministre Fatuma Hassan.

Celle-ci renseigne qu’environ 20 % des 220 mille personnes déplacées enregistrées au cours du mois de mai dernier vivent dans des sites des déplacés et dont 80 % d’autres vivent dans des sites spontanés ou dans des familles d’accueil.

Pour elle, ces formes de violence ont causé d’énormes conséquences notamment le déplacement de la population locale, l’accroissement exponentiel de la pauvreté, la transmission des maladies et l’insécurité alimentaire.

S’agissant du déplacement de la population locale, au cours de l’année 2015 sur une population estimée à 2.500, les déplacés étaient plus de la moitié et à peu près le maximum dont plus de 2 Millions des déplacés.

« Les conflits continuent d’affecter la vie des millions des personnes en province du Nord-Kivu, selon les rapports de différentes organisations humanitaires, la situation sécuritaire générale du pays ne s’est pas améliorée au cours de deux dernières années, l’année dernière on a compté 1,8 million de personnes nouvellement déplacées du fait de la violence, c’est plus que partout ailleurs dans le monde à l’exception de l’Ethiopie » a-t-elle ajouté.

D’après la ministre des affaires humanitaires, malgré les démarches menées par plusieurs opérations militaires en province plusieurs questions restent à se poser pour une paix durable dans la région.

Au cours de ce concert dit "caritatif" des autorités présentes et d’autres personnes ont contribué en faveur de populations touchées par l’insécurité.

Elle a conclu en demandant à toutes les personnes de bonne volonté de contribuer massivement afin de venir en aide à toutes les couches des populations longtemps touchées par les guerres et des atrocités de différents genres et liées à la situation sécuritaire dans les territoires de Beni, Masisi et Rutshuru.

Freddy Ruvunangiza, depuis Goma
MEDIA CONGO PRESS / Prunelle RDC
985 suivent la conversation
3 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Le sage | SD3Y66Q - posté le 03.03.2020 à 09:27

Samedi dernier, l’ancien candidat à la présidentielle de décembre 2018, Pierre-Honoré Kazadi Ngube-Ngube, avait dénoncé le pillage des minerais dans le grand Katanga, au sud-est du pays, par la famille du chef de l’Etat Félix Tshisekedi. C'EST CA LE PEUPLE D'ABORD OU LA FAMILLE D'ABORD?

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage | SD3Y66Q - posté le 03.03.2020 à 09:25

« Il y a pillage des minerais, cuivre, cobalt, lithium, or, etc dans le grand Katanga. L'actuelle famille présidentielle créée des sociétés parallèles et fantômes privées au détriment de peuple congolais, et les membres de la famille présidentielle sèment la terreur aux exploitants miniers », avait-il dénoncé. M. Ngube Ngube avait fustigé la prise « en otage » de la Gécamines. « Le Président de la République Félix Tshisekedi et sa famille ont pris la Gécamines en otage et aucune autorité de la Gécamines n’a un mot à dire devant cette famille. PEUPLE D'ABORD OU FAMILLE D'ABORD?

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le Congo d'abord | U5W4GK2 - posté le 03.03.2020 à 08:06

C'est bien de donner les chiffres mais c'est mieux que ce "Gouvernement provincial" dise ce que lui et ses prédécesseurs ont fait pour améliorer la situation!!!

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Nord-Kivu : et si les rebelles du M23 étaient de retour ?

Provinces ..,

Nord-Kivu: des affrontements signalés à Rugari (Rutshuru)

Provinces ..,

Nord-Kivu : la société civile demande au Conseil de sécurité de l’ONU d’exiger à...

Provinces ..,

Nord-Kivu: le Chef rebelle Guidon reprend le contrôle de Pinga (Walikale)

Provinces ..,