Recherche
  Home Actualités Petites annonces Offres d’emploi Appels d’offres Publireportages C'est vous qui le dites Media & tendance Immobilier Recherche Contact



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo (habillage new site)
Retour

Société

Décès du général Delphin Kahimbi : Devait-on déjà rendre publique l'hypothèse de l'enquête ?

2020-03-09
09.03.2020
2020-03-09
Ajouter aux favoris
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/09-15/delphin-kahimbi-general-major-marcel-mbangu-mashita-a-la-tete-de-la-commission-denquete-sur-sa-mort.jpeg -

A peine rentré au pays après son dernier séjour aux États-Unis d'Amérique, le président de la République, Félix Tshisekedi, a remis sur la sellette l'affaire du décès du général Delphin Kahimbi. D'ores et déjà, il évoque la thèse d'un suicide par pendaison. C'était au cours de la 24ème réunion du Conseil des ministres du 06 mars qu'il a présidée à la Cité de l'Union africaine. Mais pourquoi brandir les résultats de la mission onusienne au risque de conditionner le travail de la Justice militaire ?

Au sujet de l'enquête sur le décès du général Kahimbi, chef d'état-major adjoint des Forces armées de la RDC (FARDC) et chef des renseignements militaires, le chef de l'Etat a informé les membres du Conseil qu'il avait décidé de diligenter une enquête indépendante à l'initiative de la Monusco. "D'après les éléments d'info mis à la disposition du Chef de l'Etat, il s'avère qu'il s'agit d'une mort par pendaison", a déclaré Jolino Makelele, ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement.

Néanmoins, on est encore loin de la conclusion définitive de l'enquête qui, selon le vœu du chef de l'Etat Félix Tshisekedi, doit se terminer rapidement, afin de soulager la famille éplorée.

PLUSIEURS QUESTIONS

A cette étape de l'enquête, bien des observateurs avertis n'ont pas tardé à réagir. Plusieurs questions assaillent leur esprit. Devrait-on déjà rendre publique l'hypothèse de l'enquête, à l'initiative de la Monusco soit-elle, alors qu'une structure nationale compétente mène une enquête qui n'a encore rien divulgué comme résultat ?

En outre, alors que des enquêtes sont en cours, pourquoi, a-t-on privilégié cette hypothèse parmi tant d'autres à ce stade? Si le chef de l'Etat tient à soulager rapidement la famille éprouvée, est-ce à mi-parcours de l'enquête ou plutôt à la fin ? A tout prendre, on estime que ce n'est pas opportun de le faire maintenant. 

Par ailleurs, reconnaissant la compétence et l'expertise dont fait montre la Monusco, l'on se demande, cependant, pourquoi privilégier l'enquête menée par la Mission onusienne, étant donné que celle-ci devrait verser le résultat auquel elle a aboutirait à la structure officielle nationale. Il y va même, estime-t-on, de la souveraineté nationale que tous n'ont de cesse de revendiquer.

LE PAYS DISPOSE DE STRUCTURES APPROPRIEES

Puisque le pays dispose de structures appropriées, l'on se demande si, pour chercher à connaître les circonstances de la mort d'un officier du rang du général Delphin Kahimbi, il était indiqué de recourir à une structure ou une expertise extérieure ou étrangère pour une énigme que des ressources locales sont capables de résoudre ? Ne le fait-on pas déjà ? Poser la question, c'est y répondre à la fois.
Le pays dispose d'une instance nationale habilitée qui mène des enquêtes. Moralité, d'aucuns soutiennent que les Congolais devraient faire confiance à cette expertise nationale, au lieu de faire faire une autre enquête de manière parallèle.

ET SI L'ENQUETE EN COURS CONTREDISAIT LA MONUSCO ?

Il est clair que la démarche actuelle porte un risque évident : si l'enquête en cours venait à contredire la conclusion de la Monusco selon laquelle la mort de l'ancien chef de service de renseignements militaires congolais est consécutive à la pendaison. Là est donc une autre question.

Le général-major Delphin Kahimbi, est décédé vendredi 28 février 2020 à Kinshasa à la surprise générale. Les circonstances et les causes de sa mort restent encore inconnues à ce jour. Un jour avant son décès, ce haut responsable de l'armée congolaise était suspendu de ses fonctions le jeudi 27 février, pour selon certaines sources, "lourde faute administrative" et "absence prolongée".

La suspension du général Delphin Kahimbi est intervenue après son interpellation le 20 février dernier par la Direction générale de migration (DGM), à l'aéroport international de Ndjili alors qu'il s'apprêtait à s'envoler pour l'Afrique du Sud. Il serait accusé par le Conseil national de sécurité de dissimulation des armes et de tentative de déstabilisation. Il est également soupçonné d'avoir "mis l'actuel gouvernement sous surveillance".

Présenté comme un proche de l'ancien président Joseph Kabila, il a occupé la fonction de chef d'état-major adjoint des FARDC en charge de renseignements militaires pendant six ans. Auparavant, il avait été successivement commandant second en charge des opérations Kimya 2 au Sud-Kivu et commandant second en charge des opérations et renseignements de la 34e région militaire au Nord-Kivu.
Le corps du général Delphin Kahimbi est à la disposition de la justice militaire, a rassuré de son côté le porte-parole du gouvernement qui a déclaré que la police scientifique participait à l'enquête.

L'opinion tant nationale qu'internationale s'impatiente de connaître de quoi est mort ce grand chef militaire congolais. 


Forum des As / MCP, via mediacongo.net
C’est vous qui le dites : 12 commentaires
8501 suivent la conversation

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »

Le code à 7 caractères (précédé de « @ ») à côté du Nom est le Code MediaCongo de l’utilisateur. Par exemple « Jeanne243 @AB25CDF ». Ce code est unique à chaque utilisateur. Il permet de différencier les utilisateurs.

Poster un commentaire, réagir ?

Les commentaires et réactions sont postés librement, tout en respectant les conditions d’utilisation de la plateforme mediacongo.net. Vous pouvez cliquer sur 2 émojis au maximum.

Merci et excellente expérience sur mediacongo.net, première plateforme congolaise

MediaCongo – Support Utilisateurs


0 réponse
L'armée congolaise infiltrée par l'armée Rwandaise ne travaille que pour le soit disant Kabila. La justice et les restes de services sont aussi à ses services.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Les structures officielles de la RDC, administration publique, justice, force publique, sont affreusement défaillantes, et c'est la cause de la situation de crise socio-politique grave qu'endure le pays depuis 40 ans. Sans la MONUSCO la situation de la RDC serait pire. Les résultats d'une enquête faite par la MONUSCO ne peuvent qu'inspirer plus de confiance que les conclusions d' institutions habituées trop longtemps à servir des intérêts partisans, qui n'ont pas encore fait de preuve suffisante de leur conversion en instruments véritablement au service de l'intérêt général des congolais.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
De quelle structure appropriée parle-t-on ? Combien d'assassinats cette structure compétente de la RDC a déjà rendu publics ? CHEBEYA, FIDEL BAZNA, l'enfant de JMK etc... RIEN. Alors pourquoi l'attendre ? Que nos structures publient d'abord des résultats des crimes passés pour que nous y croyions.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Monsieur, il faut combien de jours pour connaitre les circonstances du décès du Général? Si vous êtes incapables de le faire, il faut dépêcher sur le lieu l'équipe de KIN MAKAMBO de Molière TV. Je vous jure, Cher Monsieur, le même jour du 28 février 2020, vous en sauriez plus sur les circonstances de cette mort

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Est-ce que sa femme n'aurait pas vu que son homme s'est pendu? Elle est témoin fidèle de cette saga. Refuser de lui faire parler c'est dissimuler la vérité des faits sur cet ignoble assassinat.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
il est mort par pendaison merci mais où était sa femme??? Félix nous ment.par ce que le général était trouver mort dans sa résidence.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Ces journalistes sont vraiment des prostitues et plus dangereux que l’eus maître politiciens. Regardes moi encore cet apprenti journaliste qui ose parler « d’une structure nationale charger de mener des enquêtes en RDC » Mais ce monsieur écrivait son article sous l’effet de plusieurs substances dangereuses. Vous pouvez déjà nous citer une seule enquête que cette fameuse structure à déjà conduit en bien dans ce pays???? Idiooooot

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Avec le commandant de la 3ieme brigade Monseigneur Gerard MULUMBA kiekiekiekiekie

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Tshilombo étant l'auteur de cette mort, a publié vite le résultat de l'enquête.....il doit être poursuivre pour son amateurisme et manque de professionnalisme. Un président de la honte pour le pays.

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Mr Le journaliste, il faut pas supputer pour rien , quelle enquête que tu veux attendre , l'enquête sur la mort de TSHEBEYA est où , la mort de KATUMBA MWANKE , les morts de crash de l'avion du Président , la mort de TUNGULU et d'autres . Si aujourd'hui tu poses la question à ces institutions elles te donneront des réponses à toutes ces morts. Votre souveraineté est où dans tout ça . il faut nous aider à comprendre les choses vous les chroniqueurs congolais. confusion ooooooooooooohhhhhh

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
0 réponse
Huum, ce dossier est trop sensible qu'il peut faire couler le sang de bcp de politiciens congolais. Les dossiers du service secret ont toujours ete complexes que les leaders doivent etre toujours SAGES dans ce cas!

Réagir

Répondre
@
Insérez un émoji
right
Article suivant Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
Article précédent Kasaï : plus de 150 congolais vivant en Angola expulsés brutalement par la frontière de Kamako, un mort enregistré

Les plus commentés

Politique Papy Tamba : « Joseph Kabila sera candidat en 2023 pour s’occuper personnellement de Kagame »

08.12.2022, 27 commentaires

Politique Tensions RDC-Rwanda : suite à son soutien à Paul Kagame, Emmanuel Macron ne sera pas la bienvenue à Kinshasa

08.12.2022, 23 commentaires

Politique Biruta à Blinken : « le M23 ne doit pas être assimilé au Rwanda »

06.12.2022, 18 commentaires

Politique Agression rwandaise : Les rebelles M23/RDF prêts à se retirer du territoire congolais, (communiqué)

07.12.2022, 16 commentaires

Ont commenté cet article



Infos congo - Actualités Congo - IMCongo Application - bottom - 30 août 2022

Ils nous font confiance

Infos congo - Actualités Congo - confiance