mediacongo.net - Actualités - Kikwit : après les mesures du chef de l’Etat, les femmes craignent une crise économique aigue



Retour Provinces

Kikwit : après les mesures du chef de l’Etat, les femmes craignent une crise économique aigue

Kikwit : après les mesures du chef de l’Etat, les femmes craignent une crise économique aigue 2020-03-26
Femme
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/23-29/rose_nkunga_20_000.JPG Kikwit, Kwilu-

Rose Nkunga, une des femmes leader à Kikwit

Plusieurs femmes de la ville de Kikwit, province du Kwilu, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) craignent l’avènement d’une crise économique aigue suite aux mesures que le président de la République a prises afin de lutter contre le coronavirus.

Interrogées sur la rue pour avoir leurs opinions, plusieurs femmes, surtout les femmes paysannes, émettent des craintes et proposent au gouvernement de prendre aussi des dispositions afin qu’il y ait plusieurs stocks dans des magasins, et que l’argent circule en RDC malgré la présence du coronavirus.

«Notre ville de Kikwit a déjà souffert atrocement d’Ebola en 1995 et de plusieurs autres épidémies et plusieurs vingtaines de gens sont déjà morts. Les mesures émises par le président sont bonnes, mais, que deviendrons-nous si la crise économique atteigne un climax suicidaire ?», note Rose Nkunga, une des femmes leader à Kikwit.

De son côté, Patience Lokotwe, paysanne, s’interroge : «jusqu’où ira cette maladie ? Pendant combien de temps va-t-elle duré ? Qui prendra soin de qui ? »

Claudine Tamuzala, paysanne aussi, s’étonne : «depuis longtemps nous connaissons ‘’Corona’’ comme nom de valise. Comment ‘’Corona’’ devient une maladie’’ ? C’est grave ! C’est la fin du monde ou quoi ?»

«Avec cette allure, les gens des villages environnants risquent de ne plus venir vendre leurs produits agricoles à Kikwit comme c’était le cas en 1995 avec Ebola. La crise qui existe depuis des décennies va s’accentuer», regrette Pauline Ntungate.

Infirmière de son état, Pascaline Tweke est formelle et regrette : « Des épidémies comme celle-ci amène la faim et le taux malnutrition augmente de plus en plus. Nous risquons d’assister non seulement à une crise économique sans précédent, mais aussi à une crise sanitaire au-delà de climax».

Badylon Kawanda Bakiman (Correspondance à Kikwit)
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
1334 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Coronavirus : Plus de 60 pays riches adhèrent au dispositif d’accès au vaccin de l’OMS,...

Santé ..,

Covid-19 : près de 200 000 morts aux États-Unis, les pubs fermeront plus tôt en Angleterre

Monde ..,

Espagne: "Qu’ils confinent les riches !" Polémique après le reconfinement partiel de Madrid

Monde ..,

Journée internationale de la Paix sous Covid-19: « La furie avec laquelle s’abat le virus...

Société ..,