mediacongo.net - Actualités - Coronavirus : très exposée, l’Afrique du Sud fait le choix du confinement



Retour Afrique

Coronavirus : très exposée, l’Afrique du Sud fait le choix du confinement

Coronavirus : très exposée, l’Afrique du Sud fait le choix du confinement 2020-03-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/23-29/south_afrique_police_20_02145.jpg -

Cette mesure inédite, qui prend effet dès ce jeudi 26 mars, est un immense défi pour un pays à la population en mauvaise santé et à l’économie fragile, qui a tout à redouter d’une épidémie de Covid-19.

« Les prochains jours seront décisifs », a prévenu Cyril Ramaphosa. Le président sud-africain n’aura pas attendu le premier mort dans son pays pour prendre les choses en main face à la pandémie de Covid-19. Trois semaines après le premier cas d’infection, il impose dès jeudi 26 mars à la population un confinement strict de 21 jours, et le déploiement de l’armée pour faire respecter les consignes d’isolement.

« Il est évident (…) qu’une action immédiate, rapide et extraordinaire est requise si nous voulons éviter une catastrophe humaine qui aurait des proportions énormes dans ce pays », a-t-il prévenu, le ton grave, lors d’une allocution télévisée prononcée lundi 23 mars.

Les mesures des Églises africaines face au Coronavirus

En dix jours, il est vrai, le nombre de cas de contamination s’est décuplé, pour atteindre 709, mercredi 25 mars, dont la moitié dans la seule région de Johannesbourg. L’Afrique du Sud, pays le plus atteint du continent, ne peut attendre. La nation arc-en-ciel compte en effet l’un des taux les plus élevés de VIH : près de 8 millions de personnes séropositives, dont 2,5 millions ne suivant aucun traitement antirétroviral. Et aussi 300 000 malades de la tuberculose et 6 % de la population atteinte de diabète.

Une bombe à retardement

« L’Afrique doit se préparer au pire », alertait l’OMS la semaine dernière. De fait, le coronavirus fait l’effet d’une bombe à retardement. Certes, le système de santé du pays, l’un des plus performants d’Afrique, est habitué à faire face aux épidémies. Mais les autorités savent qu’il ne pourra traiter, le cas échéant, autant de personnes vulnérables, et que les règles de distanciation ne pourront s’appliquer partout.

Déjà saturés en temps normal, les dispensaires publics dans les townships, où des millions de personnes pauvres vivent agglutinées, redoutent la vague, et les hôpitaux privés ne semblent pas encore avoir pris conscience de l’ampleur du problème. Au Cap, un établissement flambant neuf a ainsi refusé de prendre en charge des personnes testées positives.

Réélu en mai 2019, critiqué depuis en raison d’un mandat peu énergique, le président Ramaphosa s’est voulu déterminé cette fois : seuls les magasins d’alimentation, les pharmacies, les banques et les hôpitaux restent ouverts. Mais il a aussi prévenu que les dégâts sur l’économie pourraient se révéler « dramatiques ». Dix années de présidence Zuma et de scandales de corruption ont vidé les coffres de l’État. Un fonds de solidarité a donc été créé, où entreprises et individus sont invités à faire des dons pour soutenir les efforts du gouvernement. Un crowdfunding étonnant auquel les deux plus grosses fortunes du pays, Rupert et Oppenheimer, ont déjà offert un milliard de rands (50 millions d’euros) chacun.

Des petits métiers gravement menacés

Le gouvernement en aura besoin pour rassurer les millions de salariés pour lesquels le télétravail n’est pas une option : femmes de ménages, jardiniers, aides à domicile qui convoient tous les matins dans des transports surchargés. Toutes et tous sont priés de rester chez eux pour éviter la propagation du virus. Le gouvernement a demandé à leurs employeurs de continuer à les payer, mais la situation pourrait devenir intenable sur le long terme, et fait craindre aussi le pire aux taxis collectifs qui transportent chaque jour 15 millions de travailleurs.

Le tourisme est lui aussi fortement touché en raison de la fermeture des frontières aux pays à haut risque. La pandémie pourrait ainsi être fatale à la subsistance de SAA, la compagnie aérienne nationale, déjà aux abois en raison d’une gestion calamiteuse, qui a considérablement réduit ses vols et mis une partie de ses employés en chômage partiel.

 


La Croix / MCP, via mediacongo.net
313 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Afrique du Sud, AngloGold Ashanti ferme la plus profonde mine d'or du monde pour cause de coronavirus
AUTOUR DU SUJET

Coronavirus à Bukavu: la commune d’Ibanda en confinement dès ce lundi et l’amande pour...

Provinces ..,

“Covigonum” un remède contre le coronavirus conçu par un laboratoire Beni, en étude à...

Santé ..,

Coronavirus : L'étude sur l'hydroxychloroquine est-elle « foireuse », comme l'a dit le...

Santé ..,

Coronavirus: le Sud-Kivu enregistre ses 3 premiers décès

Provinces ..,