mediacongo.net - Actualités - Nigeria : un prédicateur « reprécise » sa prophétie sur la fin du coronavirus



Retour Religion

Nigeria : un prédicateur « reprécise » sa prophétie sur la fin du coronavirus

Nigeria : un prédicateur « reprécise » sa prophétie sur la fin du coronavirus 2020-03-30
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/03-mars/30-31/tb_joshua_20_00.jpeg -

Pasteur TB Joshua

Au Nigeria, un responsable d’une église dite de réveil, nie avoir fixé la fin du coronavirus au 27 mars. Voici la prétendue précision apportée par le pasteur Temitope Balogun Joshua.

Il y a quelques semaines, le fondateur de la Synagogue Church of All Nations (SCOAN) annonçait dans un son prêche, la fin du coronavirus au 27 mars.

« Ce mois-ci (27 mars), ce sera fini (en référence au COVID-19). À la fin de ce mois, peu importe le médicament qu’ils produiront pour guérir quoi que ce soit, il ira comme ça, même si ce n’est pas le médicament qui a mis cela au monde, la médecine ne peut pas le retirer, il ira le chemin, il est venu », déclarait Temitope Balogun Joshua cité par le site news360.info.

Or, jusqu’ici, la pandémie poursuit son bonhomme de chemin à travers le monde. Non sans épargner son pays le Nigeria où les derniers chiffres font état de 111 personnes contaminées pour un décès.

Sévèrement critiqué sur la toile, « l’homme de Dieu », est revenu sur sa prophétie arguant que sa prédiction avait été mal comprise.

« Je voulais dire que le coronavirus disparaîtrait spirituellement de la même manière qu’il est venu. Au moment où je parle, le virus n’est plus dans le domaine des esprits », a démenti le prophète.

« Au lieu de prendre le temps de comprendre le contexte dans lequel quelque chose a été dit, ils sont toujours rapides à juger », a-t-il ajouté.

Insuffisant pour convaincre des observateurs qui ont lynché le responsable religieux sur les réseaux sociaux comme Twitter. « Qui prend encore ce clown au sérieux ? » , s’est par exemple interrogé un internaute.

Dans plusieurs pays africains, la diffusion de fausses nouvelles sur le COVID-19 est passible de sanctions pénales. C’est le cas du Maroc qui a interpellé le 19 mars dernier quelque douze personnes pour avoir diffusé des « rumeurs mensongères » liées au nouveau coronavirus.

Ci-dessous, les récations d’internautes.

4795 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Kongo Central : contribution de l’Assemblée provinciale à l’érection du musée de l’église Kimbanguiste à Nkamba
AUTOUR DU SUJET

Coronavirus à Bukavu: la commune d’Ibanda en confinement dès ce lundi et l’amande pour...

Provinces ..,

“Covigonum” un remède contre le coronavirus conçu par un laboratoire Beni, en étude à...

Santé ..,

Coronavirus en Afrique : qui sont les grands gagnant de la crise ?

Economie ..,

Coronavirus : L'étude sur l'hydroxychloroquine est-elle « foireuse », comme l'a dit le...

Santé ..,