mediacongo.net - Actualités - La Syrie risque d’être incapable de contenir le Covid-19, prévient l’envoyé de l’ONU devant le Conseil de sécurité



Retour Monde

La Syrie risque d’être incapable de contenir le Covid-19, prévient l’envoyé de l’ONU devant le Conseil de sécurité

La Syrie risque d’être incapable de contenir le Covid-19, prévient l’envoyé de l’ONU devant le Conseil de sécurité 2020-04-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/04-avril/01_05/pedersen_syrie_20_02145.jpg -

L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir O. Pedersen, a prévenu lundi le Conseil de sécurité que ce pays risquait d’être incapable de contenir la pandémie de Covid-19 et avait besoin d’un cessez-le-feu durable sur l’ensemble de son territoire pour y arriver.

« Après une violence terrible, un calme précaire règne sur le terrain. Et maintenant, les Syriens font face à une nouvelle menace potentiellement dévastatrice que constitue le Covid-19 », a expliqué M. Pedersen lors d’un exposé par visioconférence avec les membres du Conseil.

Selon lui, « la Syrie court un risque élevé de ne pas pouvoir contenir la pandémie, étant donné les mouvements de population à grande échelle, les conditions dangereusement exiguës dans plusieurs camps de déplacés, camps de fortune et lieux de détention ».

L’envoyé de l’ONU a rappelé aux membres du Conseil que la gouvernance en Syrie est faible, voire absente dans certains domaines. Des années de conflit ont laissé le système de santé en mauvais état ou détruit. Les professionnels de la santé, le matériel médical et les fournitures font cruellement défaut.

« Je suis également très conscient du risque d'exposition et d'impact sur les femmes syriennes, qui sont à l'avant-garde des systèmes de santé et de soutien communautaire. Ce virus ne se soucie pas si vous vivez dans des zones contrôlées par le gouvernement ou non. Il ne fait pas de discrimination et cela met en danger tous les Syriens », a dit M. Pedersen.

Selon lui, une période de calme durable assurée par un cessez-le-feu à l’échelle nationale est nécessaire pour permettre une coopération à travers les lignes de front. Et ce cessez-le-feu, il le faut « maintenant », a-t-il dit.

Il a rappelé que le 5 mars, les Présidents turc Erdogan et russe Poutine ont convenu que toutes les opérations militaires le long des lignes de contact cesseraient dans la région d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. Depuis lors, la violence a considérablement diminué, en particulier s’agissant des attaques aériennes et des opérations terrestres. Des incidents sporadiques continuent, impliquant toutes les parties.

Risque de reprise des hostilités

Mais, aussi bien dans le nord-est que dans le nord-ouest de la Syrie, « il existe un risque réel de reprise des hostilités », estime l’envoyé de l’ONU.

« Si cela se produisait, les dangers préexistants pour les civils seraient multipliés par la pandémie et le virus se propagerait comme une traînée de poudre, avec des effets dévastateurs pour le peuple syrien, aux plans humanitaire, sociétal et économique », a-t-il prévenu.

« Le virus pourrait rebondir au-delà des frontières internationales. Nous avons tous la responsabilité d'éviter ce scénario, en cimentant les arrangements existants dans le cadre d’un cessez-le-feu national complet », a-t-il ajouté.

Au-delà d’un cessez-le-feu à l'échelle nationale, l’envoyé de l’ONU a estimé qu’il fallait faire beaucoup plus pour lutter contre la pandémie.

Il a noté que le gouvernement syrien avait pris des mesures de plus en plus importantes pour lutter contre le Covid-19. De grandes parties du pays sont désormais soumises à différents degrés de couvre-feu, les espaces publics sont fermés et les systèmes de santé se préparent dans la mesure du possible.

La coalition de l'opposition syrienne et d'autres autorités de facto dans des zones échappant au contrôle du gouvernement ont également pris des mesures. La société civile syrienne, y compris des organisations dirigées par des femmes, se mobilise également contre cette menace.

« Je prends note de ces efforts et exhorte le gouvernement syrien et toutes les autorités de facto à être transparents dans leurs rapports sur la manière dont le Covid-19 affecte tous les Syriens », a dit M. Pedersen.


UN / MCP, via mediacongo.net
387 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : États-Unis : Donald Trump exige des gouverneurs la réouverture immédiate des lieux de culte
AUTOUR DU SUJET

Syrie : pour Amnesty, le régime de Bachar el-Assad et Moscou ont commis des « crimes de guerre...

Monde ..,

Pour Amnesty, le régime syrien et Moscou ont commis des « crimes de guerre » à Idlib

Monde ..,

Syrie, Yémen, Libye : que deviennent ces conflits oubliés à cause du Covid-19 ?

Monde ..,

L’armée syrienne reconnue, pour la première fois, responsable d’attaques chimiques

Monde ..,