mediacongo.net - Actualités - L'Amérique latine sera-t-elle la principale victime du coronavirus ?



Retour Monde

L'Amérique latine sera-t-elle la principale victime du coronavirus ?

L'Amérique latine sera-t-elle la principale victime du coronavirus ? 2020-04-03
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/04-avril/01_05/coronavirus_bresil_20_0000.jpg -

L'Amérique latine est négligée par les commentateurs, alors qu'elle a réagi sans tarder et avec détermination. Fragile sur le plan économique et vulnérable sur le plan social, le continent est plus fragmenté que jamais sur le plan politique. Par Alexis Loyer, ancien conseiller commercial en Argentine et au Brésil, actuellement directeur général d'ESL & network et chargé de cours sur l'Amérique latine à l'IRIS.

La grande absente. Alors que l'épicentre de l'épidémie de Covid-19 s'est déplacé de la Chine vers l'Europe, que les Etats-Unis sont désormais le pays le plus touché par la pandémie, et que « l'Afrique doit se préparer au pire » selon les mots du directeur de l'OMS, l'Amérique Latine est négligée par les commentateurs.

Si le « patient zéro » latino-américain n'a été recensé que le 26 février dernier, et qu'à ce jour seuls trois pays d'Amérique latine (Brésil, Chili et Equateur) figurent dans le top 30 des plus atteints par le COVID-19, le rythme de contagion a depuis lors connu une vive accélération et la barre des 10.000 Latino-américains contaminés a été dépassée.

Face au fléau, l'Amérique Latine a réagi sans tarder et avec détermination. A l'exception notable du Mexique, du Brésil et du Nicaragua dont les présidents persistent à minimiser la gravité de l'épidémie, la plupart des pays latino-américains ont adopté des mesures souvent radicales visant à protéger leurs populations : strict confinement en Argentine, fermeture des frontières dans de nombreux pays, couvre-feu partiel en Equateur, Etat de siège au Chili, quarantaine totale au Venezuela, et même report des nombreuses élections prévues. Ironie du sort pour certains, Cuba de son côté a même apporté son aide à l'Italie tandis que des contingents de médecins de l'ile, présents dans de nombreux pays, participent à la lutte contre la pandémie. Il se murmure qu'un laboratoire de biotechnologie cubain aurait même développé un médicament utilisé par les Chinois pour lutter contre le COVID-19.

Un continent fragile

Des réponses suffisantes pour éviter une catastrophe sanitaire, sociale et économique dans la région ? On peut malheureusement en douter. Le COVID-19 affecte une Amérique latine à la santé déjà fragile et qui se remet à peine des violentes convulsions qu'elle a subies à l'automne 2019, entre protestations sociales éruptives (Chili, Equateur, Colombie) et graves crises politiques non résolues (Pérou, Bolivie). Un continent fragile au point de faire dire à Miguel Lago, directeur exécutif d'un think tank brésilien consacré aux politiques de santé (IEPS) que cette région du monde pourrait être la principale victime de la pandémie !

Premier facteur de vulnérabilité que met en lumière l'épidémie de coronavirus : les systèmes de santé latino-américains, faiblement résilients pour la plupart, sont déjà confrontés à des problématiques sanitaires lourdes, qu'il s'agisse de maladies chroniques (diabète, hypertension) ou infectieuses (Dengue, Zika). Les dépenses de santé/habitant dans la région sont en moyenne trois fois inférieures aux valeurs européennes. Fait aggravant, la couverture santé de la population est généralement loin d'être universelle tandis que le nombre de lits dans les unités de soins intensifs ainsi que leur disponibilité est largement insuffisant en cas de propagation massive du virus. Si 20% des Brésiliens étaient contaminée par le virus, il faudrait doubler le nombre d'UTI au Brésil ou les réserver en intégralité aux malades du COVID-19 !

Fragile sur le plan économique, vulnérable sur le plan social

Second fait : le coronavirus frappe des économies latino-américaines peu dynamiques, insuffisamment diversifiées et fortement dépendantes des cours des matières premières (en forte baisse) et des taux d'intérêt internationaux, donc très exposées à des chocs externes. La productivité du travail y est faible, les infrastructures souvent déficientes et les monnaies latino-américaines continuent à se déprécier. Après une quasi-stagnation de l'activité économique en 2019, l'Amérique Latine tablait sur une modeste hausse de 1,3% de son PIB cette année (CEPAL) que l'épidémie de coronavirus a très vite enterrée.

Non seulement la région sera négativement affectée par la crise économique majeure provoquée par l'épidémie de coronavirus, mais les capacités budgétaires limitées de la plupart des pays de la zone ne leur permettront pas d'atténuer les effets de la pandémie sur l'économie via des injections massives d'argent public. De nombreux emplois seront détruits et les entreprises latino-américaines, notamment les PME, paieront un lourd tribut à cette épidémie.

Fragiles sur le plan économique, les pays latino-américains sont également très vulnérables sur le plan social. 31% des latino-américains sont pauvres, près de 11% vivent dans la misère et la région reste la plus inégalitaire au monde. L'entassement des plus défavorisés dans des logements insalubres, sans accès à l'eau courante, véritables nids à infections pour des maladies comme la dengue ou la tuberculose, rend illusoire les mesures de confinement. Celui-ci risque également de dégrader encore davantage les conditions de vie des personnes en situation de vulnérabilité sociale, dans un contexte où 53% des Latino-américains travaillent dans le secteur informel, qui constitue l'unique source de subsistance pour de nombreuses familles modestes. Si bien que des émeutes de la faim et des pillages ne sont pas à exclure dans ce sous-continent qui détient également le titre peu glorieux de « région la plus violente du monde ». Moins armées physiquement pour affronter la maladie, souvent exclus de l'accès aux systèmes de soins - « les pauvres mourront à la porte des hôpitaux », a récemment prédit le Dr Srougi, chirurgien brésilien très respecté -, les plus démunis subiront de plein fouet l'impact économique de la pandémie.
Plus fragmenté que jamais sur le plan politique

Dernière menace et pas des moindres : l'épidémie de coronavirus aura sans doute d'importantes répercussions sur la situation politique en Amérique Latine, déjà très éruptive, marquée par un profond rejet des élites et une tendance marquée au « dégagisme » (9 des 14 dernières élections en Amérique Latine remportées par l'opposition).

Provisoirement mis en sommeil sous l'effet des mesures de quarantaine, les « printemps latino-américains » pourraient resurgir une fois l'épidémie surmontée puisque les attentes des classes moyennes latino-américaines vis à vis de leurs gouvernants (en matière de biens publics collectifs et lutte contre l'insécurité et la corruption) restent entières. Et ces mêmes gouvernements seront également jugés sur leur capacité à répondre de manière responsable à l'épidémie.

A l'heure des comptes, le désaveu pourra toucher aussi bien des gouvernement progressistes et modérés que des leaders populistes aux tendances autoritaires. Indispensable pour endiguer la propagation du virus, la fermeture des frontières affectera lourdement les économies latino-américaines, mais pourrait également susciter des tensions entre pays de la région, confrontés à la crise migratoire sans précédent qui frappe le Venezuela. Ce qui devrait porter un rude coup à une intégration régionale encore très perfectible dans ce continent plus fragmenté que jamais sur le plan politique.

Or, comme l'a souligné très justement Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, dans une tribune récente appelant à un « plan à la hauteur du Plan Marshall », la pandémie actuelle requiert précisément un renforcement de la coopération internationale au plan sanitaire de la part des gouvernements qu'il exhorte à promouvoir des politiques communes et coordonnées. Souhaitons que les dirigeants des pays latino-américains, dont plusieurs travaillent activement depuis 20 ans avec l'OCDE, dont deux sont membres de l'organisation (Mexique et Chili) et plusieurs autres candidats à l'adhésion, entendent ce message de leur « hermano latinoamericano » (frères latino-américains).

Alexis Loyer
La Tribune / MCP, via mediacongo.net
624 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : États-Unis : Donald Trump exige des gouverneurs la réouverture immédiate des lieux de culte
AUTOUR DU SUJET

Coronavirus : le vaccin de l'Université d’Oxford menacé par la baisse du nombre de cas

Santé ..,

Coronavirus en Afrique du Sud: des syndicats s’opposent à la réouverture des écoles

Afrique ..,

Coronavirus à Bukavu: la commune d’Ibanda en confinement dès ce lundi et l’amande pour...

Provinces ..,

“Covigonum” un remède contre le coronavirus conçu par un laboratoire Beni, en étude à...

Santé ..,