mediacongo.net - Actualités - Alternance: un an après la « transition », une coalition sous tension



Retour Politique

Alternance: un an après la « transition », une coalition sous tension

Alternance: un an après la « transition », une coalition sous tension 2020-01-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/1-janvier/20-26/tshisekedi-felix-devant-diaspora-de-londres.jpg -

Le président Tshisekedi a envisagé pour la première fois de dissoudre l’Assemblée nationale, acquise à son prédécesseur Joseph Kabila.

La République démocratique du Congo (RDC) célèbre, vendredi 24 janvier, le premier anniversaire de l’investiture du président Félix Tshisekedi, sous le signe des tensions croissantes au sein de la coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila.

Le chef de l’Etat vient même d’envisager pour la première fois publiquement de dissoudre l’Assemblée nationale en cas de crise persistante avec ses partenaires au pouvoir, qui contrôlent le Parlement, avec de solides relais dans les forces de sécurité.

Proche de M. Kabila, la présidente de la Chambre basse, Jeanine Mabunda, lui a fermement répondu de ne pas jouer avec la Constitution, car toute personne « qui méconnaît notre loi fondamentale » peut être poursuivie pour « haute trahison ».

« Conséquences incontrôlables »

Il y a tout juste un an, une partie des Congolais et les diplomates poussaient un « ouf » de soulagement : sous pression depuis deux ans, Joseph Kabila remettait les armoiries de la République à l’opposant Tshisekedi, première transition sans effusion de sang depuis l’indépendance du pays, en 1960.

Selon les résultats des élections du 30 décembre 2018, Félix Tshisekedi était élu président et les pro-Kabila conservaient la majorité à l’Assemblée et dans les 26 provinces. Ces résultats ouvraient la voie à une « coalition » entre les deux hommes, négociée avant même le jour du scrutin.

Mais les deux partenaires ont mis neuf mois à s’entendre pour constituer un gouvernement pléthorique de 67 membres, dont les deux tiers sont des fidèles de Joseph Kabila.

L’enjeu portait sur le partage des ministères régaliens, les plus lucratifs, dans un pays où la politique et l’affairisme ne font qu’un, d’après de nombreux experts.

Une éventuelle dissolution de l’Assemblée avant les prochaines élections en 2023 « serait une bombe atomique », avec des « conséquences incontrôlables », estime l’expert Richard Moncrieff du cercle de réflexion International Crisis Group (ICG). « Tshisekedi a émis des menaces, mais son plan A, c’est de continuer la coalition avec Kabila », ajoute-t-il.

Habitués à ces jeux politiciens, les Congolais attendent eux de voir les résultats de l’alternance dans leur vie quotidienne, marquée par la pauvreté qui touche deux tiers des quelque 80 millions d’habitants. « Avec le président, on entend toujours des mots, des messages, des promesses, des discours à la Nation, mais les promesses ne se réalisent jamais », regrette à Kinshasa Jean-Yves.

Une commerçante, Gisèle Mbiya, salue tout de même « l’annulation des frais scolaires » en référence à la gratuité de l’enseignement primaire, la principale réforme mise en œuvre par le nouveau chef de l’Etat.

Sur le plan intérieur, « l’apaisement politique et social » est la plus grande réussite du président Tshisekedi, estime un diplomate en poste à Kinshasa. Ce qui n’empêche pas les autorités provinciales d’interdire parfois des manifestations de l’opposition, comme celle de Martin Fayulu le 17 janvier à Kinshasa.

L’opposant et ex-candidat voulait organiser une marche contre les massacres dans l’Est et la « balkanisation » de la RDC. Il revendique depuis un an la victoire à la présidentielle et accuse MM. Tshisekedi et Kabila d’avoir « fabriqué » des résultats.

« Apaiser les frictions régionales »

En un an, le pays est sorti de son isolement. Le président a multiplié les déplacements, notamment en Belgique, en France et aux Etats-Unis, dont l’ambassadeur à Kinshasa est son premier supporteur dans son rapport de forces avec Joseph Kabila.

Il a renoué de bonnes relations avec ses voisins, à commencer par le Rwanda et l’Ouganda, pour tenter de ramener la paix dans l’est de la RDC, où des dizaines de groupes armés entretiennent des conflits de basse intensité. « Le président Tshisekedi a compris que les questions de l’Est sont en partie des questions régionales », selon l’expert d'ICG. Il juge cependant « maladroite » l’idée du président de vouloir associer le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi à la lutte contre les groupes armés, « sous-estimant l’hostilité des habitants de l’Est envers les pays voisins ».

« Etant donné leur animosité croissante, ces trois pays, s’ils sont invités en RDC, pourraient augmenter leur soutien à des milices ennemies » comme ils l’ont souvent fait, estime ICG dans un rapport à paraître jeudi. « Tshisekedi devrait redoubler ses efforts diplomatiques pour apaiser les frictions régionales. »

Sous la pression des événements, le chef de l’Etat a tenu sa promesse d’installer l’état-major à Beni dans l’Est pour lutter contre le groupe armé ADF d’origine ougandaise.

Les ADF sont tenus responsables du massacre de 260 civils rien qu’en novembre et décembre 2019, selon une évaluation des Nations unies qui affirme en outre qu’en RDC, « 8 millions de personnes ont besoin d’assistance ».


Le Monde / AFP / MCP, via mediacongo.net
149 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Modeste Bahati reçoit les délégations du MLC, PALU, G26 et de l’AR

Politique ..,

Augustin Kabuya : "Il n’y a jamais eu une alternance pacifique en RDC"

Politique ..,

La plateforme politico-électorale « Alternance pour la République » réaffirme son...

Politique ..,

Lualaba: Inauguration le 30 juin à Kolwezi du tunnel baptisé “pont de l’alternance”

Provinces ..,