mediacongo.net - Actualités - Procès Kamerhe : la politique-business sur le banc des accusés



Retour Politique

Procès Kamerhe : la politique-business sur le banc des accusés

Procès Kamerhe : la politique-business sur le banc des accusés 2020-05-11
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/11-17/kamerhe_vital_20_03.jpeg -

Vital Kamerhe

Avec l’ouverture du procès de Vital Kamerhe, c’est une grande partie de la classe politique congolaise qui se retrouve sur la  sellette. Des politiques accusés depuis des décennies de corruption et de mauvaise gouvernance.

« La politique est un business comme les autres au Congo ». Cette expression devrait prendre tout son sens ce lundi au Tribunal de grande instance de Kinshasa. Pour la première fois dans l’histoire du Congo, un politique de premier plan sera entendu devant la justice pour détournement de fonds publics, passation de marchés de gré à gré et enrichissement illicite. Sur le banc des accusés : Vital Kamerhe, chef d’un puissant parti politique, l’UNC, allié de taille du président Félix Tshisekedi et omniprésent directeur de cabinet de celui-ci. Ce gros poisson de la politique congolaise, passé par le camp Kabila et la présidence de l’Assemblée nationale avant de basculer dans l’opposition et rejoindre Félix Tshisekedi, sera donc devant les juges pour répondre d’un mal qui ronge le Congo et l’empêche de se développer depuis des décennies : la corruption.

50 millions et un terrain pour sa belle-fille

Depuis le 9 avril dernier, Vital Kamerhe dort à la prison de Makala, en détention provisoire. Plusieurs demandes de liberté provisoires ont été déposées par ses avocats… en vain. Le 27 avril, le Parquet a estimé avoir réuni suffisamment de preuve pour ouvrir son procès le 11 mai. Trois principales charges sont retenues contre le directeur de cabinet de la présidence. Toutes sont rattachées au financement des travaux du programme des 100 jours, lancé en grande pompe après l’élection contestée de Félix Tshisekedi à la présidentielle de décembre 2018.

On reproche à Vital Kamerhe et Jammal Samih, l’autre co-accusé, le détournement de 48 millions de dollars « remis à la société Samibo SARL pour l’achat de 1.500 maisons préfabriquées dans le cadre du projet des logements sociaux ». Un autre détournement de 2,1 millions de dollars est imputée au directeur de cabinet. L’affaire concerne « l’achat de 3.000 maisons préfabriquées pour les policiers et les militaires de la ville de Kinshasa ». Enfin, on soupçonne Jammal Samih, d’avoir acheté un terrain de 5.000 m2 dans le quartier de Basoko, au profit de Soraya Mpiana, la belle-fille de Vital Kamerhe. L’achat de cette concession se serait effectué en contre-partie de l’attribution du marché des maisons préfabriquées.

Collusion politique et business

Au centre du procès, qui n’est que la partie immergée de la mégestion du programme des 100 jours, c’est en fait la collusion entre politique, business et services de l’Etat qui se retrouve sur la sellette. En cause : des dépenses publics hors de tout contrôle, de l’argent liquide qui circule en dehors du cadre légal et des acteurs qui se multiplient tout au long de la chaîne des dépenses de l’Etat. Personne n’est en effet capable d’effectuer une traçabilité précise des fonds alloués au programme d’urgence du président Tshisekedi. Dans ce flou plus ou moins artistique, l’argent prend des circuits parallèles et disparaît des radars pour se retrouver dans les poches de politiques ou de responsables d’entreprises privés ou publiques. La période d’intérim de plusieurs mois entre l’élection de Félix Tshisekedi et la mise en place du gouvernement explique cette gestion peu orthodoxe des fonds publics – comme le montre cette minutieuse analyse du Groupe d’étude sur le Congo (GEC).

Au coeur du procès Kamerhe, le volet politique jouera un rôle primordial. Car ce grand déballage devant une justice, qui jusque-là a fermer les yeux sur les détournements d’argent, n’a pu se faire que dans un contexte politique bien particulier : celui d’alliances contre-nature. Le climat de méfiance-défiance entre l’UDPS de Félix Tshisekedi et l’UNC de Vital Kamerhe, puis entre l’alliance CACH de Tshisekedi et le FCC de Kabila, a créé un climat délétère propice aux coups bas et aux dénonciations. La boîte de Pandore a été ouverte et personne ne sait vraiment comment la refermer… sans prendre de coups.

Déballage en direct à la télévision ?

Alors que les alliances UDPS-UNC et CACH-FCC battent de l’aile, au milieu c’est bien le président Félix Tshisekedi qui se retrouve fragilisé. Privé de Vital Kamerhe, le président congolais doit trouver un nouvel allié pour peser dans son bras de fer permanent avec Joseph Kabila. A l’UDPS, les déboires de Vital Kamerhe, perçu comme un intrus et un gêneur, ont plutôt été accueillis avec soulagement, trop content de s’être débarrassé d’un concurrent pour leur poulain à la présidentielle de 2023. Mais ce calcul à court terme pousse un peu plus l’actuel chef de l’Etat dans les bras de Joseph Kabila, qui regarde l’affaire Kamerhe en comptant les points. Mais les kabilistes devraient tout de même se méfier du procès Kamerhe.

Le procès du directeur de cabinet pourrait être l’occasion d’un grand déballage qui éclabousserait l’entourage de Félix Tshisekedi, mais aussi certains proches de Joseph Kabila. Le procès à huis clos de Vital Kamerhe devrait en effet être retransmis à la télévision. Ironie du sort, l’audience devrait être captée par Canal Futur, une chaîne proche de Kamerhe lui-même. En mettant la pression médiatique et en prenant les Congolais à témoin en direct à la télévision, Vital Kamerhe, pourrait retourner son procès en sa faveur et éclabousser quelques caciques au passage.

« Fouiner dans le passé »

Une folle rumeur, ce dimanche, a même fait croire à la révocation de Vital Kamerhe de son poste de directeur de cabinet par Tshisekedi. Un avertissement fort à la veille du l’ouverture de l’audience… qui s’est révélé être une fausse information. A cette guerre des nerfs, difficile de savoir qui peut sortir gagnant ou perdant. Une chose est sûre, si la justice veut sortir vainqueur de cette affaire, il lui faudra ne pas s’arrêter au seul dossier Vital Kamerhe, toujours présumé innocent, mais chercher plus loin et « fouiner dans le passé ». Mais cela, pour l’instant, le président Tshisekedi n’y semble pas encore disposé.

Christophe Rigaud
Afrikarabia / MCP, via mediacongo.net
8328 suivent la conversation
12 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

BIBI | GR3UJ9N - posté le 11.05.2020 à 23:59

Il y anguille sous roche.Ce silence de la présidence en dit long.Mais attention le retour de la manivelle peut se produire et les lignes bougeront. Par ailleurs et depuis plus d'un an maintenant on ne vit que des épisodes inédits dont les acteurs sont nos médiocres politiques et, bien sûr, sans cela apporte un bonheur quelconque au peuple.Il y a une limite en tout. Ce peuple qui regarde, observe, ne réagissant pas, finira par trouver un terrain favorable mis en place par toutes ces conneries. Je l'espère cette réaction un jour et le plus tôt serait le mieux car assez c'est assez et le pays ne cesse de cliver. DEBOUT CONGOLAIS.

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:22

...nous vous dévoilons en gros le model sur lequel est plus ou moins basé notre programme Ubuntu 2035 de réduction de pauvreté en Afrique. Le reste sont des centaines de pages de 17 ans de calculs, stratégies, plans, comme les stratégies uniques de cumul de fonds ou financement de l'éducation gratuite, etc., le tout fait au profit d'une famille stable. Nous le développerons ici au fur et à mesure que le temps et l'espace le permet. Mettons-nous donc au travail compatriotes et cessons avec les distractions. A bon entendeur, Salut !

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 11.05.2020 à 22:21

les proches de TSHILOMBO qui ses mêles de tout, de chaque fait divers depuis qu'ils occupent le palais y compris des nominations a des postes banales d’intérims ou de simple réunions covid,curieusement pour des millions des dollars eux qui venaient tout juste d'arriver aux affaires affamé cela n'as intéresser personne d'autres que Kamerhe, ils ont laisser Kamerhe seul gérer tout le pognons des millions de dollars, aucun proche de TSHILOMBO pour regarder,vérifier, voir même curieux de savoir comment sont dépensés ces millions qui sortais de la BCC ? ils nous prennent pour des veaux

Non 2
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:20

...fond qui leur permettra de commencer une activité sur cette terre (Champs, élevage, petite industrie, coopérative de plusieurs etc.) et encadrons les a produire et a repayer ces fonds pour permettre la distribution vers d'autres familles; construisons autour des groupements de familles une école, un centre de santé, un centre sportif, un centre des services gouvernementales et autres et surtout un centre machines, tracteurs et expertise pour prêter les outils de travail, les tracteurs pour aider à labourer, et expertise pour encadrer dans la production et éducation générale comme l'hygiène etc. Voilà, comme promis par l'organisation "Families Against Poverty International",...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:19

...l'individu et la société sont créés et nourris. Quand cette famille est stable et éduquée, la société en sort meilleure. Comment donc habiliter la famille ? Quel est le cadre idéal que nous pouvons pratiquement définir et auquel nous pouvons pratiquement nous atteler pour promouvoir une par une ou par centaines selon les moyens qui nous tombent et ceux dont nous possédons déjà, les familles Congolaises ? DONNONS a une famille une grande terre (Que nous avons en abondance) accessible par route, construisons y une maison de départ, donnons un fond qui sera déposé a la banque et qui permettra à la famille de vivre des intérêts qui en sortiront, donnons-leur un autre...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:17

...que l'on fait, où l’on va, quelque ce soient les petits moyens que nous avons à un moment, on sait que les moyens et l’effort iront vers quelque chose d'important, comme lorsqu’on construit sa maison brique par brique, cela donne la paix dans l'esprit, donne une raison de travailler, concentre les énergies, tait les distractions et motive. Il y a mieux : Il y a un cadre qui permet d'atteindre encore plus économiquement, en moins de temps, avec plus d'effets sur la société et donc moindre effort, et que nous pouvons prendre comme unité et cadre idéal de capture du développement que n’offre le seul individu : c'est la FAMILLE, cellule mère de la société ; où...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:16

...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:15

...aime dire que les grandes choses commencent petites, faisant certainement allusion à la façon dont il a commencé mais aussi pour dire en ce qui nous concerne que si notre objectif est de changer la vie de 80 millions de Congolais et bien il faut commencer par envisager changer 1 ; Il faut commencer par définir ce que signifie changer la vie de 1 Congolais, le cadre, et comment l’aider à maintenir cette vie dans le long terme et ensuite mettre en place le plan de multiplication de ce modèle, multiplication qui ne dépendra maintenant plus des moyens que nous pouvons y mettre au fur et à mesure que nous avançons avec le nombre. Ce qui est important est que lorsqu’on sait ce...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 11.05.2020 à 22:13

Parlons plutôt que du travail autour duquel nous devons TOUS nous atteler au lieu d'en faire la charge d'une seule personne; le travail que nos 24 000 milliards de dollars demande de TOUS pendant que nous impressionnons et nous distrayons nous-mêmes avec nos discours pessimistes ou ouvrons la porte dans les réseaux sociaux aux vautours étrangers pour nous dérouter avec leur propagandes de division, car donnez ces ressources a un autre peuple travailleur et les choses seraient bien différentes. Parlons donc développement ; que devons-nous faire exactement ? SUGGESTION : Le multimilliardaire prolétaire de la compagnie Amazon et l'homme le plus riche du monde aime dire que les...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Benoit kangoma | DL8NMG7 - posté le 11.05.2020 à 21:39

A Qui la faute

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 11.05.2020 à 21:21

JUSTICIER ressaisie toi ,dans un tribunal pas besoin d’être en tenue de prisonnier kamerhe ne pas encore un prisonnier il ne pas encore condamné,il est en détention préventive qu'on peut justifier aussi pour sa propre sécurité afin de le protéger et d'ailleurs souvent dans les procès les prévenues sont habillés correctement pour donner une belle image d'eux même devant les juges et les jurés

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JUSTICIER | 4TZW14P - posté le 11.05.2020 à 20:08

LA TENUE DE KAMERHE,QUEL PAYS : Comme du reste il en est pour les juges , magistrats et avocats, je croyais que la tenue de prison était réglementaire et bien décrite dans la législation carcérale comme dans tous les pays civilisés. Je me rends compte que au pays des COOPEs, de façon et avec impudeur et légèreté, chacun peut selon sa fantaisie, faire coudre un mélange hétéroclite de jaune bleu et rouge et venir parader, boutons NON FERMES, devant une cour à la tenue stricte :a AU PRESIDENT DE LA COUR . A REVOIR SVP POUR LA SEANCE DU 25 MAI

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Conférence des donateurs de l’UA : Félix Tshisekedi annoncé à Malabo
AUTOUR DU SUJET

Condamné à 20 ans de travaux forcés, David Blattner serait en Belgique

Société ..,

David Blattner condamné à 20 ans de travaux forcés

Société ..,

60ème anniversaire de l'indépendance: pas d'inauguration de sauts-de-mouton en ce jour du 30...

Société ..,

"L'affaire Kamerhe", un procès pour corruption au sommet de l'Etat qui interpelle toute l'Afrique

Afrique ..,