mediacongo.net - Actualités - Blooming Africa : quand la mode africaine durable s'invite à Paris



Retour Style et Beauté

Blooming Africa : quand la mode africaine durable s'invite à Paris

Blooming Africa : quand la mode africaine durable s'invite à Paris 2020-05-21
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/18-24/bloming_africa_mode.jpg -

Des stylistes africains faisant rimer désirabilité avec responsabilité vont bénéficier du pop-up parisien que s'offre Lago54, plateforme dédiée à la création made in Africa.

« Faire avec l'autre et s'affranchir de l'ethnocentrisme, telles sont pour moi les valeurs qui doivent motiver la mode aujourd'hui, surtout dans ce contexte de crise sanitaire mondiale », estime Emmanuelle Courrèges, initiatrice de l'agence et de la plateforme de création africaine Lago54, créée il y a trois ans, qui offre cette belle vitrine qu'est Blooming Africa à des stylistes africains. Cette Parisienne, née à Yaoundé, au Cameroun, a permis à des créateurs du continent de jouir d'une exposition en dehors de leurs frontières.

Parmi eux, Imane Ayissi, qu'on ne présente quasiment plus. En janvier 2020, le styliste camerounais est devenu le premier ressortissant d'Afrique subsaharienne à intégrer le calendrier officiel de la haute couture à Paris. Ses élégantes robes anoblies d'obom, tissu traditionnel camerounais créé à partir d'écorces respectueusement extraites d'un arbre issu des forêts, ont attiré l'attention de la presse mode internationale.

C'est en mêlant techniques artisanales ancestrales et respectueuses de l'environnement, utilisation de textiles écologiques et locaux, recyclage et sens de l'esthétique que les créateurs soutenus par la journaliste de formation parviennent à séduire les revendeurs, aujourd'hui soucieux de repenser la mode en pariant sur des marques engagées. C'est le cas du très chic concept-store parisien Centre commercial, qui accueillera, du 25 mai au 8 juin, sept griffes représentées par Lago54, toutes fabriquées sur le continent : du Cameroun à l'Afrique du Sud, en passant par le Ghana, le Mali, l'Éthiopie ou encore le Lesotho.

L'upcycling, un mode de vie ancestral pour l'Afrique

Montrer que l'on peut consommer moins mais mieux sans faire l'impasse sur le style, telle est l'ambition de cette opération baptisée Blooming Africa. Une réflexion amorcée bien avant la crise sanitaire liée au Covid-19 – laquelle a montré les limites de la mode industrialisée à grande échelle. Car Emmanuelle Courrèges reste convaincue que les marques africaines ont une carte à jouer dans la création durable. « L'upcycling (NDLR : le fait de recycler la matière existante et de la sublimer) n'est pas une tendance en Afrique, c'est un mode de vie ancestral », souligne celle qui a passé les vingt premières années de sa vie en Afrique de l'Ouest.

Cette économie de la mode dite circulaire, reposant sur le zéro déchet, a le vent en poupe dans l'industrie depuis la crise environnementale. Les créateurs africains l'ont bien compris. Pour eux, rien ne se perd et tout se transforme… même des épluchures de légumes pour en faire des teintures ou des betteraves pour créer des plastiques végétaux ! Un positionnement qui renoue avec le savoir-faire séculaire et qui puise aussi dans le meilleur des technologies modernes. Comme le prouve la marque Asha Eleven, créée par la Kényane Olivia Kennaway, mêlant textiles 100 % naturels ou recyclés et impression numérique.

L'importance du volet social

Mais c'est aussi à travers le volet social que ces créateurs s'engagent. « Aujourd'hui, on se soucie de la traçabilité des vêtements. On veut savoir qui les fabrique et dans quelles conditions », assure Emmanuelle Courrèges. Studio 189, marque cofondée par la Ghanéo-Ivoirienne installée à New York Abrima Erwiah – finaliste du programme Lexus Sustainable Fashion Initiative de la Fédération de la mode américaine –, s'inscrit dans cette démarche. « Nous créons plus que des vêtements, notre entreprise est sociale. Nous travaillons avec des communautés de jeunes couturières basées à Cape Coast, au Ghana, et revalorisons leur artisanat », se félicite l'entrepreneure. Cette dernière collabore aussi avec des artisans au Mali qui travaillent les teintures indigo selon des méthodes respectueuses de l'environnement à base de produits non chimiques.

Consommation responsable

« Dans ce contexte pandémique, il est encore plus important de savoir qui et ce qui se cache derrière la fabrication des vêtements que l'on porte, en optant pour des projets dont la chaîne de production est vertueuse », martèle-t-elle. Même constat du côté de LemLem, label créé par le mannequin éthiopien de renommée internationale Liya Kebede, dont les créations sont tissées à partir du motif traditionnel tibeb. « Nous souhaitons prouver que la mode peut être philanthropique », revendique le top modèle, qui a créé, via sa marque, une fondation pour aider les artisanes à se professionnaliser, et à accéder aux soins de santé maternelle.

La directrice artistique souhaite ainsi « montrer aux clients que leur consommation est responsable car elle a un impact social et écologique ». En cette période où le besoin de renouer avec la sobriété, la nature et l'humain n'a jamais été aussi urgent, ces créateurs africains prouvent qu'ils ont définitivement toute leur place dans la mode de demain.


Le Point / MCP , mediacongo.net
234 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les cosmétiques pour bébés nocifs pour leur santé
left
ARTICLE Précédent : Port obligatoire des masques : une opportunité d'affaire pour les couturiers à Kinshasa