mediacongo.net - Actualités - Après-Covid : "La RDC fera certainement face à une conjoncture économique de stagflation", Louis Watum 


Retour Economie

Après-Covid : "La RDC fera certainement face à une conjoncture économique de stagflation", Louis Watum

Après-Covid : "La RDC fera certainement face à une conjoncture économique de stagflation", Louis Watum 2020-05-27
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/18-24/watum-louis-fec-president-chambre-des-mines.jpg -

Louis Watum, le Président de la Chambre des Mines à la FEC.

Louis Watum, le Président de la Chambre des Mines au sein de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), s'est entretenu avec nos partenaires du magazine « Mining & Business » sur la situation actuelle de la RDC face au Coronavirus ainsi que les perspectives économiques du pays de suite de cette pandémie.

M&B : Comment analysez-vous la crise actuelle ?

Louis Watum : Comme dans plusieurs autres pays l’exécutif en RDC a d’abord tâtonné au début, car il faut l’avouer cette pandémie a surpris même les nations considérées comme championnes de l’anticipation et planning stratégiques, puis s’est ressaisi et a pris les mesures courageuses que nous connaissons.

L’une d’elles, non négligeable, a été la fermeture de nos frontières quelques jours à peine après l’apparition des premiers cas, sans attendre plusieurs semaines comme ce fût le cas en occident et en aux États-Unis qui paient un prix très lourd à ce jour;

-Elle n’épargne personne et va demander un recadrage de notre façon de travailler, faire des affaires, voyager et même vivre en société;

-Elle met les projecteurs sur la qualité des infrastructures hospitalières en général au pays qui laissent à désirer et nécessitent de gros efforts d’amélioration;

-Elle met également en évidence le fait que les mesures de riposte doivent tenir compte du contexte socio-économique particulier du pays.

Ainsi il est impératif que l’État prenne des mesures courageuses telles que la réduction de son train de vie, l’exonération partielle ou totale de certains secteurs de l’économie tels que l’importation des denrées de première nécessité, des produits pharmaceutiques et autres équipements nécessaires dans la riposte contre le covid-19 etc., ainsi que des mesures exceptionnelles d’assistance aux plus démunis.

Quelles en sont les conséquences pour la RDC ?

Louis Watum : Il y en a quelques-unes :

– L’économie du pays qui déjà ne se portait pas bien avant le Covid, sera frappée encore plus durement par les effets combinés de sa dépendance sur les revenus miniers qui constituent 20% du budget national, le ralentissement de la Chine qui consomme près de 90% du cuivre et cobalt que nous produisons, ainsi que la baisse des cours des métaux.

– L’autre choc négatif sur notre économie viendra du fait que l’État devra emprunter pour faire face à ses obligations en ce temps de crise, engendrant ainsi une augmentation de la dette publique et un risque d’hyperinflation au cas où il recourrait à la planche à billets.

– Il sied également de noter qu’une grande partie de nos biens de consommation sont importés. Les lockdowns imposés par plusieurs pays au travers desquels nos importations transitent font que même si l’importation des cargos est toujours permise les mouvements sont cependant fortement réduits suite à la mise en quarantaine de nombreux services affectés aux formalités administratives de transit, import et export, avec pour résultat une pénurie des biens de consommation sur le marché et une augmentation des prix qui va fortement éroder le pouvoir d’achat du consommateur.

– D’autres effets négatifs qui se font déjà sentir sont l’affaiblissement de l’entreprenariat ainsi que du secteur informel de l’économie suite aux mesures de confinement et distanciation sociale, ainsi que l’augmentation du chômage causant une aggravation de la pauvreté déjà insupportable pour nos populations

Comment voyez-vous l’après COVID ?

Louis Watum : Tout comme le reste du monde, après Covid la RDC fera certainement face à une conjoncture économique de stagflation. Le pays n’aura alors d’autres choix que de sérieusement et rapidement réfléchir à l’adoption des stratégies lui permettant de monétiser la reconstruction de son économie en recourant à ses ressources naturelles ainsi que son capital humain.

Cela sous-entend des fortes mesures d’éradication de la corruption qui est l’ultime poison. En effet 90 millions d’habitants ne peuvent pas tous souffrir à cause de la corruption d’un nombre restreint.

L’État devra également avoir le courage d’entreprendre les réformes économiques nécessaires qui permettront d’un côté de rendre le pays attractif aux investissements, et de l’autre d’assurer un développement durable ainsi qu’une croissance économique soutenue.

Enfin, je l’espère en tout cas, une prise de conscience par nos autorités sur la nécessité urgente de doter le pays d’infrastructures sanitaires adéquates, assurer l’autosuffisance alimentaire du pays, diversifier notre économie, renforcer nos capacités en milieu rural, notamment en matière d’éducation et d’infrastructures, inclure la femme en milieu rural dans l’économie formelle, et enfin, seulement enfin, savoir ce qu’on veut faire de nos minerais pour le développement de notre propre économie et non celle des autres.

Olivier Delafoy
Mining & Business / MCP, via mediacongo.net
1924 suivent la conversation
2 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

microKa | 6UEOR41 - posté le 27.05.2020 à 19:02

Il y a aussi la l'impérialisme culturel dont on ne parle jamais et qui fait tuer beaucoup de nos leaders patriotes et révolutionnaires comme Lumumba, Laurent Désiré Kabila, Thomas Sankara du Burkina Faso. Les citadins congolais mangent 80% des aliments importés, portent 100% des habits importés, c'est très grave. Les dirigeants gaspillent l'argent sur les dépenses de prestige et non pour améliorer les conditions de vie des populations du genre immeuble intelligent, sauts de moutons, maisons préfabriqués pour les militaires alors qu'ils sont dans la misère, etc.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! | ET86R2M - posté le 27.05.2020 à 18:15

Belle analyse Louis Watum! Je vois que si l'État veut une relance rapide de l'économie de la RDC il doit d'abord commencer par la CONSTRUCTION DES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES(dont toute la SOUS-TRAITANCE DOIT ABSOLUMENT ÊTRE CONGOLAISE); ensuite en CONSTRUISANT ET EN RELANÇANT LES INFRASTRUCTURES HOSPITALIÈRES , la RDC DOIT SE DONNER LES MOYENS DE SE DOTER D'UNE BONNE ADMINISTRATION POUR LA SÉCURITÉ DE SON PEUPLE DANS L'INTÉGRALITÉ DE LA RDC.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

Covid-19 : le centre de dépistage massif ferme ses portes ce 25 juillet

Santé ..,

Coronavirus: la production d'un vaccin pourrait débuter à la fin de l'été

Science & env. ..,

Coronavirus : le Japon accuse la Chine de "propagande" et "désinformation"

Monde ..,

Coronavirus dans le monde: retour aux restrictions dans de nombreux endroits du globe

Santé ..,