mediacongo.net - Actualités - Lutte contre la Covid-19 en RDC : la Société Civile note des failles inquiétantes 


Retour Société

Lutte contre la Covid-19 en RDC : la Société Civile note des failles inquiétantes

Lutte contre la Covid-19 en RDC : la Société Civile note des failles inquiétantes 2020-05-29
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/05-mai/25-31/coronavirus_depistage_afrique_20_00.png -

Le Cadre de concertation national de la société civile a apprécié les efforts du président de la république exprimés par les décisions « courageuses » prises récemment en vue de lutter contre cette pandémie (notamment la mesure ayant trait à l’état d’urgence, la gratuité de l’eau et de l’électricité en faveur des populations…) mais note des failles “inquiétantes”.

C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué de presse de cette plateforme des organisations et faitières de la société civile après des échanges et discussions des team leaders des groupes de travail thématique du Cadre de concertation national de la société civile (CCNSC-RDC) qui se sont focalisés autour du contexte de la maladie à Coronavirus (Covid 19) ainsi que la gouvernance actuelle en République démocratique du Congo.

Pour la société civile, ces décisions prises par le chef de l’Etat ont permis de limiter tant soit peu les dégâts.

Cependant, la société civile dit noter des failles inquiétantes qui risqueraient d’accentuer le spectre de fragilité en diluant tous les efforts déployés dans l’atténuation des effets de la pandémie pour atteindre la résilience.

Il s’agit notamment selon le Cadre de concertation national de la société civile :

1. La faiblesse du dispositif organisationnel liée aux multiples centres décisionnels ayant une implication néfaste dans la Coordination de la Riposte ;

2. Le manque d’une approche efficace de communication et de sensibilisation de proximité pour le changement de comportements (CCC), liée à la pandémie auprès des populations,

3. La non mise en contribution de l’Institut national des statistiques pour faire des enquêtes complémentaires objectives sur la base desquelles les orientations et décisions devraient être prises pour l’efficacité de la riposte avec des données désagrégées

4. La faible capacité de dépistage qui limite la publication des chiffres réels des malades confirmés, ce qui accroit le risque des malades qui s’ignorent. Jusqu’à ce jour, le dépistage Covid19 est polarisé, uniquement fait par l’INRB à Kinshasa.

5. Le manque d’études du rapport bénéfices/confinement. Cela aurait pu faciliter la prise des décisions adéquates quant au déconfinement pour éviter encore le mimétisme défavorable à l’atteinte des résultats

Il faut dire que toutes ces préoccupations et bien d’autres, assorties des recommandations ont fait l’objet d’un mémorandum adressé au Président de la République démocratique du Congo par la Coordination nationale du Cadre de concertation de la société civile, ce 29 mai 2020.

Parmi ses recommandations pour faire remédier à ces failles inquiétantes, la Société Civile de la RDC propose :

– Le déconfinement de la commune de la Gombe et le renforcement des mesures barrières afin de la reprise de la circulation des personnes et des biens au terme du délai de l’état d’urgence actuel,

– La prise des mesures courageuses par le Président de la République pour réduire le train de vie des institutions afin de suppléer au gap restant et impliqué le secteur privé dans le PPP pour la mise en œuvre des activités économiques et d’investissements prévus dans ce plan

– Pour l’organisation, il est plusqu’urgent de renforcer les capacités d’autres laboratoires en provinces pour augmenter la capacité de dépistage d’autant plus que la maladie se répand en douceur et à une vitesse exponentielle et que l’INRB se déploie dans toutes les provinces,

– La prise en charge globale et durable de la riposte en valorisant le Programme d’urgence multisectoriel d’atténuation des effets de la Covid-19 (PMUAIC 19) validé par le gouvernement qui propose une coordination des actions et prend en charge les aspects urgents, globaux et transversaux (multisectoriel), les provinces, la recherche, etc.

– L’éducation des masses pour faire face à la faiblesse dans la disponibilité des informations liées à l’hygiène des masques aux multiples usages expose les populations à la Covid-19, car rappelle l’organisation, les congolais devraient désormais apprendre à vivre avec la Covid-19.

Gracieuse Wany S.
MEDIA CONGO PRESS / Prunelle RDC
1857 suivent la conversation
15 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:39

Les entreprises qui fabriquent des autotests ne semblent donc pas toutes fiables, et le Royaume-Uni en a fait l’amère expérience en avril dernier : selon le New York Times, les autorités britanniques ont dépensé 20 millions de dollars pour deux millions de kits de test à domicile qui se sont finalement révélés inefficaces. Le patient peut être porteur du virus malgré un résultat négatif du test avant la séroconversion (niveau suffisant d'anticorps dans l'échantillon pour être détecté)",

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:33

Hormis la spécificité des tests, la progression de la maladie peut aussi expliquer pourquoi un test PCR est négatif alors que l’imagerie montre une pneumonie, puisque le virus n’est pas toujours excrété également dans toutes les parties de voies respiratoires, explique Dre Bestman-Smith. Au début de l’infection, la COVID-19 est surtout présente dans le haut des voies respiratoires, mais il arrive qu’il «migre», pour ainsi dire, dans les poumons

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:29

une jeune fille de 16 ans prénommée Julie souffrant « d’une petite toux » depuis une semaine, puis d’essoufflements, p Deux tests diagnostic au Covid-19, étaient négatifs, tandis qu’un troisième s’est révélé positif. Selon le directeur général de la Santé, le profeseur Jérôme Salomon, qui a annoncé la mort de la jeune fille : Julie a été victime d’une forme sévère du virus « extrêmement rare » chez les jeunes.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:23

Sur 100 patients testés négatifs, il est probable que 30 % d’entre eux soient infectés par le virus,. Cela ne veut pas dire que le test n’est pas bon mais que nous cherchons le virus au mauvais endroit, là où il n’est pas à toutes les phases de la maladi

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:22

Le virus ne se trouve pas dans le nez tout au long des différentes phases de la maladie », a précisé le virologue sur France Bleu. En revanche il est localisé plus en profondeur, dans les voies respiratoires supérieures, voire dans les poumons. Ce qui explique qu’on puisse obtenir un test négatif, un faux négatif en fait, chez un patient symptomatique, pourtant bien infecté. « Sur 100 patients testés négatifs, il est probable que 30 % d’entre eux soient infectés par le virus,. Cela ne veut pas dire que le test n’est pas bon mais que nous cherchons le virus au mauvais endroit, là où il n’est pas à toutes les phases de la maladie ».

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 22:19

Certains laborantins ou soignants prélèvent les sécrétions dans le bas du nez ou de la gorge, tandis que d’autres introduisent leur écouvillon plus en profondeur dans ces deux organes. Ce qui n’est pas très agréable mais semble améliorer la fiabilité du diagnostic. « quand on prélève dans le nez, on trouve 40 % de cas positifs, observe Anne Goffard, médecin virologue au CHU et à l’Institut Pasteur de Lille. Tandis que lorsqu’on prélève plus en profondeur, on en recense 80 % » chez les mêmes personnes

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:15

JE VOULAIS DIRE:EST CE QUE L INRB MAITRISE TTES CES SUBTILITES ;::!! Pauvres congolais l INRB SE CROIT au sommet des connaissances et elle sème la pagaille avec des FAUX NEATIFS VRAIS FAUX NEGATIFS POSITIFS NEGATIFS FAUX POSITIF VRAIS NEGATIFS selon le tête du client: VIP corrompu ou chayeur de zando:!!!!

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:09

EST CE QUE L INRB MAITRISE TTES CES SENSIILITES,;::!!!.;:::

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:07

. Vous avez presque une chance sur deux de ne pas être détecté, quand bien même vous faites ce test sérologique lQuel est le taux d'erreur? La proportion de faux négatifs porterait aujourd'hui sur environ 5% des tests les plus performants, mais elle pourrait grimper jusqu'à 40% de ceux de moins bonne qualité

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:06

En attendant les résultats sur leur fiabilité, "les tests sérologiques ne sont pas recommandés pour le dépistage", indique le site du gouvernement. La proportion de faux négatifs pourrait grimper jusqu’à 40% selon les tests, a estimé le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse, le 19 avril.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:05

SUITE Quel est le taux d'erreur? La proportion de faux négatifs porterait aujourd'hui sur environ 5% des tests les plus performants, mais elle pourrait grimper jusqu'à 40% de ceux de moins bonne qualité, avait pointé le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 19 avril. Mais il y a aussi le risque de « faux positifs » qui donne l'assurance à une personne qu'elle a été malade et se croit immunisée alors qu'elle ne l'est pas

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme | 92D3XD4 - posté le 29.05.2020 à 21:02

En attendant les résultats sur leur fiabilité, "les tests sérologiques ne sont pas recommandés pour le dépistage", indique le site du gouvernement. La proportion de faux négatifs pourrait grimper jusqu’à 40% selon les tests, a estimé le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse, le 19 avril. Vous avez presque une chance sur deux de ne pas être détecté, quand bien même vous faites ce test sérologique lQuel est le taux d'erreur? La proportion de faux négatifs porterait aujourd'hui sur environ 5% des tests les plus performants, mais elle pourrait grimper jusqu'à 40% de ceux de moins bonne qualité, avait pointé le ministre de la Santé,...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Hama | AXLM1XA - posté le 29.05.2020 à 20:44

Hier, j'ai suivi le premier ministre français Édouard Philippe. J'ai admiré l'approche des décisions de déconfinement basée sur des critères statistiques a la fois sur les plans social et sanitaire. Le gouvernement de la RDC et l’équipe de la riposte s'appuient sur quels critères de gestion de la pandémie relative au covid-19? La RDC n'est pas un village ou un ménage a gérer avec tâtonnement.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Hama | AXLM1XA - posté le 29.05.2020 à 20:43

Avec au moins 100 nouveaux cas par jour depuis le 19 mai 2020 (173 cas pour la seule journée d'hier, bientôt 3.000 cas), la RDC est parmi les quelques pays au monde qui enregistrent la moyenne la plus élevée de contamination journalière au covid-19. Et avec ça, Dr Eteni Longondo affirme que l’évolution de la riposte est très positive et encourageante!

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Hama | AXLM1XA - posté le 29.05.2020 à 20:42

L’hécatombe arrive, 2.833 cas confirmés de covid-19 depuis le 10 mars, une progression d'au moins 100 nouveaux cas par jour depuis le 19 mai, tâtonnement dans la riposte, affairisme dans la gestion, indifférence des dirigeants face a cette expansion exponentielle, ouf, qui délivrera mon pays de la main des incompétents et des affairistes (on nous avait dit que le pays a été choisi - par qui?- pour des expériences d'un vaccin!!!!!)?

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Covid-19 : le centre de dépistage massif ferme ses portes ce 25 juillet

Santé ..,

Coronavirus: la production d'un vaccin pourrait débuter à la fin de l'été

Science & env. ..,

Coronavirus : le Japon accuse la Chine de "propagande" et "désinformation"

Monde ..,

Coronavirus dans le monde: retour aux restrictions dans de nombreux endroits du globe

Santé ..,