mediacongo.net - Actualités - Kikwit : des avis croisés après la condamnation de Vital Kamerhe 


Retour Provinces

Kikwit : des avis croisés après la condamnation de Vital Kamerhe

Kikwit : des avis croisés après la condamnation de Vital Kamerhe 2020-06-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/06-juin/22-28/kikwit_grand_marche_20_00.jpg Kikwit, Kwilu-

A Kikwit, ville économico-politique de la province du Kwilu dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) des commentaires continuent à émerger dans des ménages, dans les rues et au niveau des places publiques.

Joies et indignations s’entremêlent suite à la condamnation de Vital Kamerhe à 20 ans de travaux forcés et à l’interdiction, pendant 10 ans, de droits de vote et de droits d’éligibilité.

«Ce verdict est vraiment le premier dans notre pays pour un haut cadre de la République depuis son accession de la RDC à l’indépendance et à la souveraineté nationale et internationale», se réjouit Pascal Lolota, un des enseignants rencontré au niveau du grand marché dans la commune de Lukolela.

Selon lui, la RDC commence à donner des signes d’un Etat de droit tant réclamé pendant des années pour le bien –être de la population qui croupit dans une misère noire. «Qu’avons-nous fait pour demeurer dans ces conditions inhumaine ?», s’interroge-t-il.

«Pendant que plusieurs fonctionnaires de l’Etat reçoivent un salaire suicidaire et que plusieurs nouvelles unités restent impayés, des millions de dollars prennent des voies détournées. Ce cas de Vital doit servir de leçon pour les autres», commente, de son côté, Françoise Mukungu, vendeuse en ville basse.

Elle suggère que le même rythme puisse descendre jusqu’au niveau des provinces, des territoires, des secteurs, des villes et communes.

Par contre, pour Benoit Musolokoto, un des cadres des mouvements associatifs de défense des droits humains, le tribunal devait atténuer les différentes sanctions à l’endroit de ce haut cadre.

«Si c’était moi, j’allais le condamner à trois ans de servitude pénale et à la confiscation de la moitié de ses ressources financières et ses biens matériels. Car il a aussi droit à la vie», estime-t-il en regrettant.

Presque même son de cloche de la part de Claudine Nkototwe, vendeuse à Kazamba : «Mais pourquoi l’on doit confisquer l’argent d’Amida Kamerhe ? L’on pouvait laisser cette argent pour que la femme puisse se débrouiller afin de nourrir le monsieur qui est en prison», déclare-t-elle.

Badylon Kawanda Bakiman (Correspondant à Kikwit)
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
535 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Affaire des 100 jours : Maître Jean-Marie Kabengela, l'un des avocats Vital Kamerhe, sous pression

Société ..,

Beni : l’UNC demande à Félix Tshisekedi de déposer une plainte contre le ministère public,...

Politique ..,

Le procès contre Kamerhe reporté au 21 août ! Les enfants du leader de l’UNC dans la rue

Société ..,

Kamerhe : le procès reprend sur fond des manifestations populaires de soutien !

Société ..,