mediacongo.net - Actualités - Après le déconfinement, perspective d’une nouvelle ère pour les demandes le héros national Simon Kimbangu connu sommairement des intellectuels congolais

prev
next


Retour Religion

Après le déconfinement, perspective d’une nouvelle ère pour les demandes le héros national Simon Kimbangu connu sommairement des intellectuels congolais

Après le déconfinement, perspective d’une nouvelle ère pour les demandes le héros national Simon Kimbangu connu sommairement des intellectuels congolais 2020-07-07
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/07-juillet/6-12/Kimbangu.jpg -

Une décennie jour après jour, le prophète Simon Kimbangu a été élevé au statut de héros national. C’était le 30 juin 2010, sous l’ancien président de la RDC, Joseph Kabila Kabange. En effet, le plus vieux prisonnier de tous les temps (ayant passé trois décennies dans les geôles de l’Administration coloniale belge), n’est pas étudié à l’école, faute de figurer dans le programme officiel de l’enseignement. L’on ne s’étonnerait pas que même des titulaires du cours d’histoire dans le contexte congolais, fassent preuve de bribes de connaissances sur le prophète congolais, son parcours, son héritage. Pour les intellectuels d’obédience kimbanguiste, la réalité est tout autre, comme le justifie à bon escient un adage bantou : ‘’on ne demande pas à celui qui est dans la rivière s’il a les mains ou les pieds mouillés’’.

‘’Moyindo akokoma mundele, mpe mundele akokoma moyindo’’

Dans maints milieux congolais non voués à la foi kimbanguiste, le prophète est connu par cette prophétie lui attribuée : ‘’Moyindo akokoma mundele, mpe mundele akokoma moyindo’’ (traduire littéralement : le noir deviendra blanc et ce dernier deviendra noir). Le prophète qui a connu les affres du colonialisme, avait reçu des assurances de la part de l’Entendement supérieur, selon lesquelles l’identité de l’être noir évoluerait dans le temps. Il ne lui appartenait donc pas de taire pareille mise en confiance. Aussi a-t-il livré cela à la postérité en ces termes prophétiques, pour dire : tenez bon, car l’heure vient, où la cohabitation permettra, un jour, que les parties en présence (Blancs et Noirs) se découvrent mutuellement. Et, le cas échéant, s’acceptent mutuellement, se regardent dans les yeux, se complètent au besoin, se pardonnent s’il le faut. C’est la considération mutuelle. L’ancien président Jacques Chirac avait dit la même chose en d’autres termes, lorsqu’il a affirmé : ‘’Il n’y a pas de hiérarchie de cultures’’. Ceci pour faire comprendre qu’à chaque peuple son identité. 

Simon Kiangani Loti (responsable scolaire, écrivain, homme de culture) :

Son point de vue qui suit a été recueilli et publié au lendemain du 30 juin 2010, donc une décennie plus tôt, dans L’Avenir). Je dirais d’emblée que cela n’est pas une faveur accordée uniquement au peuple kongo. Car l’être Kimbangu ou la personne de Kimbangu va au-delà de la dimension nationale. C’est même un honneur continental ou planétaire. Parce que les valeurs prônées par ce grand être ont survécu à sa mort. Dieu l’a envoyé pour les hommes, non seulement pour les Africains ; pour les hommes, pour ramener les Africains parmi les hommes, pour dire aux autres hommes qu’ils ne sont pas les seuls à être des hommes. Cela ne va pas s’arrêter-là ; mais va jusqu’à défier les temps. Car nous passerons et ceux qui nous suivront passeront. L’humanité, tant qu’elle sera, cette valeur humaine demeura.

Donc, le fait de l’avoir décoré à notre niveau de la nation voudrait dire aux autres qu’il est né ici, qu’il a évolué ici. Mais au-delà de ces murs nationaux, c’est un être qui appartient à la planète et que toute valeur qu’il a prônée peut être récupérée partout, à travers le monde. C’est au même titre que les Gandhi, Bouddha, Mahomet, Jésus… Toutes ces grandes figures. Que cette reconnaissance posthume intervienne 50 ans après l’accession du pays à l’indépendance, là n’est pas le problème. Chaque chose a son temps. L’histoire par définition, s’écrit toujours après les événements.

Lorsque les événements ont eu lieu, le monde prend toujours du recul, avec l’expérience, avec la vie au quotidien, pour pénétrer le sens de certaines actions. Si les Congolais comprennent aujourd’hui, aussi l’homme politique qui devait faire l’impulsion comprend aujourd’hui, il faut applaudir pour lui. Ce n’est jamais tard de reconnaître une valeur. 

"Black lives matter", c’est avec de la hauteur mentale que les noirs abordent la contestation

L’extrait de l’article qui suit est tiré de la revue Topic de 1971, jadis distribuée par le biais des Ambassades des USA en Afrique. En effet, la mort par asphyxie de George Floyd, voilà deux mois, de suite de la brutalité policière dans les rues de Minneapolis, a relancé une lutte de longues dates contre le racisme et le ségrégationnisme au pays de l’Uncle Sam : "Aux années 30, le Noir qui réussissait à décrocher un emploi de chauffeur ou de domestique se sentait plein de reconnaissance. Aujourd’hui, les Noirs réclament à grands cris que l’un des leurs fasse partie du cabinet présidentiel. Ce sont là des changements énormes si l’on examine de près le chemin parcouru; ils ne sont certes pas le fruit de la simple bonté d’âme ou de l’obéissance à quelque instinct religieux ". 

En effet, la dynamique "Black lives matter" découlant de la contestation après l’odieux assassinat, est entrée en danse. Dans plus d’un pays, des jeunes (indistinctement de leurs races), ont agi comme un seul homme, renversant ou menaçant des monuments qui font penser à des héros de la traite des esclaves, du colonialisme, du racisme. Les médias du monde l’ont constaté, les réseaux sociaux aussi, que c’est avec de la hauteur mentale acceptable que les Noirs ont abordé la contestation à travers le mouvement su-évoqué : "Black lives matter". Comme on le comprend, dans une lutte transgénérationnelle, chaque époque pose ses jalons, n’en déplaise aux artisans de la covid 19 qui agissent, eux, dans le cadre de l’entendement inférieur. 

 

Payne
Groupe l'Avenir / MCP, via mediacongo.net
2166 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Kongo Central : contribution de l’Assemblée provinciale à l’érection du musée de l’église Kimbanguiste à Nkamba