mediacongo.net - Actualités - Tribune : l’arrestation de Henry Maggie du PPRD, est l’instauration d’un Etat de terreur et d’instrumentalisation politique de la justice (Popol Badjegate)



Retour Politique

Tribune : l’arrestation de Henry Maggie du PPRD, est l’instauration d’un Etat de terreur et d’instrumentalisation politique de la justice (Popol Badjegate)

Tribune : l’arrestation de Henry Maggie du PPRD, est l’instauration d’un Etat de terreur et d’instrumentalisation politique de la justice (Popol Badjegate) 2020-08-04
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/08-aout/03-09/prison_henri_magie.jpg -

Le vice-président national de la ligue des jeunes du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, parti cher au président de la République honoraire Joseph Kabila, M. Henry Maggie Walifetu, a été arrêté comme dans un film d’action le 16 mai 2020 par plus ou moins 50 militaires cagoulés et lourdement armés, venus dans plus ou moins 8 Jeeps prado de couleur noire et 6 pick-up pendant qu’il sortait d’un super marché de la place à Kinshasa Gombe. L’événement s’est déroulé aux environs de 13h.

Arrêté dans ces conditions dégradantes, Henry Maggie Walifetu a été cagoulé, trimballé et interrogé par des gens non autrement identifiés et à plusieurs endroits inconnus du fait qu’il était cagoulé.

Cinq heures du temps après, il sera jeté à l’IPKIN, soit aux environs de 17h, comme l’indiquait la montre du bureau où il a été mis sous la table.

Vers 19h, il voit apparaître un OPJ qui va cette fois le sortir sous la table pour l’interroger. C’est alors que Henry Maggie va poser la question de savoir où se trouvait-il. Le fameux OPJ va lui dire qu’il était à l’IPKIN, avant de prendre un papier et un stylo pour commencer à l’interroger.

Henry Maggie posera la deuxième question de savoir pourquoi il a été arrêté et quoi lui reprochait-on. L’OPJ va lui répondre qu’il ne sait pas de quoi il s’agit mais qu’ill était chez lui à la maison et qu’il a été urgemment appelé afin de l’auditionner pour avoir offensé le chef de l’État Félix Tshisekedi.

Henry Maggie va finalement poser une dernière question de savoir qui était le plaignant. L’OPJ va lui dire qu’il s’agit d’une instruction émanant de sa hiérarchie.

L’OPJ va alors l’auditionner partiellement juste comme pour “régulariser” son arrestation pour finir par le mettre en garde à vue.

Le jour suivant, soit le dimanche 17 mai 2020, sans rien mettre sous la dent, Henry Maggie passera toute la journée seul dans ce local de l’IPKIN jusqu’à 17h, heure à laquelle il sera de nouveau interrogé.

Le lendemain, soit le lundi 18 mai 2020, Henry Maggie va user d’une malice divine pour atteindre la hiérarchie de son parti politique, le PPRD, ainsi que ses camarades avocats.
C’est ainsi que va se dépêcher à l’IPKIN, Me Popol Badjegate, avocat près la cour d’appel, qui sera suivi par le Président national de la ligue des jeunes du PPRD, Monsieur Serge Kadima; ils vont trouver Henry Maggie devant l’OPJ pour une troisième audition.

L’avocat posera à l’OPJ la question de savoir sur base de quelles pièces de procédure son client a été arrêté. Ce dernier répondra qu’il y avait un mandat d’amener.

L’avocat va alors exiger la présentation dudit mandat pour que soit respectée la procédure, mais hélas, l’OPJ va passer outre en procédant à la troisième audition.

Cette audition tournera autour des émissions que Henry Maggie Walifetu avait tourné avec le journaliste Perro Luwara. Pour des émissions ayant duré plus de 2 heures, c’est une séquence de 5 secondes qui va être présentée, à l’aide d’un téléphone amené pendant l’audition par une personne venue d’ailleurs, comme pièce à conviction à charge.

Dans cette séquence, Henry Maggie Walifetu donnait son opinion sur la coalition FCC-CACH en affirmant que c’était une “coop” voulue et entretenue par l’autorité morale du FCC, Joseph Kabila Kabange, et que pour lui, il estimait que Ramazani Shadary et Félix Antoine Tshisekedi étaient les candidats du président de la République honoraire Joseph Kabila.

Voilà, hélas, la raison qui a amené Henry Maggie en prison.

Après son audition du lundi 18 mai 2020, Henry Maggie va être transféré au Parquet près la Cour d’appel de kinshasa/Gombe. Au Parquet, il a été constaté que toutes les dispositions avaient déjà été prises pour une procédure d’urgence à l’égard de ce kabiliste josephiste, M. Henry Maggie Walifetu.

Juste 40 minutes après son arrivée au parquet Général près la Cour d’Appel de kinshasa/Gombe, le dossier a été attribué à un avocat général qui va directement procéder à l’audition de Henry Maggie en présence de 10 avocats expérimentés de notre pays.

Pour confronter Henry Maggie aux faits mis à sa charge, le magistrat instructeur du dossier va demander aux avocats de Henry Maggie de revenir le lendemain soit le mardi 19 mai pour une audition en attendant pour lui de récupérer les différentes vidéos des émissions enregistrées par Henry Maggie Walifetu à travers lesquelles, il avait tenu des propos présumés “offensants” à l’égard du chef de l’État.

Rendez-vous pris, en sortant du Palais de Justice, les avocats vont constater un dispositif policier dans des jeeps avec des messieurs en costume et lunettes noires.

Curieux de savoir de quoi il s’agissait, ils vont voir Henry Maggie être escorté par les APJ jusqu’à le livrer auprès de ces derniers.

Juste après, ils vont apercevoir le magistrat instructeur qui lâchera une phrase disant : “Maîtres, indépendamment de ma volonté, nous allons continuer l’instruction au CPRK car votre client vient d’être mis sous mandat d’arrêt provisoire”.

Présenté en chambre du conseil 5 jours après sa mise en détention préventive, ses conseils vont solliciter, moyennant caution, sa mise en liberté provisoire du fait que sa fuite n’était pas à craindre, son identité était connue, et qu’il n’existait contre lui aucun indice sérieux de culpabilité. En violation du code de procédure pénale, le juge va proroger de 15 jours sa détention.

Un jour après, le dossier Maggie va être fixé devant le Tribunal de Paix de la Gombe.
A la première audience, l’affaire a été instruite et plaidée malgré la demande d’une courte remise sollicitée par les avocats de Henry Maggie.

C’est ainsi que le 9 juillet 2020, Henry Maggie va être condamné à 18 mois de prison pour “offense envers le chef de l’Etat Félix Tshisekedi”.

Tels sont les faits de cette affaire politico-judiciaire de la honte.

L’impératif du respect de l’État de droit

Face à cette dérive, nous “n’accepterons pas qu’on réduise la liberté d’expression et de penser d’un citoyen, quelles que soient son appartenance politique ou ethnique,sa religion ou sa couleur de peau”.

L’arrestation arbitraire du compatriote Henry Maggie Walifetu et sa condamnation cavalière au premier degré sont inadmissibles dans un État voulu de droit et démocratique.

Il a été arrêté irrégulièrement par des hommes lourdement armés alors qu’en Ituri les frontières sont poreuses et nos compatriotes y meurent tous les jours.

Nous condamnons l’instauration d’un état de terreur et toutes sortes d’instrumentalisation politique de la justice.

Nous tenons à rappeler que la justice doit être indépendante et la liberté d’expression vaut son pesant d’or dans une démocratie.

Nous assistons aujourd’hui à la mort du droit de l’hommisme en République Démocratique du Congo.

C’est pourquoi nous en appelons à un monitoring de la MONUSCO, des agences de l’ONU et des ONGS spécialisées en cette matière (Commission des droits de l’homme de l’ONU, le FIDH, le BCNUDH,…) de prendre à bras le corps le dossier Henry Maggie.

Nous tenons à féliciter l’ONG Human Rights Watch pour son implication bien qu’encore timide dans ce dossier purement politique.

Henry Maggie Walifetu a été condamné au premier degré à 18 mois de prison et à une amende de 500.000 FC.

Il a interjeté appel mais, hélas, nous constatons que le décor du juge d’appel est déjà planté.

Nous dénonçons fermement cette justice de deux poids deux mesures qui vide de sa substance l’État de droit, devenu un slogan politique creux.

Nous constatons avec regret le silence absolu des organisations non gouvernementales nationales dites des droits de l’homme, dont l’ACAJ et l’ASADHO et ainsi que de tous les mouvements dits citoyens dans l’affaire Henry Maggie.

Nous sommes tous égaux devant la loi. Face à la menace autocratique grandissante,il faut sauver l’État de droit et la démocratie en République Démocratique du Congo.

Me Popol Badjegate, avocat près la cour d’appel de Kinshasa


alaunerdc / MCP, via mediacongo.net
4858 suivent la conversation
20 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Bevibel | ETHQXJ8 - posté le 05.08.2020 à 14:01

Le mal du politicien congolais est d’être égoïste et aveugle à la situation du moment. Comment des gens qui pendant 18 ans ont dévoré et violé la constitution. Arrêtant et emprisonnant qui ils voulaient hier à leur guise soient surpris aujourd'hui d'être arrêté ? Vous avez hier transformé KABILA en un Dieu devant lequel professeurs d'université, magistrats, sages se mettaient en rang pour le saluer. Vous n'avez encore passé que 2 ans que vous piaillez pour un oui ou un non.

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 05.08.2020 à 00:12

(Suite) le noir c'est le contraire du blanc, le mal c'est le contraire du bien. Alors Tshilombo devrait être le bien. Mais, mais, ses fans justifient désormais le mal par le mal cda mais Kabila..si c'était mal avant même acte, c'est aussi mal aujourd'hui. Si quelqu'un pense que c'est bien aujourd'hui alors c'était bien sous Kabila.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 05.08.2020 à 00:05

Ceux qui évoquent à tout moment,mais Kabila a son temps, ou respect des lois eecc ne savent pas que veut dire état des droits. Vous savez, aux USA lorsqu'on vous arrête il y'a une formule d'arrestation que le policier qui vous arrête est ténu de prononcer pour le respect des vos droits. Dans le cas ou le policier oublie de lire cette formule, l'arrestation est annulée. Tshilombo devait faire le contraire de ce qu'on reprochait à Kabila, autrement le tort est plus lourd. On ne justifie pas le mal par le mal, mais par le bien.

Non 14
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya | T6L7OKA - posté le 05.08.2020 à 00:04

Ceux qui évoquent à tout moment,mais Kabila a son temps, ou respect des lois eecc ne savent pas que veut dire état des droits. Vous savez, aux USA lorsqu'on vous arrête il y'a une formule d'arrestation que le policier qui vous arrête est ténu de prononcer pour le respect des vos droits. Dans le cas ou le policier oublie de lire cette formule, l'arrestation est annulée. Tshilombo devait le contraire de ce qu'on reprochait à Kabila, autrement le tort est plus lourd. On ne justifie pas le mal par le mal, mais par le bien.

Non 8
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 04.08.2020 à 22:20

MESO MBWAKI: MUKENDI n'est il pas mort dans les mêmes circonstances que les morts du 09 juillet dans les manifestations organisés par l'UDPS ? pourquoi vous n'accusez jamais Tshilombo ? la tribu avant tout,les policiers tués ils sont moins congolais ou moins humains que ROSSY MUKENDI érigés en drapeau de la RDC ? arrêtez votre escroquerie sur l'affaire MUKENDI et les autres morts vous les balubas,les morts du 09 juillet fument encore sous terre ,vous ne parlez que de ROSSY MUKENDI sans doute tuer pour des manipulations et chantages politique

Non 9
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Meso Mbuaki | 9KYSFK8 - posté le 04.08.2020 à 20:25

Mr Henry Maggie , lui au moins écope "seulement" de 18 mpois de prison et grâce aux brillantes plaidoiries comme celle-ci ne les purgera pas entièrement . Certains n'ont pas eu sa chance . je pense à Luc Nkulula , Therèse Kapangala , Armand Tungulu , Rossy Mukendi , et tant d'autres qui n'ont pas eu droit une justice même imparfaite .

Non 5
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Meso Mbuaki | 9KYSFK8 - posté le 04.08.2020 à 20:13

Supposons qu'Henry Magie dit la vérité : Tshilombo a obtenu 13% des voix mais c'est le PPRD et le président Kabila qui ont decidé de lui donner le pouvoir. Qui a organisé les élections ? qui a ordonné à Nangaa de ne pas respecter le vote des congolais ? qui n'a pas respecté le serment devant la nation ? la réponse à ces questions nous montre qui a vraiment trahi le pays .

Non 10
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BOZINDOK | TBQO4PQ - posté le 04.08.2020 à 14:59

Le décors est déjà planté pour un état tribalo-dictatorial. Pour des cagoules pour arrêter un simple monsieur? Où est le fameux état de droit tant vanté pour faire une guerre d'acharnement politique? Où la liberté d'expression? Mediacongo merci pour cette publication sinon personne ne devait savoir ce qui se passe sous coulisse d'un état présumé de droit. Ailleurs dans les Etats de droit, on dessine même des présidents en guignols. C'est inacceptable. Certes nous avons besoin des policiers forts pour mettre hors d'état de nuire tous ces bandits à mains armées qui ne cessent de traumatiser la population au lieu de s'acharner sur un simple citoyen. A-t-on rejeter l'adage...

Non 11
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
enferrdc | UVJ9J7C - posté le 04.08.2020 à 13:59

la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 04.08.2020 à 13:32 Je ne suis pas de L'udps ensuite je suggère à ce journaliste que sa publication serait plus utile à un avocat devant les instances judiciaires que devant nous les lecteurs qui ne pouvons infirmer ni confirmer le scenario qu'il a decrit dans cet article.

Non 10
Oui 18
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 04.08.2020 à 13:32

enferrdc | UVJ9J7C - posté le 04.08.2020 à 12:33 si il fallait remplacer JKK pour faire comme ou pire que lui a quoi servait vos marches?

Non 23
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 04.08.2020 à 13:22

ce que tout ignorant au pouvoir peut faire les arrestations, ça ne demande rien juste un coup de fil chez un commissaire de police de la tribu qui envoie aussitôt les frères policiers aller humiliés une personne parce qu'il dit des vérités qui dérangent la cour de Tshilombo, pour l'économie et le sociale on entends jamais ces gens ,dans tout les pays pendant cette période c'était les ministres de l'économie ,finances et ceux des affaires sociale qui étaient en vedettes sauf en RDC ou n'as jamais entendue la ministre de l'économie a part les fanfaronnades de Kabund et Kabuya, il faut chasser Tshilombo du pouvoir

Non 25
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JUSTICIER | 4TZW14P - posté le 04.08.2020 à 13:22

Avec SHINA RAMBO le 20 de chqe mois AU PLUS TARD les millions de fonctionnires, militaires et policiers que compte la RDC étient payés AUJOURDHUI, juste pour prétendre stabiliser la monnaie vous BLOQUEZ la paie en affamant des dizaines de millions de dépendants de cette paie.SANS ces FRANCS CONGOLAIS sur le marché,c'est normal que le Dollars baisse.Si réellemment vous maîtrisez les cours du FC ,pourquoi il ya 4 jours lors du Conseil , votre patron n'avais ps annoncé"Dès lundi le dollars va baisser de..x."" AFFAMER DES MILLIONS DE PERSONNES EST UN CRIME GRAVE POUR LEQUEL VOUS TOUS MANDTAIRES A LA BCC SEREZ TOUS JUGES TRES BIENTOT

Non 15
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le Patriote Congolais | GBBRJT2 - posté le 04.08.2020 à 13:13

Bon! De toutes les façons ce monsieur avait dit la vérité d'une manière "non respectable", et ce qui est vrai il a directement choqué Mr Félix TSHILOMBO. Avec ses propos, on pourrait l’interpeller mais la façon dont on a procédé, la procédure n'a pas été respectée et cela a été suivie d'une peine imaginaire ayant trait à une émotion.

Non 5
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
enferrdc | UVJ9J7C - posté le 04.08.2020 à 12:33

(alaunerdc / MCP, via mediacongo.net) Un long article comparable à une plaidoirie d'un avocat. Ce Monsieur est journaliste ou avocat? Je me demande si tu étais où quand Kalev et consort torturaient des innocents comme CHEBEYA et nombreux autres citoyens congolais à travers les cachots et autres lieux secrets à travers le pays, rien que pour avoir osait reclamé un droit légitime comme les élections.

Non 13
Oui 19
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
KALUMBA | TR57OBY - posté le 04.08.2020 à 11:48

Les talibans confondent la VERITE ET L'OUTRAGE. " CASH EZA BORE YA KABILA, FELIX AZA BORE YA KABILA "(HENRY MAGIE).Kiekiekiekiekie

Non 17
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BKM | HZMRSW1 - posté le 04.08.2020 à 11:36

Si tout le monde se met à dire du n'importe quoi cela deviendra du libertinage. Il n'a eu que ce qu'il mérite au régime de Kabila combien d'arrestation pour outrage au chef de l’État il y’avait encore qu'il n'y avait même pas de procès.

Non 13
Oui 32
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
gomes | IQNKUTC - posté le 04.08.2020 à 11:15

Liberté d'expression ne signifie pas indiscipline, injure ou un depasser les limites. LES LOIS SONT FAITES POUR LA DISCPLINE. QUAND UN CITOYEN COMET UNE INFRACTION LA LOI PUNI.

Non 14
Oui 25
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 04.08.2020 à 11:07

Liloba | NJVSPX8 - posté le 04.08.2020 à 10:58 tu veux dire qu'il etait plus que fils MUKOKO?! ou plusque Kabund a kabund!?

Non 4
Oui 19
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
la perspicacité | 5LBBWWK - posté le 04.08.2020 à 11:05

Nous condamnons l’instauration d’un état de terreur et toutes sortes d’instrumentalisation politique de la justice.

Non 23
Oui 20
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Liloba | NJVSPX8 - posté le 04.08.2020 à 10:58

Pour toute personne qui suivait ce gar du PPRD, ce dernier avait dépassé les bornes, liberté d'expression oui mais selon la loi et le PPRD est mal positionné pour donner une telle leçon. 18 Mois ce n'est pas bcq il va changer pour redevenir un citoyen comme les autres respectueux des lois de la Rep.

Non 16
Oui 28
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa