mediacongo.net - Actualités - Coronavirus : des scientifiques affirment avoir développé un "nano corps" qui protège du Covid-19



Retour Science & env.

Coronavirus : des scientifiques affirment avoir développé un "nano corps" qui protège du Covid-19

Coronavirus : des scientifiques affirment avoir développé un "nano corps" qui protège du Covid-19 2020-08-19
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/08-aout/17-23/Covid-19-nano-corps.jpg -

Un groupe d’une cinquantaine de scientifiques indique avoir mis au point une molécule synthétique qui, selon eux, pourrait être mise en aérosol et utilisée pour se protéger contre le Covid-19. Cette molécule est basée sur un minuscule anticorps que l’on trouve à l’origine chez les lamas, les chameaux et les alpagas.

Cette création est issue d’une collaboration entre différents laboratoires de l’Université de Californie à San Francisco et d’autres laboratoires à travers les Etats-Unis, en plus d’un laboratoire en France. Les scientifiques ont baptisé leur molécule synthétique AeroNabs, et ont partagé leurs découvertes dans un article récemment publié sur la plateforme de publications scientifiques Biorxiv.

Les travaux n’ont pas encore été validés par leurs pairs scientifiques et une déclaration d’un porte-parole de l’université en charge de l’étude a indiqué que la décision de la prépublier en ligne a été prise en raison de l’urgence de la pandémie de coronavirus.

"Ce travail a été réalisé par un groupe extraordinaire de stagiaires et d’étudiants qui ont travaillé sans relâche au cours des quatre derniers mois et c’est vraiment leur dévouement qui a rendu cela possible", a déclaré Aashish Manglik, professeur adjoint de chimie pharmaceutique et l’un des chercheurs du projet. Des propos rapportés par le site d’informations "Vice".

Dans l’article, les auteurs expliquent comment AeroNabs peut être utilisé pour protéger contre le Covid-19 en empêchant le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le Covid-19, de s’attacher aux cellules du corps humain. Selon l’article, AeroNabs pourrait être utilisé comme un agent de prévention ou même de traitement thérapeutique dans les premiers stades de l’infection.

Comment cela fonctionne-t-il ?

En tant que membre de la famille des coronavirus, le SRAS-CoV-2 s’appuie sur les protéines en pique (qui forme la couronne, d’où le nom "corona") qui couvrent sa surface pour interagir avec les récepteurs ACE2, une protéine qui se trouve à la surface de plusieurs cellules différentes, y compris celles des poumons. Une fois que le coronavirus a interagi avec un récepteur ACE2, il peut pénétrer dans la cellule et forcer celle-ci à reproduire d’autres virus dans l’organisme.

"La perturbation de cette interaction confère une neutralisation puissante de l’entrée du virus, offrant une piste pour la conception de vaccins et d’anticorps thérapeutiques", écrivent les chercheurs dans leur article.

Le résultat des efforts de ces chercheurs est donc un "nano corps" synthétique, appelé AeroNabs, qui, selon eux, peut se lier à la protéine dopée d’un coronavirus, le rendant inactif et l’empêchant ainsi d’interagir avec les récepteurs ACE2 et d’infecter la cellule.

Les nano corps sont de minuscules anticorps que l’on trouve à l’origine chez les lamas et les chameaux et qui sont environ dix fois plus petits qu’un anticorps ordinaire présent dans le sang humain. Ils sont donc devenus de formidables outils pour toute une série de problématiques dans le domaine de la biotechnologie. Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont testé 2 milliards de nano corps synthétiques différents contre le SRAS-CoV-2 avant de mettre au point AeroNabs.

Cette approche basée sur les anticorps produits par des animaux n’est pas une première. L’université de Gand et de l’université d’Austin au Texas ont déjà démontré que les lamas produisent des anticorps capables de neutraliser le coronavirus. Le but des chercheurs est de rendre ces anticorps compatibles avec le corps humain. Ici l’approche consiste à utiliser ces anticorps sous la forme de nano corps.

"Nous avons clairement besoin de médicaments et de vaccins pour lutter contre la pandémie, et probablement d’un certain nombre de chacun d’entre eux. Nous avons donc besoin d’approches intéressantes et prometteuses en matière de nouveaux médicaments, dont certains, espérons-le, déboucheront sur des thérapies efficaces", a déclaré Jeffrey Kahn, directeur de l’Institut Berman de bioéthique de Johns Hopkins, à Motherboard dans un courriel.

Le professeur Manglik a ajouté qu’AeroNabs pourrait être utilisé sur les personnes vivant avec une personne testée positive au nouveau coronavirus, ou être administré à des personnes à haut risque comme le personnel soignant, le personnel des maisons de retraite ou les résidents des maisons de retraite eux-mêmes, mais aussi et évidemment à une personne qui se trouve dans les premiers stades de l’infection.

"Pour une personne qui vient d’apprendre qu’elle est positive par PCR, qu’elle est positive pour l’infection, nous lui disons en gros de rentrer chez elle et de se mettre en quarantaine jusqu’à ce qu’elle développe des symptômes. Donc pour ces personnes, nous pensons que ce serait vraiment une solution unique et surtout si vous êtes à haut risque", a déclaré M. Manglik.

Des nano corps peu chers à produire et facilement administrables

Aashish Manglik a également précisé que ces AeroNabs peuvent être fabriqués à très bas prix en utilisant des bactéries ou des levures, et qu’ils peuvent également être réduits en poudre pour le transport.

Il a également déclaré que ses nano corps sont suffisamment stables pour être mis dans un brumisateur qui permettrait à la molécule d’être mise en aérosol. Cela suggère également qu’elles pourraient être auto-administrées via un spray nasal, par exemple. Il a ajouté que l’équipe de recherche est actuellement en discussion avec des partenaires commerciaux pour augmenter la fabrication et les essais cliniques afin de sortir le nano corps synthétique du cadre universitaire.

Alors que les recherches se poursuivent et que les scientifiques travaillent à la mise au point d’un vaccin pour lutter contre le coronavirus, l’endiguement de la propagation de la maladie continuera de dépendre en grande partie de la politique et du comportement des individus et du respect des mesures d’hygiène et e sécurité.

Par ailleurs, tant qu’AeroNabs n’aura pas procédé à des essais cliniques, il est trop tôt pour déterminer le type d’impact qu’il pourrait réellement avoir, mais cela pourrait s’avérer être une approche intéressante pour lutter contre la pandémie.


RTBF / MCP, via mediacongo.net
914 suivent la conversation
1 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Parc des Virunga : Un écogarde tué par des hommes armés à Beni
AUTOUR DU SUJET

Covid-19 : "Un masque chirurgical lavé reste plus performant qu'un masque" en tissu, selon une...

Santé ..,

Arabie Saoudite: fin de la distanciation sociale à La Mecque pour les vaccinés contre le...

Monde ..,

Afrique : la pandémie de covid est totalement sous-estimée

Santé ..,

Covid-19 : les Gambiennes réticentes à la vaccination

Afrique ..,