mediacongo.net - Actualités - Reliquats de la bancarisation : les banques et le comité de suivi de paie indexés à tort ?



Retour Société

Reliquats de la bancarisation : les banques et le comité de suivi de paie indexés à tort ?

Reliquats de la bancarisation : les banques et le comité de suivi de paie indexés à tort ? 2020-09-17
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/09-septembre/14-20/fonctionnaires_paie_banque_ecobank_19000.jpg -

L’ouverture des enquêtes judiciaires pour les reliquats de la paie des agents et fonctionnaires de l’Ėtat grâce au processus de la bancarisation suscite des questionnements pour une affaire qu’il y a peu, a été passée, au peigne fin au niveau de la justice. Et puis, le dossier classé sans suite.

Selon la correspondance du procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete adressée à la Police judiciaire de parquets, le trésor public dépense pour chaque année, 209.697.774.920 FC pour 1.220. 548 fonctionnaires et agents de l’État, mais il y a 50 personnes qui se partagent la somme de 50.200.109. 495 FC.

C'est pourquoi, le Parquet général près la Cour d'appel de Kinshasa/Matete a lancé une réquisition d'information sur le dossier « bancarisation ». Les différentes banques impliquées dans la paie des agents et fonctionnaires de l'État sont ainsi invitées à fournir des rapports de paies exécutées depuis 2011, les montants des reliquats reversés dans les comptes du Trésor public, les fictifs et les cas de doublons.

Selon le document du parquet, 8 ans après son lancement, l’opération de la bancarisation n’est pas parvenue à éradiquer 133.253 agents fictifs auxquels s'ajoutent 43.253 doublons.

« Une invention pour discréditer les banques et le CSP »

Analyse faite, il y a des faits qui ne corroborent pas dans cette énième démarche d’éclairage judiciaire.

Encore que des preuves sur le reversement des reliquats dans le compte ainsi libellé sont traçables. Et « le montant dépasserait déjà les 150 milliards de FC ».

Dans les milieux bancaires, l’on craint ainsi que l’action en cours, ne soit enclenchée que sur base des supputations qui risquent pourtant de porter un discrédit sur les banques tout comme sur le comité de suivi de la paie.

Une autre évidence qui fait davantage douter sur l’innocence de l’action judiciaire, c’est que le comité de suivi de la paie qui est indexé ne gère pas le compte reliquat. C’est un compte géré par le ministre des Finances de la République. Ainsi, si éclairage doit être fait, la cible serait donc mal choisie !

Par le passé, il a été indiqué que c’est dans le compte de reliquat qu’ont été puisés les fonds utilisés au paiement des indemnités de fin de carrière des FARDC et de la Police.

Pour rappel, le comité de suivi de la paie a bloqué plus de 20 mille agents et fonctionnaires de l'Etat fictifs qui ne s'étaient jamais présentés aux guichets des banques pour toucher leurs salaires. Ceci prouve à suffisance que la bancarisation a véritablement consisté à remettre la paie jadis effectué par les comptables aux banques. Et ces dernières sont tenues, à l'issue des opérations de la paie individuelle et après identification des agents, de toujours reverser les reliquats.

Il sied de rappeler que c’est à la faveur de la bancarisation qu’il y a eu justement la découverte des fictifs. Leurs salaires ont été reversés dans le compte reliquat paie.

L’autre interrogation, c’est que la même justice avait initié une action au mois de février 2019. C’était le parquet général de la Gombe qui a mené des investigations sur le dossier reliquat paie. La suite : l’affaire a été classée. Qu’est-ce qui motive du coup ce rebondissement alors que le procureur général de la République avait bien pris acte du classement sans suite du dossier lui transmis par le parquet général de Kinshasa/Gombe ? L’opinion reste ainsi en attente d’éclairage sur l’issue de la réquisition d'information sur le dossier « bancarisation ».


Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net
1660 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Bancarisation de la paie, quatre vérités sur les frais de tenue de compte de 3,6 USD par agent...

Economie ..,

La justice cherche à retracer 507 milliards de CDF du reliquat de la paie des agents publics...

Société ..,

Notre économie est en dehors du secteur bancaire (Al Kitenge)

Economie ..,

Bancarisation de la paie des fonctionnaires : le sous-compte « reliquat paie de salaires »...

Economie ..,