mediacongo.net - Actualités - Mannequins grande taille, rembourrage et microplastique: découvrez les secrets les mieux gardés de la mode



Retour Style et Beauté

Mannequins grande taille, rembourrage et microplastique: découvrez les secrets les mieux gardés de la mode

Mannequins grande taille, rembourrage et microplastique: découvrez les secrets les mieux gardés de la mode 2020-09-18
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/09-septembre/14-20/grandetailebc.jpg -

Comment se fait-il que les modèles grande taille aient la taille fine ? Ressentez-vous du plaisir à déballer de vieux vêtements ? La confection de vêtements est-elle une tâche dangereuse ?

La présentatrice BBC Charli Howard, également connue comme mannequin grande taille et pour son engagement pour la diversité, a enquêté sur l'industrie de la mode. Son objectif ? Découvrir un code vestimentaire éthique pour notre planète ainsi que ses habitants... et en cours de route, elle a découvert des choses inattendues.

1.Certains modèles portent un rembourrage

Charli est allée voir Sonny Turner, une de ses amies et collègues mannequin, qui porte du 44-48 (US 14 UK 16), la taille de robe britannique moyenne.

Cependant, elle est considérée comme un "modèle de taille plus" - c'est-à-dire plus grosse que la moyenne (pas nécessairement en surpoids ou obèse) - on parle aussi de mannequin "ronde".
"Ils [l'industrie de la mode] aiment être diversifiés, mais pas trop diversifiés", explique Sonny. "Ils veulent des filles plus grandes... mais ils veulent seulement que les filles aient de plus grandes jambes, de plus grandes hanches, de plus gros seins. Ils ne veulent pas d'un plus grand visage."

Les agences utilisent donc des modèles plus minces portant du rembourrage sur les parties de leur corps qui sont couvertes. Charli se souvient de sa propre expérience qu'il y a "des cercles que vous placez sur le côté de votre pantalon pour vous faire paraître plus ronde".
"Nous sommes habituées à représenter des femmes de taille 22, mais ce n'est pas du tout représentatif", explique Sonny.

2. La mode pudique est une industrie de plusieurs milliards de dollars

Le mannequin musulman Mariah Idrissi est l'une des premières mannequins à avoir porté un hijab dans une campagne de mode grand public, pour H&M en 2015.

Selon elle, la mode modeste - ou pudique, un style qui privilégie les vêtements qui ne sont pas trop ajustés ou révélateurs - est un marché en croissance, et certainement une tendance pour les fashionistas qui choisissent de se couvrir pour une raison quelconque.
Selon un rapport de 2018 (par la société de stratégie commerciale américaine DinarStandard et l'agence de presse Reuters), sur le seul marché de la mode musulmane, les consommateurs ont dépensé environ 270 milliards de dollars en mode modeste en 2017, et les ventes devraient atteindre 361 milliards de dollars d'ici 2023.

Mais la tendance est devenue populaire dans l'industrie, quelle que soit la préférence religieuse.
"La mode modeste n'est qu'un mode de vie", affirme Mariah.

"Ce n'est rien d'exclusif à une religion ou une foi particulière; c'est juste un choix de style de vie. Si vous voulez vous habiller plus modestement, c'est bien, vous n'avez aucune raison de le faire. Mais pour moi, en tant que musulmane, m'habiller modestement fait aussi partie de ma foi."

3. Vous aimez le vintage mais vous aimez "ouvrir des paquets"? Aucun problème!

Des millions de gens aiment le phénomène des «vidéos de déballage» - dans lesquelles les gens se filment en train de déballer les choses qu'ils ont achetées avant de publier des vidéos d'eux en ligne.
Mais Charli a découvert un étrange sous-genre de déballage, grâce à la vendeuse en ligne, styliste et entrepreneuse Bella McFadden, AKA @internetgirl.

Bella a bâti une entreprise qui consiste à vendre des vêtements vintage sur le site de revente en ligne Depop.
Elle vend désormais également des lots de vêtements spécialement sélectionnés, qu'elle conditionne pour le plus grand plaisir de ses clients.
De cette façon, ils peuvent profiter du plaisir de déballer tout en étant respectueux de la planète, car les vêtements sont d'occasion et il y a moins de déchets.

4. Ce look usé sur votre jean préféré ? Cela pourrait nuire aux travailleurs qui les fabriquent

Toutes les fashionistas savent que la tendance des jeans d'aspect usé n'est pas nouvelle.
Mais saviez-vous que les techniques requises pour donner aux tissus denim un aspect et une sensation peuvent être nocives pour les personnes qui les fabriquent ?
Tansy Hoskins, journaliste de mode et auteur, explique que l'un des procédés les plus populaires qui confèrent au denim un aspect usé est le "sablage" : tirer du sable abrasif à haute pression sur le tissu.
Puisqu'elle est bon marché et rapide, la méthode est privilégiée par la plupart des fabricants internationaux - mais le problème est qu'elle peut entraîner de graves problèmes respiratoires pour les travailleurs d'usine.
"Le sablage est incroyablement dangereux", explique Tansy, "Il crée de minuscules petites particules de poussière et de silice [qui pendent dans l'air]."
"Si vous allez dans ces usines, même aujourd'hui, certaines personnes reçoivent des masques et d'autres non. Les travailleurs inhalent la poussière qui se trouve dans l'air: elle pénètre directement dans leurs poumons", explique Tansy.

Dans de nombreux pays - comme l'Égypte, le Pakistan, le Bangladesh et la Chine - il existe très peu de réglementations pour protéger les travailleurs.
Et même lorsque des méthodes alternatives sont utilisées, celles-ci ont leurs propres problèmes : en Turquie, les usines ont choisi de laver les jeans avec du permanganate de potassium (un composé chimique qui créera également le look).
Mais Tansy dit que cela peut être "vraiment dangereux pour la peau des travailleurs".
D'autres méthodes - comme une technique de ponçage à la main courante au Vietnam - peuvent également créer de la poussière nocive, tandis que le lavage de pierre plus traditionnel des jeans consomme énormément d'eau.

5. Si vous pensez que les microplastiques sont un problème ... certains plastiques sont si petits qu'ils ne peuvent pas être mesurés

Les microplastiques - de minuscules particules de débris plastiques qui proviennent souvent de matériaux utilisés pour fabriquer des vêtements - ont fait la une des journaux ces dernières années en tant que polluant majeur de l'environnement.
C'est grâce en grande partie au travail du Dr Mark Browne, un écologiste et maître de conférences travaillant à l'Université de New South Wales en Australie, et qui les étudie depuis de nombreuses années.
Mark dit qu'à mesure que les techniques de mesure deviennent plus précises, des polluants plastiques encore plus petits seront révélés.
"Nous étudions des particules encore plus petites, des nanomètres [un milliardième de mètre]", dit-il.
Mais ils veulent aller encore plus petit. "Nous n'avons pas encore d'instruments pour examiner des choses qui font des picomètres [billion de mètres]", explique-t-il.

6. Stylistes et photographes effectuant secrètement des travaux commerciaux

Giulia Mensitieri est une anthropologue qui a écrit un livre exposant les bas salaires dans le monde de la mode.
Elle dit que les gens comme les stylistes et les photographes travaillant pour des marques de luxe haut de gamme sont souvent mal payés, payés en marchandises, voire pas du tout payés.

"Il existe une sorte de règle selon laquelle [plus] un emploi est précieux pour votre carrière, moins il sera rémunéré", explique Giulia. "Ce qui est un paradoxe car nous devons nous rappeler que la mode est l'une des industries les plus riches et les plus puissantes au monde."
Pour compenser le manque à gagner, certaines personnes travaillent avec de grandes marques commerciales... mais le font en utilisant un pseudonyme. Charli dit que c'est parce que "cela vous empêchera de trouver du travail" avec les marques les plus illustres qui ne paient pas.


BBC / MCP, via mediacongo.net
714 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Les cosmétiques pour bébés nocifs pour leur santé
left
ARTICLE Précédent : Gambie: débats au Parlement pour abroger une loi réprimant la dépigmentation
AUTOUR DU SUJET

Londres: Le mannequin "grande taille" de Nike fait polémique

Style et Beauté ..,