mediacongo.net - Actualités - Fonction publique : Tout détenteur d'un numéro matricule doit s'enregistrer avant le 30 septembre ! (Ministre)



Retour Société

Fonction publique : Tout détenteur d'un numéro matricule doit s'enregistrer avant le 30 septembre ! (Ministre)

Fonction publique : Tout détenteur d'un numéro matricule doit s'enregistrer avant le 30 septembre ! (Ministre) 2020-09-29
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/09-septembre/28-30/ebongo_yollande_20_02145.png -

Yollande Ebongo

"Après le 30 septembre, tous ceux qui ne sont pas dans la base des données ne vont plus exister. Tous ceux qui ont des numéros matricules doivent être déclarés", annonce la ministre de la Fonction publique qui n'exclut pas "la possibilité de rallonger" ce délai. 

Invitée du Magazine Le Débat sur top congo fm, Yollande Ebongo (Photo) affirme que "notre objectif est d'avoir un fichier maîtrisé pour le déclarer dans le budget 2021. Nous voulons mettre fin à cette histoire de monstre à plusieurs têtes. Il y a des doublons parfaits et imparfaits, des personnes qui sont payées dans plusieurs secteurs".

Opération frappe

"J'ai mis en place (Opération) Frappe, qui est une Commission qui nettoie le fichier de l'Etat afin d'examiner au cas par cas les dossiers de NU", signale Yollande Ebongo qui se félicite du fait que "plus d'1 million d'agents (ont été) budgétisés".

Elle déplore le fait que "plus de 800 mille personnes ont obtenu le numéro matricule, je n'ai identifié qu'une centaine de milliers".

Elle reste convaincue que "le traitement du fichier du personnel permettra au gouvernement de récupérer tout l'argent qui flotte chez les fictifs".

Elle souligne que "d'ici décembre, j'aurai la maîtrise exacte de l'effectif des agents de l'État, grâce au fichier référentiel de l'administration publique".


Interpellée par un auditeur, la ministre lancé : "10 millions de Francs Congolais est mon salaire. Par rapport à tout ce que j'ai comme charge, je peux dire que c'est insuffisant. Voilà pourquoi il faut améliorer la situation des fonctionnaires".

Appel à cotiser à la CNSAAP

Au moment où plusieurs personnes se plaignent du personnel vieux de l'administration publique, Yollande Ebongo rappelle que "la loi fixe à 65 ans d'âge et 35 ans de carrière" l'âge de départ à la retraite. 

Pour assurer leur retraite, elle exhorte, "dans le cadre de la réforme de l'administration publique, les fonctionnaires à contribuer à la Caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l'Etat (CNSSAP dont le dossier des animateurs est en train d'être finalisé) où ils versent 3% de leurs salaires".

Elle plaide pour "une politique salariale. Le gouvernement s'organise aussi pour suppléer les cas en souffrance. Il faut équilibrer les primes. Mais tout part de l'élaboration du budget".

Elle insiste sur le fait que "la carte de fonctionnaires ne peut pas être vendue. (Ce qui se passe au ministère de l'Environnement, c'est de la fraude. Je demande au secrétaire général à l'environnement d'arrêter avec cette fraude. J'envoie les inspecteurs pour savoir ce qui s'y passe".

Après avoir pris des arrêtés polémiques, "nous sommes en harmonisation des vues. Bientôt, c'est le bout de tunnel. Les secrétaires généraux vont entrer dans leur droit. Le Chef de l'Etat y tient".

Réforme de l'administration publique 

"Il y a plus de 40 actions menées dans le cadre de la réforme de l'administration publique", estime la ministre de la Fonction publique. 

"Le rajeunissement de l'administration publique via l'École nationale d'administration (ENA) dont la promotion Fleuve Congo a fini, la mise à la retraite honorable et la formation en terme de renforcement des capacités des agents pour lequel j'ai obtenu le financement", révèle Yollande Ebongo qui en parle comme "les 3 grands axes" de la réforme de la Fonction publique. 

À la tête du ministère de la Fonction publique depuis le 9 septembre 2019, la ministre revendique "une vingtaine d'années d'expérience" au service du pays.

"J'ai commencé comme fonctionnaire en 1995, quand j'ai terminé mon graduat, au ministère des Finances en passant par celui du Plan et autres services très techniques avant d'être sollicitée par PNUD comme consultante".

Elle rappelle que "je suis du Mouvement social de renouveau (MSR) du regroupement politique Alliance des démocrates pour le renouveau (ADRP). J'ai aussi travaillé pendant au moins une année au CNSA".


Top Congo Fm / MCP, via mediacongo.net
6067 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Le ministre de la fonction publique révèle que des agents fictifs font perdre à l’Etat 20...

Politique ..,

Fonction Publique : à quand les bonnes nouvelles ?

Société ..,

Kinshasa : des agents de la fonction publique en sit-in pour réclamer l’augmentation du...

Société ..,

Reforme de l'administration publique: Le gouvernement en attente des conclusions sur la maîtrise...

Politique ..,