mediacongo.net - Actualités - Rentrée des classes : pas de dispositions de lutte contre la Covid-19, les enfants exposés à la contamination !



Retour Société

Rentrée des classes : pas de dispositions de lutte contre la Covid-19, les enfants exposés à la contamination !

Rentrée des classes : pas de dispositions de lutte contre la Covid-19, les enfants exposés à la contamination ! 2020-10-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/10-octobre/12-18/eleves_primaire_20_000.jpg -

Après une paralysie de 7 mois des activités des établissements scolaires à la suite de la pandémie de Covid-19 déclarée officiellement le 10 mars en RDC, le gouvernement a maintenu la rentrée des classes pour ce lundi 12 octobre, à 7h30’, sur toute l’étendue du territoire national. Dès les petites heures de ce lundi, les rues de la capitale et peut-être de grandes agglomérations du pays ont reverdi des bleu-blanc qui retrouvent le chemin de l’école après avoir été contraints de rester à la maison, durant les sept derniers mois à cause de la pandémie de coronavirus.

Ceci est une bonne nouvelle quand on sait que l’avenir des enfants se forge à l’école. Continuer à les garder à la maison équivaut à hypothéquer leur avenir. Cependant, en même temps qu’on applaudirait la décision de faire revenir les écoliers et élèves sur le chemin de l’école, en même temps, cette rentrée des classes suscite de gros points d’interrogations dans le chef des parents, en particulier et de la communauté, en général, au regard du relâchement dans la préparation de ce retour massif des écoliers et élèves dans le milieu scolaire.

Aucune disposition particulière

La ronde dans ces établissements qui ont reçu les écoliers-élèves ce matin du lundi 12 octobre, il ressort qu’ils n’ont pris aucune disposition particulière. Les dispositifs sanitaires qu’on y trouve sont ceux acquis au moment de la petite rentrée des classes avec les classes terminales alors qu’elles devaient préparer les élèves à affronter les épreuves certificatives de l’examen d’État (Exétat 2020) pour les finalistes du secondaire et le test national d’études primaires (TENAFEP) pour ceux du cycle primaire.

En termes de nombre d’enfants reçus ce lundi 12 octobre, ce dispositif paraît largement insuffisant et n’offre aucune garantie de parler d’une rentrée de classes sécurisée dans un contexte de progression de la pandémie du nouveau coronavirus. Car il ne suffit pas de placer deux ou trois lave-mains, sans solution hydro-alcoolique, le plus souvent, dans la cour de l’école pour encourager la reprise de cours. De cette façon, nous serions devenus une société inconsciente pour accepter de se suicider.

Dans ces conditions d’impréparation d’adaptation de l’école au nouveau contexte que nous impose la pandémie de coronavirus, il y a lieu d’engager une profonde réflexion à l’échelle nationale, au-delà de toute précipitation inconsidérée. Car l’enseignement, dans le contexte de Covid-19, impose de nouvelles habitudes au niveau individuel et interpersonnel aussi bien pour les élèves que pour les enseignants. D’une part, le port du masque, la distanciation physique, éviter les poignées de mains, les accolades entre amis et camarades, la précaution totale de ne toucher qu’à ce qui est à soi, se laver ou se désinfecter régulièrement les mains avec une solution hydro-alcoolique… tout cela vaut un coût à charge des parents, très certainement.

À ce sujet, le ministre de l’EPST, Willy Bakonga, qui annonçait la reprise des cours, affirmait que « toutes les dispositions étaient prises pour une rentrée de classes apaisée et sécurisée de nos enfants ». Il sait ce qu’il a dit, mais n’a pas fait ce qu’il sait !

Mais en même temps, il encourageait les parents à procurer, pour leurs enfants, masques et gel désinfectant. Ce qui laisse penser, à décrypter les propos du ministre Bakonga, que le gouvernement n’a pris aucune précaution pour assurer la protection de ces enfants qui se remettent sur le chemin de l’école. Tout est laissé à la charge des parents qui, en définitive, n’accepteront pas d’envoyer leurs enfants dans ces établissements qui ne réunissent point les conditions de reprise des cours sécurisée. Quel budget un parent doit-il mobiliser pour garantir une scolarité sécurisée à son enfant durant les 222 jours des cours ?

D’autre part, obligation est faite aux écoliers et personnel éducatif de porter un masque pour se protéger de la Covid-19 ? Les tout petits de la maternelle et ceux du premier degré du cycle primaire seront-ils à même de supporter ce masque depuis l’entrée jusqu’à la sortie des classes ? Combien de masques et flacons de gel hydro-alcoolique sont-ils nécessaires à l’élève durant l’année scolaire ?

Promouvoir un enseignement en ligne et à distance

Par ailleurs, l’enseignant qui doit assurer les enseignements dans un contexte de pandémie de Covid-19 devrait être formé à de nouvelles pratiques de classe : à quelle distance se tenir par rapport à sa classe ? Pendant la transmission de la matière, l’enseignant doit-il avoir son masque ou l’ôter de façon à se faire bien entendre de ses élèves-écoliers ? Quelle conduite à tenir dans une salle de classe surpeuplée, tant il est vrai que les infrastructures scolaires n’ont pas été adaptées à un enseignement dans un contexte de Covid ?

C’est ici que beaucoup d’acteurs pensent qu’il faut dépasser le stade de l’enseignement en présentiel pour migrer vers l’enseignement en ligne ou à distance sous la direction de l’enseignant qui peut suivre, orienter, donner des directives et contrôler, estime-on à la Coalition nationale de l’éducation pour tous (CONEPT RDC). Ou encore faire roter les effectifs des élèves par groupe de 25, par exemple, par classe ; les uns fréquentant les jours pairs et les autres les jours impairs.

La paie de 58.000 enseignants « nouvelles unités »

Par ailleurs, pendant que le gouvernement annonce la rentrée scolaire, plusieurs syndicats des enseignants, eux, appellent à un boycott par solidarité à leurs collègues non pris en charge par la paie.

Pour apaiser les esprits et rassurer son engagement, le ministre du Budget, Jean Baudoin Mayo, avait annoncé, le 24 septembre 2020, la paie de 58.000 enseignants « nouvelles unités » (NU) au dernier trimestre de l’exercice budgétaire 2020. Il a assuré que le gouvernement entend travailler davantage pour satisfaire le reste de 90.000 autres dont la plupart des NU du cycle maternel.

Selon le compte-rendu de la réunion du Conseil des ministres, « les propositions de solutions ont été formulées et l’annonce des mesures arrêtées sera faite par le ministre d’État ».

À la même occasion, le ministre de l’EPST a présenté les critères de délibération formulés pour les écoles primaires et secondaires. Au primaire : le report au troisième trimestre des points obtenus au premier et deuxième trimestre. Pour le secondaire : les points du premier semestre seront reportés au deuxième semestre. « Un programme spécial de rattrapage sera aménagé durant le premier mois de la rentrée afin de récupérer les matières non achevées pour mettre à niveau les élèves, et la durée des vacances a été écourtée », a-t-il indiqué.

À cause de la Covid-19, les écoles ont été fermées depuis le mois de mars, perturbant ainsi le calendrier scolaire 2019-2020. La reprise des cours ne devrait pas se passer comme elle se fait, en toute légèreté. Les autorités doivent anticiper pour épargner les enfants et toute la population d’un suicide collectif.


Le Potentiel / MCP, via mediacongo.net
762 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : La ville de Kinshasa consomme 17 millions de tonnes de bois par an (CIRAD)
AUTOUR DU SUJET

Des enseignants de 4 provinces menacent d’entrer en grève dès la rentrée scolaire prévue le...

Provinces ..,

Rentrée scolaire 2021-2022 : timide engouement des clients dans les pavillons des objets classiques

Economie ..,

Tanganyika : les conflits communautaires hypothèquent la rentrée scolaire à Nyunzu

Provinces ..,

Nord-Kivu : Des enseignants menacent de boycotter la rentrée scolaire à Butembo

Provinces ..,