mediacongo.net - Actualités - Faillite de la Biac, l’Etat y est pour quelque chose (Michel Losembe)



Retour Economie

Faillite de la Biac, l’Etat y est pour quelque chose (Michel Losembe)

Faillite de la Biac, l’Etat y est pour quelque chose (Michel Losembe) 2020-10-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/10-octobre/19-25/losembe_biac_20_2012452.jpg -

La descente aux enfers de la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) n’a pas laissé indifférent l’un des anciens managers de cette banque commerciale aujourd’hui mise en liquidation forcée. Au cours d’un entretien sur Top Congo FM, une radio privée émettant depuis Kinshasa, Michel Losembe a donné sa lecture par rapport à la faillite de la Banque. Selon lui, l’Etat congolais n’a pas facilité la tâche à la BIAC, notamment en refusant de rembourser les crédits obtenus de la banque.

« Le politique faisait partie intégrante de la vie de la Biac. La banque avait deux difficultés majeures, au moment où j’en prends la gestion. Il fallait trouver une résolution aux problèmes structurels auxquels la banque faisait face. Notamment le financement de l’économie [le crédit que la banque avait octroyé au marché]. C'est-à-dire une exposition assez élevée de l’Etat et ses démembrements. Je ne parle pas de l’Etat au premier degré seulement, mais aussi les entreprises publiques, les administrations décentralisées et autres.

Les crédits octroyés à l’Etat [entre 40 millions et 50 millions USD] représentaient une partie non négligeable du portefeuille de la banque. De l’autre côté, il y avait de financements importants que la Biac avait octroyé aux entreprises apparentées aux actionnaires », a révélé Michel Losembe.

Et d’ajouter : « Ces deux composantes font que la liquidité de la banque est en danger, car ces crédits étaient improductifs. Ils ne servaient même plus des intérêts et ne remboursaient même pas aux échéances prévues. Ce qui a constitué un problème important de la banque. Dans les tentatives de recouvrement notamment de crédit à l’Etat, on s’est retrouvé vite dans des situations de discussions difficiles avec certaines administrations concernées. Certains de ces crédits étaient garantis par le gouvernement et nous n’avions pas pu faire valoir la garantie du gouvernement pour récupérer la liquidité qui y était. Donc, à ce point de vue là, de par l’exposition de la banque, c’était une décision stratégique du management avant moi, de s’investir dans le soutien des initiatives publiques et le soutien de certaines entreprises publiques. Le fait que nous soyons une interface permanente avec l’Etat pour la gestion de ces crédits, il se faisait que d’une certaine manière, la banque était exposée politiquement ».

Pour Michel Losembe, ça aurait certainement été plus facile à gérer si ces crédits publics avaient été des crédits actifs. C'est-à-dire des crédits qui ne sont pas douteux. Et ça aurait aussi permis, pendant la crise de 2016, au moment où la BCC réclame le remboursement des avances qu’elle nous avait consenti (40 milliards DCF qui représentaient presque 40 millions USD au taux de l’époque).

Michel Losembe estime que l’apport de la BCC avec ses 40 millions USD était un financement qui avait été rendu nécessaire, par le fait que les actionnaires n’avaient pas injecté dans le bilan de la Biac, ce qu’il fallait pour la recapitalisation de la banque.

« En tant que manager, nous avons cherché les solutions ailleurs. Et la BCC qui nous a accompagné pratiquement jusqu’au bout de la crise sur la restructuration, en nous prêtant ces 40 milliards CDF [40 millions USD] ».

Pour rappel, la Biac en faillite est mise en liquidation forcée depuis quelques jours, par la BCC en tant que régulateur attitré. Le processus pour trouver un repreneur est donc déjà enclenché.


MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
1538 suivent la conversation
4 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

JUSTICIER | 4TZW14P - posté le 25.10.2020 à 08:59

ET PUIS à quoi aboutissent les CONSULTATIONS ET CONCERTATIONS,? REPONSE à des ACCORDS;or TSHILOMBO A bien déclaré et cela est noté à JAMAIS pour HISTOIRE, que pour LUI aucun accord n'est digne d'être respecté SI LUI TSHILOMBO le juge bon, ALORS pourquoi un tel citoyen cherche à faire vider le peu qui reste ds les caisses de l ETAT avec des voyages, des réunions INUTILES???? QUAND ON A ECHOUE ET SURTOUT se sachant INCOMPETENT de plus le fruit d'une tricherie ON DEMISSIONNE et pas distraire 85 MILLIONS DE CONGOLAIS

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JUSTICIER | 4TZW14P - posté le 25.10.2020 à 01:31

Les "consultations "et concertations sont AVEUX d' ECHEC de TSHILOMBO, INCOMPETENT pour DIRIGER LA RDC/.En quoi le FCC a interdit TSHILOMBO de 1./ Amener les 95 Milliards de dollars qu'il avait promis 2/ NE PAS FAIRE CADEAU à l' Uganda des 10 MILLIARDS DE DOLLARS DE DETTE;3./Ne pas dilapider les 1.3Milliards de dollars lui laissés par KABILA 4/S' installer à BENI pour finir les tueriees 5/Terminer les sots de moutons 6/Ne pas faire dégringoler le FC 7/Payer les enseignants en greve 8/ Chasser les pays envahisseurs 9 /Expulser l'ambassadeur RWANDAIS 10/ Ne pas laisser créer ni financer des milices tribales arméees? Ou est le rôle de frein du FC???

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Eyovidie | S4RLC4P - posté le 23.10.2020 à 14:48

Losembe et Blatner,des margoulins.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
OPINION LIBRE | 6MS7AT2 - posté le 23.10.2020 à 13:45

L Etat toujours l Etat

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement
AUTOUR DU SUJET

Kinshasa : Des agents de la BIAC sollicitent l’implication du chef de l’État pour le...

Société ..,

Liquidation de la BIAC, le Conseil d’Etat suspend la décision de la Banque centrale du Congo

Société ..,

La liquidation forcée de la BIAC viole la loi et intervient après une gestion calamiteuse du...

Economie ..,

Liquidation de la BIAC : la BCC rassure les épargnants

Economie ..,