mediacongo.net - Actualités - Leila Zerrougui: "La RDC ne peut pas se permettre une crise qui va entraîner encore une situation dramatique" (Interview)



Retour Politique

Leila Zerrougui: "La RDC ne peut pas se permettre une crise qui va entraîner encore une situation dramatique" (Interview)

Leila Zerrougui: "La RDC ne peut pas se permettre une crise qui va entraîner encore une situation dramatique" (Interview) 2020-11-19
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/11-novembre/16-20/leila_zerrougui_20_000.jpg -

Leila Zerrougui, patronne de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco)

Dans une interview exclusive, la responsable de la Monusco en RDC revient sur les violences dans le pays et les problèmes politiques qui minent le plus haut sommet de l'Etat.

Politique, sécurité, mais aussi économie ou santé : la représentante spéciale et Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo, Leila Zerrougui, a donné son point de vue sur de nombreux sujets concernant la RDC ce mercredi 18 novembre 2020, en interview sur la DW.

Une interview alors que la crise politique entre les partenaires au pouvoir occupe le devant de la scène politique depuis des semaines, et que l'est du pays est toujours en proie à des attaques régulières.

DW : Que vous inspirent ces tensions entre le FCC et CACH ?

Leila Zerrougui : D'abord je situe les événements dans le contexte de la RDC. Les adversaires politiques qui deviennent partenaires, ce n’est pas évident. Même dans des pays solides, habitués aux transitions. Je pense qu'il y a aussi le fait que l'on n'est pas habitué à partager le pouvoir depuis l'indépendance. On gouverne seul, soit on prend le pouvoir par la force, soit on en tient par la force.

Vous avez initié une médiation il y a quelques semaines, pour rapprocher les vues des deux partenaires Joseph Kabila et Félix Tshisekedi. On en est où dans cette médiation ?

Moi, je fais mon travail tout le temps. C'est mon boulot. Je suis ici pour aider la RDC à se stabiliser, pour l'aider à passer ce cap des difficultés dans la gestion d'une expérience nouvelle, pour maintenir cette expérience, la répéter plusieurs fois pour après tourner la page de l'instabilité et l'inquiétude, de l'implosion ou de l'explosion à chaque élection. Mon travail, c'est de dire aux deux partenaires que vous avez intérêt à régler vos problèmes politiques à travers le dialogue, à travers les échanges de vues et les concessions de part et d'autre. Dans ce genre d'exercice, vous devez avoir d'autres institutions qui rappellent à chacun les barrières et les limites de son rôle. Avoir aussi une justice forte, des mécanismes de contrôle... On est dans la construction de ces processus.

Quand avez-vous rencontré Joseph Kabila et Félix Tshisekedi ?

Je les rencontre régulièrement, ce sont des partenaires. Je rencontre régulièrement le président parce que je travaille avec lui, ce qui est normal. (...) Je ne me suis pas mêlé depuis que le président a lancé les consultations nationales dans la mesure où le président a lancé cette initiative. Pour le moment, il ne nous a pas fait appel. Mais je continue à parler à tous et à faire passer un message : la RDC ne peut pas se permettre une crise qui va entraîner encore une situation dramatique, alors que nous vivons déjà une crise sanitaire qui a des conséquences sur le plan économique. Nous avons les tensions et les problèmes et la crise sécuritaire à l'Est. (...) Nous, on n'est pas en train de dire "vous devez rester ensemble, vous devez partager le pouvoir". Ça ce n'est pas mon rôle.

Est-ce que vous redoutez un divorce entre les deux alliés qui aura pour conséquence la dissolution de l'Assemblée nationale et du Sénat ?

e sais que les personnes à qui je parle des deux côtés souhaitent que, quelles que soient les divergences, on n'arrive pas à une crise institutionnelle majeure qui peut entraîner le pays dans une situation grave.

Vous ne regrettez pas de ne pouvoir empêcher les violences dans le pays ?

Je pense qu'on fait beaucoup. Même les FARDC font beaucoup. Le problème, c'est quand vous avez des groupes armés qui sont intégrés dans les communautés. La majorité des groupes armés congolais en particulier, ils sont dans les communautés.

C'est une guerre asymétrique, en quelque sorte, non ?

Ce n’est même pas une guerre, vous savez, c’est des milices. La présence et la perpétuation de ces phénomènes sont liées à l'absence de l'autorité de l'Etat. Et les gens, avec la pauvreté, avec le fait qu'on ne contrôle pas les richesses et donc c'est la loi du plus fort. Donc, la solution dans ce genre de situation, elle est beaucoup plus complexe. Par exemple, juste d'ouvrir une route, de faire un pont, ça peut réduire la violence. De ramener la justice dans une zone et d'arrêter 2 ou 3 des tireurs de ficelles qui sont en train de manipuler les gens.

Oui, mais certains Congolais sont mécontents parce qu'ils disent que les soldats de la Monusco assistent parfois de façon indifférente à des massacres dans plusieurs localités de l'est de la RDC.

Leila Zerrougui : Les Congolais, parfois désespérés, mettent la pression sur la Monusco parce qu'ils pensent que la Monusco peut faire plus ou peut faire mieux. Quand vous libérez une zone d'un groupe armé comme les ADF, par exemple, c'est très important de garder les zones que vous avez libérées. Sinon, vous rentrez et ils reviennent. Il faut renforcer les capacités des FARDC. Il faut les aider à être une force d'interposition et de frappe durable qui va à la fois attaquer l'ennemi, mais aussi protéger la population.

Mais justement, il y a des complicités entre certaines populations, avec les rebelles ADF ou les autres…

Ça existe toujours. Quand vous ne protégez pas, quand l'armée n'est pas présente, elle ne protège pas. (...) Les brebis galeuses, ça existe partout.

Même au sein des FARDC, selon nos informations

Bien sûr, mais laissez les FARDC. Regardez la majorité de l'histoire des FARDC : beaucoup des groupes armés ont été intégrés dans l'armée. C'est pour ça qu'on se bat aujourd'hui pour dire : "arrêter cette saignée, n'intégrez plus des gens qui ont pris les armes contre la République pour après prétendre qu'ils vont la défendre". Ce n'est pas une démarche saine.

La Monusco a entamé la fermeture de plusieurs de ses antennes dans le pays, faute de budget. Est-ce que vous n'allez pas laisser la place à ces groupes armés qui écument l'est du pays ?

Notre retrait est responsable. Là où on est sûr que les autorités peuvent assumer la responsabilité de la sécurité, on peut quitter. Mais là où on pense que la situation est encore sensible, on continue à travailler et on va essayer de convaincre le conseil en décembre quand on présentera…

Et justement par rapport à décembre, Vous espérez que le mandat de la Monusco va être une nouvelle fois prorogé ?

Il n'y a aucun doute que le mandat sera prorogé. La question, c'est qu'est ce qu’il va contenir.


DW / MCP, via mediacongo.net
4781 suivent la conversation
12 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs

Yes or No | 4IDYVS3 - posté le 20.11.2020 à 08:21

Nous conseillons au Pr Tshisekedi de bien réfléchir de ce qu'il décidera. RDC instable, c'est toute l'Afrique centrale qui subira les conséquences et surtout comprendre que dans toutes les crises à travers le monde; quand les USA sont d'un côté, la Russie et la Chine sont du côté opposé et la crise pourra persister. Il faut savoir que la plupart des crises finissent par la négociation.

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Meso Mbuaki | 9KYSFK8 - posté le 19.11.2020 à 16:25

Contéstations électorales en 2020 : - USA (340 Millions d'habitants ) : 0 morts - Côte d'ivoire (25 Millions d'habitants ) : 85 Morts - Guinée ( 13 Millions d'habitants ) : 55 Morts Que ceux qui prédisent(souhaitent) des violences (morts) pour une crise politique en RDC réfléchissent à ces chiffres .

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean Jacques Bukasa | GFA7ICS - posté le 19.11.2020 à 15:55

Madame: Devons-nous dire que les Américains devront se rabaisser pour éviter ce que Trump peut faire ou ils vont envoyer l'armée le déloger de là où il est? On ne peut pas prendre tout un peuple en hottage pour les caprices d'un individu; Que la peur quitte nos esprits ou nous resterons à jamais exclaves. Ne cesse-je de dire que Président Tshisekedi a gagné avec 80% et que Kabila l’a mis dans cette situation en complicité avec Fayulu pour sa protection ?

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bokolela | FZNBCEB - posté le 19.11.2020 à 15:12

madame n'est pas une folle elle sait bien ce qui peux arriver malgré l'arrogance des congolais qui disent ekozala elokote c'est bien mais qui vivra verra toza Kaka Awa n'oubliez pas cette dame est témoin de l'accord ce que fait Félix pour l'instant eza oyo balobaka lolendo ya nzinzi (l'orgueil du mouche) esilaka na kombo , toza Kaka Awa a suivre mais pour l'amour de la RDC que Félix soit sage sinon il va regretter lorsqu'il sera a l'exile

Non 3
Oui 116
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le blanc | M38J6Q2 - posté le 19.11.2020 à 11:37

Madame, avec tout le respect, en ce moment, il faut savoir se taire, laisser nous prendre nos responsabilités, une fois pour toute, ça passe ou ça casse, le reste on verra...

Non 120
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Joky555 | HUZ9COJ - posté le 19.11.2020 à 11:09

madame, cessez d'intimider les congolais en parlant de violences, les congolais vivent dans la violence depuis plus d'un siecle nous imposer par les memes personnes qui pretendent nous proteger. la monusco est la depuis plus de 22 ans et chaque jour on tue les congolais a l'est du pays et un peu partout, que fait-elle????

Non 63
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Toyo toyo | BBPCU3K - posté le 19.11.2020 à 10:54

Madame toutes vos farces vous rattrapent avec le temps. La vérité est têtue. La malhonnêteté se paye cache. voilà donc votre facture. Felix n'a pas tort quand il voit l'insincérité manifeste de la part de ses partenaires en coalition. Vous craignez les pires alors que celles-ci ont été déjà activées le jour où Kabila avait délibérément saper et cracher sur la volonté de la population. Le jour où Kabila nous avait imposé sa propre volonté contre les nôtres. Maintenant c'est son tour de boire le même vinaigre que lui nous avaient fait boire en décembre 2018.

Non 142
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 19.11.2020 à 10:39

LECONGOMANI avec votre chasson stupide ,apres Geneve vous parliez pareil de Bemba il est finie,quand vos anciens amis de lamuka appeler votre frere monsieur 15 %

Non 4
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LE CONGOMANI | HPHMW34 - posté le 19.11.2020 à 10:16

Madame la MONUC est venue vous consoler, vous qui voyez déja votre noyade. Mais la consolation va durer combien de temps? Kabila sait très bien qu'il n'a plus la sécurité qu'il avait quand il était au pouvoir. Il sait aussi qu'on peut le surprendre a tout moment. Donc, vous qui pensez que la barbe de Kingakati peut encore nous affrayer, vous vous trompez énormement. A la fin des consultations, Tshisekedi déclarera la fin de la coalition et nommera un informateur. Soki Kabila a sakani que a bimisa mobulu, il sera parmi les premier a en payer les frais. Wana bo yeba yango. Vous etes avertis. Liseki eza te.

Non 115
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Auguy Tshibala | REFX45E - posté le 19.11.2020 à 09:21

Cette dame a une forte part de responsabilité à la crise actuelle. Elle a eu à jouer un mauvais rôle lors des élections. Elle est parmi les gens qui avaient cautionner le hold up électoral de décembre 2018. Je pense qu'elle et tous les autres partie prenante à ce fameux deal, sont en train de regretter leurs actes. S'ils sont conscients, ils doivent s'approprier le plan de sortie de crise proposé parcelui qui était réellement élu.

Non 36
Oui 21
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 19.11.2020 à 09:14

Nous verrons Tshilombo face a Bemba et katumbi si il persiste pour son union ayant retrouver leurs influences politique et l'argent au cote de tshilombo au pouvoir sans plus leurs deboires judiciaires parceque cela doit faire partie des conditions pour rejoindre Tshilombo donc l'imunite et l'impunite

Non 5
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
SHAKA | 2ZKD172 - posté le 19.11.2020 à 09:09

Ce que nous autres nous disons depuis depuis le debut ,il revient a tshilombo d'arreter la comedie de consultation et de discuter franc jeu avec sa coalition si il ne veut discuter avec sa majorite une seule solution credible retour aux urnes,croire qu'il peut maguoiller au milieu de la legislature pour s'eventer une majorite de circonstances ce stupide,qui peut croire que les gens qu'il avait dribler a Geneve pour les ecarter du pouvoir vont lui faire cadeau,ils viennent juste pour ses refaire une sante financiere avant de le fombattre n'ayant plus le parapluie Kabila craint pour son habilete,tshilombo avait etait ecarter facilement a Geneve candidat de l'opposition,sans le Fcc il ne...

Non 5
Oui 103
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?


right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Crise politique : Martin Fayulu se prononce ce jeudi

Politique ..,

Crise en RDC, « il faut une conférence internationale parrainée par Emmanuel Macron » (Mubake)

Politique ..,

Crise politique en RDC: quand les "fake news" jettent de l’huile sur le feu

Sur le net ..,

« Aucun compromis politique n’est au-dessus de l’exigence du peuple » ( Voici le contenu du...

Politique ..,