mediacongo.net - Actualités - En Afrique subsaharienne, le paludisme tuera plus de personnes que le coronavirus, prévient l'OMS



Retour Santé

En Afrique subsaharienne, le paludisme tuera plus de personnes que le coronavirus, prévient l'OMS

En Afrique subsaharienne, le paludisme tuera plus de personnes que le coronavirus, prévient l'OMS 2020-12-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/12-decembre/1-6/moustique_paludisme_20_00.jpg -

Selon l’OMS, la perturbation du traitement de la malaria causée par la pandémie de coronavirus pourrait entraîner des dizaines de milliers de décès dus au paludisme.

L’OMS s’inquiète des perturbations qu’enregistre la lutte contre la malaria qui a été écartée du devant de la scène par la covid-19. Si la situation persiste, le paludisme entraînera jusqu’à 100 000 décès en plus par rapport au nombre déjà enregistré chaque année en Afrique subsaharienne.

En Afrique subsaharienne, le nombre de décès dus au paludisme pourrait dépasser largement celui de la pandémie de covid-19. C’est ce qu’a annoncé l’OMS ce lundi 30 novembre 2020.

Dans un nouveau rapport, l’institution indique que l’attention mondiale centrée sur la pandémie de covid-19 a entraîné une perturbation du processus de lutte contre le paludisme. Celui-ci a tué 409 000 personnes dans le monde en 2019, avec plus de 90% des décès enregistrés par l’Afrique et plus précisément, la région subsaharienne.

« La Covid-19 menace de faire encore dérailler nos efforts pour vaincre le paludisme »

Ainsi, même si l’Afrique a réussi à réduire de 44% la mortalité due à la malaria en l’espace de 20 ans (de 680 000 décès par an à 384 000), le déficit de financement risque de considérablement saper les efforts réalisés jusque-là. D’après l’institution, les perturbations dans l'accès aux traitements contre le paludisme pourraient entraîner jusqu’à 100 000 décès en plus par rapport au nombre de morts déjà enregistré chaque année sur le continent.

« Il est très probable que la surmortalité due au paludisme soit plus importante que la mortalité directe due à la covid-19 », a ainsi averti Pedro Alsonso, directeur du programme mondial de lutte contre le paludisme de l'OMS.

Dès le début de la pandémie, de nombreuses voix s’étaient déjà élevées pour appeler les dirigeants à ne pas sacrifier les acquis en matière de réduction de plusieurs pathologies graves sur l’autel de la lutte contre le coronavirus.

En mai, l'OMS avait déjà prévenu que le nombre de décès causés par le paludisme sur le continent africain pourrait doubler cette année pour atteindre 769 000, un chiffre jamais enregistré depuis 20 ans. Un pessimisme motivé notamment par l’interruption de la fabrication d’antipaludiques dans les principaux pays de production de ces médicaments, comme l’Inde.

Selon le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), le nombre de décès causés par le VIH pourrait aussi doubler en Afrique subsaharienne, avec plus de 500 000 morts supplémentaires, si l’accès des malades aux traitements était perturbé par la covid-19.

A titre comparatif, l’Afrique compte à ce jour, 2,1 millions de cas de covid-19 pour 51 708 morts et 1,8 million de guérisons.

Le paludisme a fait près de 409.000 morts en 2019

Plus largement, les progrès dans la lutte contre le paludisme continuent à plafonner, en particulier dans les pays africains où la charge de morbidité est élevée.

« Il est temps que les dirigeants de toute l’Afrique - et du reste du monde - de se mobiliser une fois de plus pour lutter contre le défi du paludisme », a déclaré Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. 

« En agissant ensemble et en nous engageant à ne laisser personne en chemin, nous pouvons arriver à notre but commun : éradiquer le paludisme dans le monde », a-t-il ajouté.

En 2019, le nombre d’infections nouvelles tournait autour de 229 millions de personnes, un nombre qui est relativement stable ces quatre dernières années. Au total, le paludisme a fait quelque 409.000 morts en 2019, contre 411.000 en 2018.

En 2019, quatre pays ont concentré près de la moitié de tous les cas dans le monde : le Nigéria (27%), la République démocratique du Congo (12%), Ouganda (5%) et le Mozambique 4%.

De ce fait, la région africaine a supporté, comme les années précédentes, plus de 90 % de la charge de morbidité globale. Mais depuis 2000, la région a réduit de 44 % le nombre de décès dus au paludisme, qui est passé d’environ 680.000 à 384.000 par an.

Moutiou Adjibi Nourou
UN News / Agence Ecofin / MCP, via mediacongo.net
1361 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : La Covid-19 continue de faire des ravages en Amérique latine
AUTOUR DU SUJET

Le Covid-19 a entrainé un recul dans la lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose

Santé ..,

Après le Covid, BioNTech mise sur un vaccin contre le paludisme

Santé ..,

La Chine déclarée libérée de la malaria par l'OMS

Santé ..,

Lutte contre le paludisme en Afrique: le vaccin RTS,S affiche de bons résultats

Santé ..,