mediacongo.net - Actualités - Covid-19 : quatre questions sur la nouvelle variante du virus observée au Royaume-Uni



Retour Monde

Covid-19 : quatre questions sur la nouvelle variante du virus observée au Royaume-Uni

Covid-19 : quatre questions sur la nouvelle variante du virus observée au Royaume-Uni 2020-12-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2020_actu/12-decembre/14-20/coronavirus_vaccination_royaume_uni_20_0.jpg -

Une nouvelle variante du Covid, liée à plusieurs mutations, a été détectée dans le sud de l'Angleterre et aurait contaminé près d'un millier de personnes ces derniers jours. Les scientifiques estiment qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter pour le moment, car rien ne prouve que cette variante réagira différemment au vaccin, ou sera plus virulente.

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 s'accélère outre-Manche, une nouvelle souche de virus s'invite au bal. Une "mutation" du Sars-CoV-2 a été détectée au Royaume-Uni, a annoncé Matthew Hancock, le ministre de la Santé britannique, lundi 14 décembre.

Cette nouvelle variante du virus aurait contaminé plus d'un millier de malades en quelques jours, a révélé le ministre, annonçant la mise en place de nouvelles mesures restrictives. Londres et plusieurs régions du Sud-Est sont placées sous le plus haut niveau de restrictions à partir de mercredi : les hôtels, pubs et restaurants vont à nouveau fermer, sauf pour la livraison et la vente à emporter. Les lieux culturels comme les cinémas, théâtres et musées seront également clos. L'émergence de cette variante du virus fait-elle craindre un rebond épidémique plus sévère ? Met-elle en péril la campagne de vaccination débutée la semaine passée au Royaume-Uni ? Franceinfo répond à quatre questions autour des enjeux de cette mutation.

1. Quelle est cette nouvelle souche ?

Cette variante inédite du virus a été identifiée chez plus de 1 000 personnes, principalement dans le sud de l'Angleterre. Elle pourrait être impliquée dans la propagation "exponentielle" du virus observée dans la zone, a révélé Matt Hancock à la Chambre des communes. Toutefois, aucun élément ne permet pour l'instant de savoir si ce virus muté est plus présent dans la zone en raison de la forte incidence de l'épidémie ou s'il est davantage observé car il est davantage transmissible, a expliqué lors d'une conférence de presse le médecin-chef Chris Whitty.

La mutation a été identifiée et signalée à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a indiqué Matthew Hancock. Le consortium scientifique britannique Covid-19 Genomics UK (COG-UK) a apporté plus de précisions sur le sujet sur son site (en anglais) : "La variante décrite (...) contient un nouvel ensemble de mutations." L'organisme, qui rassemble les expertises en biologie génomique des quatre agences de santé publique du pays et de plusieurs centres universitaires et instituts, précise que la variation en question "fait l'objet d'enquêtes de la part des agences de santé publique britanniques", et du consortium.

2. Y a-t-il eu d'autres mutations du virus ces derniers mois ?

Oui, elles sont même nombreuses. La détection de l'une de ces mutations au Danemark, observée chez des animaux et chez des êtres humains, a conduit à l'abattage de plus de 15 millions de visons. Les virus mutent naturellement. Certaines de ces mutations rendent les virus plus résistants aux traitements ou aux vaccins, comme c'est le cas pour la grippe, mais d'autres mutations n'ont "absolument aucun effet", a commenté dans un communiqué Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham.

Ces modifications surviennent quand la particule virale copie son génome pour se multiplier. Des erreurs de copie peuvent se produire, créant une nouvelle variante. Le code génétique du Sars-CoV-2 "comporte un peu moins de 30 000 nucléotides d'ARN (...) qui désignent au moins 29 gènes", rappelle la revue scientifique Nature (en anglais). Leur copie a entraîné, depuis le début de l'épidémie, des dizaines de milliers de changements, ont observé les scientifiques. Ces derniers ont notamment recours à la base de données Gisaid (en anglais) pour comparer les séquences génétiques des particules virales. "Les mutations les plus courantes sont des changements d'un seul nucléotide", précise Nature.

En dépit du nombre important de mutations, le génome du Sars-CoV-2 reste toutefois relativement stable, souligne la revue : "Les données de séquençage suggèrent que les coronavirus changent plus lentement que la plupart des autres virus à ARN, probablement en raison d'une enzyme 'correctrice'."

Pourquoi donc parler d'une "nouvelle souche" du virus pour cette combinaison observée dans le sud de l'Angleterre ? "Il se trouve juste que cette variante a un peu plus de mutations que la plupart des autres variantes", a expliqué le médecin-chef britannique Chris Whitty : "C'est la raison pour laquelle nous l'avons prise particulièrement au sérieux."

3. Cette souche présente-t-elle des risques d’aggravation pour la maladie ?

Les mutations les plus fréquentes observées par les scientifiques n'ont pas démontré d'influence sur la transmissibilité du virus, selon une étude publiée fin novembre dans la revue Nature (en anglais) et réalisée par des experts de laboratoires universitaires britanniques et français. "À ce stade, nous ne trouvons aucune preuve de lignées de Sars-CoV-2 significativement plus transmissibles en raison de mutations récurrentes", écrivent les chercheurs, qui précisent que "les mutations récurrentes actuellement en circulation semblent être neutres sur le plan de l'évolution et principalement induites par le système immunitaire humain, via l'édition de l'ARN". Elles ne sont pas, en ce sens, "des signes d'adaptation du virus".

Il est toutefois encore trop tôt pour juger des conséquences que peuvent avoir les mutations observées dans la variante du virus identifiée dans le sud de l'Angleterre. La variante "est porteuse du N501Y, a priori sans mutation inquiétante", précise néanmoins François Balloux, directeur de l'Institut de génétique de l'university College London et coauteur de l'étude publiée dans Nature.

Les autorités sanitaires appellent donc au calme. "Je ne suis pas stressé à ce stade", a assuré le ministre de la Santé britannique. Le médecin-chef Chris Whitty a pour sa part rappelé qu'il n'y avait, pour l'instant, pas de raisons de s'inquiéter outre mesure : "Rien ne suggère que les symptômes soient différents, que les tests soient différents ou que le résultat clinique soit différent pour cette variante", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

4. Cette nouvelle souche peut-elle être résistante au vaccin ?

Le consortium scientifique britannique COG-UK rappelle qu'"il n'y a actuellement aucune preuve que cette variante (ou toute autre étudiée à ce jour) ait un impact sur la gravité de la maladie, ou qu'elle rende les vaccins moins efficaces, bien que ces deux questions nécessitent des études supplémentaires".

L'une des principales préoccupations est celle des conséquences que cette nouvelle souche pourrait avoir sur la campagne de vaccination en cours. Les vaccins contre le Covid-19 ont été élaborés à partir des souches de virus les plus répandues. L'apparition d'une nouvelle variante dans la population pourrait, en théorie, mettre en péril l'efficacité d'un vaccin, même s'il ne s'agit pas là de l'hypothèse la plus probable. Pour en avoir le cœur net, il faudra mieux connaître le génome de la variante identifiée. Certains virus comme la grippe mutent considérablement d'une année sur l'autre et contournent ainsi l'efficacité des vaccins. Mais d'autres, comme la rougeole, évoluent avec le temps sans déjouer l'efficacité du vaccin. Reste à savoir dans quelle catégorie se situe le Sars-CoV-2.


France TV Info / MCP, via mediacongo.net
764 suivent la conversation
0 commentaire(s)

Faites connaissance avec votre « Code MediaCongo »


Vous avez sans doute remarqué un nouveau code à 7 caractères affiché à droite de votre Nom/Pseudo, par exemple « AB25CDF ».
Il s’agit de Votre Code MediaCongo, unique à chaque utilisateur, et qui permet de faire la différence entre utilisateurs ayant le même Nom ou Pseudo.

Nous avons en effet reçu des réclamations d’utilisateurs se plaignant de confusion dans les commentaires ou dans les « Petites annonces » avec d’autres utilisateurs ayant respectivement les mêmes noms.

Notre seul objectif et engagement est de continuer de vous offrir un service de qualité. N’hésitez pas à écrire à support@mediacongo.net si vous avez des questions ou suggestions.


Merci et excellente expérience sur mediacongo.net

MediaCongo – Support Utilisateurs



right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde
AUTOUR DU SUJET

Covid-19 : la RDC enregistre une baisse de cas généralisée depuis la déclaration de la...

Santé ..,

Points forts et limites des vaccins à ARN

Santé ..,

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

Santé ..,

Inde : l'OMS craint l'apparition du virus mortel Nipah

Santé ..,